×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

 /   /   /  Louanges 38     

Un clic sur un verset envoie vers le comparateur de versions.

Louanges 38
André Chouraqui


Adonaï, mon salut

1 Chant. De David. Pour mémoriser.
2 IHVH-Adonaï ! Dans ton écume, ne m’admoneste pas ; dans ta fièvre, ne me corrige pas !
3 Oui, tes flèches me percent, ta main me transperce.
4 Rien d’intact en ma chair, en face de ton exaspération ; pas de paix en mes os en face de ma faute.
5 Oui, mes torts dépassent ma tête, comme une charge lourde, plus lourde que moi.
6 Elles puent, putréfiées, mes gibbosités, en face de ma démence.
7 Je suis tordu, plié à l’extrême ; tout le jour, sombre, je vais !
8 Oui, mes lombes pleines d’inflammation, rien n’est intact en ma chair.
9 Je suis épuisé, contrit à l’extrême, je rugis au rauquement de mon cœur.
10 Adonaï, tout mon désir est devant toi ; mon soupir ne t’est pas voilé.
11 Mon cœur a le vertige, ma force m’abandonne. La lumière de mes yeux, eux-mêmes, ne sont plus avec moi.
12 Mes amants, mes compagnons se dressent contre ma plaie ; mes proches se tiennent au loin.
13 Ils me piègent, les chercheurs de mon être ; les quêteurs de mon malheur parlent de débâcle ; ils murmurent tous les jours des duperies.
14 Et moi, comme un sourd, je n’entends pas, comme un muet qui n’ouvre pas la bouche.
15 Je suis comme l’homme qui n’entend pas, sans réplique à la bouche.
16 Oui, tu me réponds, Adonaï Elohaï. Oui, je te souhaite, toi, IHVH-Adonaï et toi, tu me réponds, Adonaï Elohaï.
17 Oui, je dis : Qu’ils ne se réjouissent pas de moi ! Quand mon pied chancelle, ils se grandissent contre moi.
18 Oui, moi, prêt à boiter, ma douleur est contre moi en permanence.
19 Oui, je rapporte mon tort, je me tracasse de ma faute.
20 Mes ennemis, vivants, sont puissants ; mes haineux par mensonge se multiplient.
21 Payeurs du malheur contre le bonheur, ils m’accusent en ma poursuite du bien.
22 Ne m’abandonne pas, IHVH-Adonaï, Elohaï, ne t’éloigne pas de moi !
23 Hâte-toi, à mon aide, Adonaï, mon salut !

Texte de la Version André Chouraqui
Copyright © Édition du Cerf