×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

 /   /   /  Irmeyahou 46     

Un clic sur un verset envoie vers le comparateur de versions.

Irmeyahou 46
André Chouraqui


Sur les nations

1 Ce qui était la parole de IHVH-Adonaï à Irmeyahou, l’inspiré, sur les nations.
2 Pour Misraîm. Sur l’armée du Pharaon Nekho, roi de Misraîm, qui était sur le fleuve Perat, à Karkemish, et qu’a frappé Neboukhadrèsar, roi de Babèl, en l’an quatre de Yehoyaqîm bèn Ioshyahou, roi de Iehouda :
3 Préparez le bouclier, l’écu. Avancez à la guerre.
4 Attelez les chevaux, et montez, cavaliers : Postez-vous casqués, polissez les javelots, revêtez les cuirasses !
5 Pourquoi ? Je les vois : ils s’effarent, ils reculent en arrière. Leurs héros sont écrasés, ils s’enfuient, ils s’enfuient, sans faire face. L’épouvante alentour ! harangue de IHVH-Adonaï.
6 Le leste ne s’enfuira pas, le héros n’échappera pas. Au Septentrion, sur la main du fleuve Perat, ils trébuchent et tombent.
7 Qui monte comme le Ieor, comme les fleuves dont les eaux débordent ? L’épée mange

L’épée mange

8 Misraîm monte comme le Ieor, comme les fleuves dont les eaux débordent. Il dit : Je monte, je couvre la terre ; je fais périr la ville et ses habitants.
9 Montez, chevaux ! foncez, chars ! sortez, héros ! Koush, Pout, saisisseurs du bouclier, et les Loudîm, saisisseurs et tendeurs d’arc !
10 Ce jour, pour Adonaï IHVH-Elohîms Sebaot, est jour de vengeance, pour se venger de ses oppresseurs. L’épée mange et se rassasie ; elle se désaltère de leur sang. Oui, c’est un sacrifice pour Adonaï IHVH-Elohîms Sebaot en terre du Septentrion, sur le fleuve Perat.
11 Monte à Guil’ad, prends du baume, vierge, fille de Misraîm. En vain, tu multiplies les remèdes : il ne sera pas pour toi de cicatrice.
12 Les nations entendent ta turpitude ; ton hurlement remplit la terre : oui, le héros trébuche sur le héros, et tous deux tombent ensemble.
13 La parole dont IHVH-Adonaï parle à Irmeyahou, l’inspiré, à la venue de Neboukhadrèsar, roi de Babèl, pour frapper la terre de Misraîm :
14 Rapportez-le à Misraîm, faites-le entendre à Migdol, faites-le entendre à Noph, à Tahpanhès. Dites : Poste-toi, prépare-toi ; oui, l’épée mange autour de toi.
15 Pourquoi est-il ravagé, ton meneur ? Il ne tient pas, parce que IHVH-Adonaï l’a bouté.
16 Il s’est multiplié à le faire trébucher ; l’homme aussi tombe sur son compagnon. Et ils disent : « Lève-toi, retournons vers notre peuple, vers la terre de notre enfantement, face à l’épée du sévissant. »
17 Ils avaient appelé là Pharaon, roi de Misraîm. Tumulte ! Il a laissé passer le rendez-vous !
18 Le vivant, moi, harangue du roi ! Son nom : IHVH-Adonaï Sebaot ! Oui, comme le Tabor parmi les monts, comme le Karmèl sur la mer, il vient !
19 Fais pour toi les bagages de l’exil, habitante, fille de Misraîm ! Oui, Noph sera en désolation, incendiée, sans habitant.
20 Très belle génisse, Misraîm ! Le taon vient du Septentrion, il vient.
21 Même ses mercenaires en son sein sont comme des veaux à l’engrais : oui, ils tournent et s’enfuient ensemble ; ils ne tiennent pas. Oui, le jour de leur deuil vient pour eux, le temps de leur sanction.
22 Sa voix va comme un serpent, car ils vont en armes, avec des haches ; ils viennent contre elle comme des coupeurs de bois
23 et tranchent sa forêt, harangue de IHVH-Adonaï. Oui, inscrutables ; oui, plus multiples que des criquets, ils sont sans nombre.
24 Elle blêmit, la fille de Misraîm, donnée en main du peuple du Septentrion.
25 IHVH-Adonaï Sebaot, l’Elohîms d’Israël, dit : Me voici ! Je sanctionne Amôn de No, contre Pharaon, contre Misraîm, contre ses Elohîms, contre ses rois, contre Pharaon, contre ceux qui se sécurisent en lui.
26 Je les donne en main de ceux qui cherchent leur être, en main de Neboukhadrèsar, roi de Babèl, en main de ses serviteurs. Après quoi tu demeureras comme aux jours d’antan, harangue de IHVH-Adonaï. Je suis avec toi, Ia’acob

Je suis avec toi, Ia’acob

27 Et toi, ne frémis pas, mon serviteur Ia’acob, ne t’effare pas, Israël ! Oui, me voici, je te sauve de loin, avec ta semence, de la terre de leur captivité. Il retourne, Ia’acob, calme, serein, sans que nul ne le fasse tressaillir.
28 Et toi, ne frémis pas, mon serviteur Ia’acob, harangue de IHVH-Adonaï : oui, je suis avec toi, oui, je le ferai, j’achèverai toutes les nations où je t’avais banni ; mais toi, je ne le ferai pas, je ne t’achèverai pas mais te corrigerai au jugement, car je ne t’innocenterai pas, je ne t’innocenterai pas.

Cette Bible est dans le domaine public.