×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

 /   /   /  Job 10     

Un clic sur un verset envoie vers le comparateur de versions.

Job 10
Segond « Colombe »


1 Mon âme est dégoûtée de la vie !
Je laisserai (s’exprimer) ma plainte sur mon sort,
Je parlerai dans l’amertume de mon âme.
2 Je dis à Dieu : Ne me condamne pas !
Fais-moi connaître pourquoi tu me prends à partie !
3 Te paraît-il bien d’exercer l’oppression,
De repousser l’ouvrage de tes mains
Et de faire briller ta lumière sur le conseil des méchants ?
4 As-tu des yeux de chair,
Vois-tu comme voit un mortel ?
5 Tes jours sont-ils comme les jours d’un mortel,
Et tes années comme les jours de l’homme,
6 Pour que tu recherches ma faute,
Pour que tu t’enquières de mon péché,
7 Sachant bien que je ne suis pas condamnable,
Et que nul ne délivre de ta main ?
8 Tes mains m’ont façonné, elles m’ont fait
Tout entier… Et tu me détruirais !
9 Souviens-toi que tu m’as fait comme (avec) de l’argile ;
Voudrais-tu me faire retourner à la poussière ?
10 Ne m’as-tu pas coulé comme du lait ?
Ne m’as-tu pas caillé comme du fromage ?
11 Tu m’as revêtu de peau et de chair,
Tu m’as tissé d’os et de nerfs ;
12 Tu m’as accordé la vie et la bienveillance,
Tes soins m’ont conservé le souffle.
13 Mais voici ce que tu réservais dans ton cœur,
Je sais ce qui était dans ta pensée :
14 Si je pèche, tu m’observes,
Et tu ne me tiens pas pour innocent de ma faute.
15 Si je suis condamnable, malheur à moi !
Si je suis juste, je n’ose lever la tête,
Rassasié de mépris et absorbé dans ma misère.
16 Et si j’ose la redresser, tu me pourchasses comme un lion,
Tu me frappes encore par des miracles,
17 Tu m’opposes de nouveaux témoins,
Ton irritation contre moi augmente,
Une armée prend la relève pour m’assaillir.
18 Pourquoi m’as-tu fait sortir du sein maternel ?
J’aurais expiré, aucun œil ne m’aurait vu ;
19 Je serais comme si je n’avais pas existé,
Et j’aurais été porté du ventre (de ma mère) à la tombe.
20 Mes jours ne sont-ils pas en petit nombre ? Qu’il (me) laisse !
Qu’il se retire de moi, et que je reprenne un peu courage,
21 Avant que je m’en aille, pour ne plus revenir,
Dans le pays des ténèbres et de l’ombre de la mort,
22 Pays de ténèbres profondes comme l’obscurité,
L’ombre de la mort, où (règne) le désordre,
Et où la lumière est comme l’obscurité !

Texte de la Segond Colombe
Copyright © Éditions Biblio.