×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

 /   /   /  Entête 45     

Un clic sur un verset envoie vers le comparateur de versions.

Entête 45
André Chouraqui


Reconnaissance

1 Iosseph ne peut se contenir devant tous ceux qui sont postés auprès de lui. Il crie : « Sortez ! Tout homme loin de moi » ! Et pas un homme ne se tient près de lui quand Iosseph se fait reconnaître par ses frères.
2 En pleurs, il donne de la voix. Misraîm entend, la maison de Pharaon entend.
3 Iosseph dit à ses frères : « C’est moi, Iosseph ! Mon père vit-il encore ? Ses frères ne pouvaient lui répondre : oui, ils étaient affolés en face de lui.
4 Iosseph dit à ses frères : « Avancez donc vers moi. » Ils avancent. Il dit : « C’est moi, Iosseph votre frère, moi que vous avez vendu en Misraîm.
5 Maintenant ne soyez pas peinés, que cela ne brûle pas vos yeux de m’avoir vendu ici. Oui, c’est pour faire vivre qu’Elohîms m’a envoyé face à vous.
6 Oui, voici deux ans que la famine est au sein de la terre, pour cinq ans encore, sans labour ni moisson !

L’invitation

7 Elohîms m’envoie, face à vous, pour vous mettre un reste sur terre et vous faire vivre à grande subsistance.
8 Maintenant, ce n’est pas vous qui m’avez envoyé ici, mais l’Elohîms. Il m’a mis pour père de Pharaon, pour Adôn de toute sa maison, pour gouverneur de toute la terre de Misraîm.
9 Hâtez-vous ! Montez vers mon père et dites-lui : ‹ Ainsi a dit ton fils Iosseph : Elohîms m’a mis pour Adôn de toute Misraîm. Descends vers moi, ne t’arrête pas !
10 Habite la terre de Goshèn : tu seras proche de moi, toi, tes fils, les fils de tes fils, tes ovins, tes bovins, tout ce qui est à toi.
11 Je t’entretiendrai là, oui, encore cinq ans de famine, que tu ne sois déshérité, toi, ta maison, tout ce qui est à toi. ›
12 Voici, vos yeux voient et les yeux de Biniamîn, mon frère : oui, ma bouche, vous parle.
13 Rapportez à mon père tout mon poids en Misraîm, tout ce que vous avez vu. Hâtez-vous ! Faites descendre mon père ici. »
14 Il tombe au cou de Biniamîn, son frère. Il pleure, et Biniamîn pleure à son cou.
15 Il baise tous ses frères et pleure sur eux. Ensuite, ses frères lui parlent.
16 La voix s’entend dans la maison de Pharaon, pour dire : « Les frères de Iosseph sont venus » ! C’est bien aux yeux de Pharaon et aux yeux de ses serviteurs.
17 Pharaon dit à Iosseph : « Dis à tes frères : Faites ceci, harnachez vos bestiaux, allez et venez en terre de Kena’ân.
18 Prenez votre père, vos maisons et venez à moi. Je vous donnerai le meilleur de la terre de Misraîm. Mangez la graisse de la terre.
19 Et toi, tu en as reçu l’ordre, faites ceci : prenez pour vous, de la terre de Misraîm, des charrettes pour votre marmaille, vos femmes, portez votre père et venez.
20 Vos yeux ne seront pas exorables pour vos objets : oui, le meilleur de toute la terre de Misraîm est à vous  » !
21 Les Benéi Israël font ainsi. Iosseph leur donne des charrettes, de la bouche de Pharaon, et leur donne une provision de route.
22 À tous, il donne des tuniques de rechange, par homme. À Biniamîn, il donne trois cents pièces d’argent et cinq tuniques de rechange.
23 À son père, il envoie ainsi dix ânes chargés du meilleur de Misraîm, dix ânesses porteuses de froment, de pain, d’aliments pour son père, pour la route.
24 Il envoie ses frères. Ils vont. Il leur dit : « Ne vous irritez pas en route. »
25 Ils montent de Misraîm et viennent en terre de Kena’ân, vers Ia’acob, leur père.
26 Ils lui rapportent pour dire : « Iosseph est encore vivant ! Oui, il est le gouverneur de toute la terre de Misraîm. » Le cœur transi, non, il n’adhérait pas à eux.
27 Ils lui parlent de toutes les paroles de Iosseph qu’il leur avait parlées. Il voit les charrettes que Iosseph avait envoyées pour le porter. Le souffle de Ia’acob, leur père, vit.
28 Israël dit : « Il suffit ! Iosseph, mon fils, vit encore ! J’irai, je le verrai avant de mourir. »

Cette Bible est dans le domaine public.