×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

 /   /   /  Esaïe 23.4     

Un clic sur un verset envoie vers le comparateur de versions.

Esaïe 23.4
Osterwald 1996


Prophétie sur Tyr

1 Prophétie sur Tyr. Gémissez, navires de Tarsis, car elle est détruite ! Plus de maisons ! On n’y entre plus ! La nouvelle leur en vient du pays de Kittim.
2 Soyez stupéfaits, habitants de la côte, toi qui étais remplie par les marchands de Sidon, qui parcourent la mer !
3 À travers les grandes eaux, les grains du Shichor, les moissons du Nil, étaient son revenu ; elle était le marché des nations.
4 Sois honteuse, ô Sidon ! Car la mer, la forteresse de la mer, a parlé ainsi : Je n’ai point été en travail, je n’ai point enfanté, je n’ai point nourri de jeunes gens, ni élevé de jeunes filles.
5 Quand la nouvelle parviendra en Égypte, ils trembleront aux nouvelles de Tyr.
6 Passez à Tarsis ; gémissez, habitants du rivage !
7 Est-ce là votre joyeuse cité, dont l’origine remonte au jours anciens ? Ses pieds la portent au loin pour habiter en étrangère !
8 Qui a résolu ces choses contre Tyr, la distributrice de couronnes, dont les marchands étaient des princes, dont les trafiquants étaient les grands de la terre ?
9 L’Éternel des armées l’a résolu, pour abaisser toute gloire orgueilleuse, pour humilier tous les grands de la terre.
10 Parcours ton pays, pareille au fleuve, fille de Tarsis ; plus de liens qui te retiennent !
11 L’Éternel a étendu sa main sur la mer, il a fait trembler les royaumes. Il a donné ordre contre Canaan, pour détruire ses forteresses.
12 Il a dit : Tu ne continueras plus à te réjouir, fille de Sidon, vierge déshonorée ! Lève-toi, passe au pays de Kittim ; là même, tu n’auras point de repos.
13 Vois le pays des Caldéens, peuple qui naguère n’était pas : Assur assigna ce pays aux habitants du désert. Ils dressent leurs tours, ils détruisent les palais de Tyr, ils la mettent en ruines.
14 Gémissez, navires de Tarsis ! Car votre forteresse est détruite.
15 En ce temps-là, Tyr sera mise en oubli soixante-dix ans, le temps de la vie d’un roi. Au bout de soixante-dix ans, il en sera de Tyr comme de la courtisane dont parle la chanson :
16 "Prends la harpe, fais le tour de la ville, courtisane oubliée ! Touche bien les cordes ; multiplie les chants ; afin qu’on se souvienne de toi ! "
17 Et au bout de soixante-dix ans, l’Éternel visitera Tyr ; elle retournera à ses gains impurs, elle se prostituera sur la face du monde avec tous les royaumes de la terre.
18 Mais ses profits et ses gains impurs seront consacrés à l’Éternel : il n’en sera rien accumulé, ni réservé. Car ses profits seront à ceux qui habitent devant la face de l’Éternel, pour les nourrir abondamment et les vêtir avec magnificence.

Cette Bible est dans le domaine public.