Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

Accueil  /  Bible  /  Vigouroux  / Esaïe 51.1     

Esaïe 51.1
Vigouroux


Promesses de délivrance

1 Ecoutez-moi, vous qui suivez la justice, et qui cherchez le Seigneur ; regardez le rocher dont vous avez été taillés, et la carrière profonde (cavité de la citerne) dont vous avez été tirés.[51.1-23 3e Discours : Salut final d’Israël, chapitre 51. ― Le serviteur de Dieu propose à Israël la condition du salut : la foi qui sera récompensée par les plus grandes consolations, versets 1 à 8. ― Excité par cette promesse, Israël demande à Dieu de le sauver, comme il l’a fait autrefois en Egypte, versets 9 à 11. ― Le Seigneur lui répond et s’engage de nouveau à le sauver, versets 12 à 16. ― Alors le prophète prend la parole et exhorte son peuple au courage et à la patience, jusqu’à ce que vienne le moment fixé par Dieu pour punir ses ennemis, versets 17 à 23.]
2 Regardez Abraham votre père, et Sara qui vous a enfantés ; je l’ai appelé (lorsqu’il était) seul, je l’ai béni et multiplié.[51.2. Portez votre attention, etc. il y a ici deux allégories, qui, selon saint Jérôme, désignent la stérilité d’Abraham et de Sara. ― Je l’ai appelé seul ; c’est-à-dire lorsqu’il était sans enfants.]
3 Le Seigneur consolera donc Sion et il consolera toutes ses ruines ; il changera son désert en (lieu de) délices, et sa solitude en un jardin du Seigneur. La joie et l’allégresse se trouveront en elle, l’action de grâces et la voix des cantiques (de la louange).[51.3 Un jardin du Seigneur ; un paradis terrestre, comme celui où Dieu plaça nos premiers parents. Comparer à Genèse, 2, 8.]
4 Regardez-moi, mon peuple ; ma nation (tribu), écoutez-moi ; car la (une) loi sortira de moi, et ma justice (mon jugement) se reposera parmi mon peuple et sera leur lumière.[51.4 Mon jugement, etc. Voir Isaïe, 42, vv. 4, 6-7.]
5 Mon juste est proche, mon sauveur va paraître, et mes bras jugeront les peuples ; les îles m’attendront, elles attendront mon bras.[51.5 Les îles ; c’est-à-dire selon l’hébreu, les pays lointains.]
6 Levez les yeux au ciel, et regardez en bas sur la terre ; car le ciel se dissoudra comme la fumée, la terre sera usée comme un vêtement, et ceux qui l’habitent périront avec (comme) elle ; mais mon salut sera éternel, et ma justice ne fera pas défaut (ne périra pas).[51.6 ; 51.8 Mon salut ; le salut que je donne.] [51.6 Voir Psaumes, 36, 39 ; Matthieu, 24, 35.]
7 Ecoutez-moi, vous qui connaissez le (savez ce qui est) juste, mon peuple, qui avez ma loi dans vos cœurs ; ne craignez pas l’opprobre des hommes, et ne redoutez pas leurs blasphèmes ;[51.7 Voir Psaumes, 36, 31. ― Dans le cœur de qui ; littéralement et par hébraïsme dans leur cœur. En hébreu, le pronom conjonctif ou relatif se sous-entend très souvent. Quant au pronom possessif leur (eorum) il est au pluriel également dans l’hébreu et dans les Septante, parce qu’il se rapporte à peuple qui est un nom collectif.]
8 car les vers les dévoreront comme un vêtement, et la teigne les rongera comme la laine ; mais mon salut sera éternel, et ma justice subsistera de génération en génération.
9 Elevez-vous, élevez-vous, revêtez-vous (Lève-toi, lève-toi, revêts-toi) de force, bras du Seigneur ; élevez-vous (lève-toi) comme aux anciens jours, dans les siècles passés (générations des siècles, note). N’est-ce pas vous qui avez frappé le (un) superbe, qui avez blessé le (un) dragon ?[51.9 Dans les générations, etc. ; dans les siècles qui se sont succédés. ― Un superbe (superbum) ; l’hébreu porte Rahab, qui signifie proprement orgueil, fierté, d’où on l’applique à l’Egypte. Voir Isaïe, 30, 7 ; Psaumes, 86, 4. ― Un dragon ; c’est-à-dire Pharaon, roi d’Egypte, qu’Ezéchiel (voir Ezéchiel, 29, 3) désigne en effet, sous ce nom.]
10 N’est-ce pas vous qui avez (des)séché la mer, l’eau de l’impétueux (du grand) abîme ; qui avez fait au fond de la mer un chemin pour faire passer vos affranchis (ceux qui avaient été délivrés) ?[51.10 Voir Exode, 14, 21. ― N’est-ce pas, etc. Ce verset confirme l’interprétation donnée dans le précédent.]
11 C’est ainsi que (Et maintenant) les rachetés du Seigneur reviendront ; ils viendront à Sion avec des chants de louange, et une joie éternelle couronnera leurs têtes ; ils seront dans la joie et le ravissement ; la douleur et les gémissements s’enfuiront.
12 C’est moi, c’est moi-même qui vous consolerai. Qui es-tu pour avoir peur d’un homme mortel, et du fils de l’homme qui séchera comme l’herbe ?[51.12 Le fils d’un homme ; expression poétique, pour dire simplement un homme. Dans ce verset et le suivant, il est question de Nabuchodonosor, roi de Babylone.]
13 Et tu as oublié le Seigneur qui t’a créé, qui a étendu les cieux et fondé la terre, et tu as tremblé sans cesse tout le jour devant la fureur de celui qui t’affligeait, et qui était prêt à te perdre ! Où est maintenant la furie (fureur) de celui qui t’affligeait ?
14 Bientôt celui qui doit ouvrir (les prisons) arrivera ; il ne détruira pas jusqu’à l’extermination, et son pain ne manquera pas.[51.14 Le Prophète parle ici du Rédempteur qui est proche et c’est pourquoi il déclare que le tyran n’arrivera pas à exterminer Israël, à qui ne manquera pas la nourriture. ― Pain ; par ce mot les Hébreux désignaient souvent toute espèce de nourriture, les vivres en général.]
15 C’est moi qui suis le Seigneur ton Dieu, qui trouble la mer et qui fais soulever ses flots ; mon nom est le Seigneur des armées.
16 J’ai mis mes paroles dans ta bouche, et je t’ai mis à couvert sous l’ombre de ma main, pour établir les (des) cieux et fonder la (une) terre, et pour dire à Sion : Tu es mon peuple.[51.16 J’ai mis, etc. Ni Isaïe, ni Cyrus, ni saint Jean-Baptiste, n’ont rempli toute l’étendue des paroles qu’on lit ici. Il n’y a que Jésus-Christ à qui l’on puisse en faire l’application juste et complète. Comparer à Isaïe, 49, vv. 2, 4. ― Afin que tu établisses, etc. On peut dire en toute vérité que le divin Sauveur a établi des cieux nouveaux et fondé une terre nouvelle, en fondant son Eglise, en changeant la face du monde, par la prédication de l’Evangile ; en faisant d’un peuple corrompu, terrestre, enseveli dans les ténèbres, un peuple saint, pur et éclairé, dont la vie est en quelque sorte dans le ciel, etc. (voir Isaïe, 65, 17 ; 66, 22 ; Matthieu, 13, 11 ; Ephésiens, 2, 19 ; Philippiens, 3, 20 ; 2 Pierre, 3, 13 ; Apocalypse, 21, 1).]
17 Réveille-toi, réveille-toi, lève-toi, Jérusalem, qui as bu de la main du Seigneur la coupe (le calice) de sa colère ; tu as bu jusqu’au fond la coupe d’assoupissement, et tu l’as vidée jusqu’à la lie.
18 De tous les fils qu’elle a enfantés il n’en est aucun qui la soutienne, et de tous les fils qu’elle a nourris aucun ne lui prend la main.[51.18 Qui prenne sa main ; pour la secourir.]
19 Ces deux choses (maux) te sont arrivé(e)s ; qui s’attristera sur toi ? Le ravage et la ruine (destruction), la faim et le glaive ; qui te consolera ?[51.19 Voir Isaïe, 47, 9. ― Il y a deux maux (duo sunt). Le texte sacré en énumère quatre, mais ces quatre se réduisent à deux, la guerre et la famine.]
20 Tes fils ont été jetés à terre ; ils se sont endormis à la tête de toutes les rues (dans tous les carrefours) comme un oryx pris au filet, pleins de l’indignation du Seigneur, des menaces de ton Dieu.[51.20 Comme un oryx ; bœuf sauvage. D’autres traduisent : comme une gazelle.]
21 C’est pourquoi écoute ceci, pauvre petite, qui es enivrée, mais (pauvre et ivre,) non de vin.[51.21 Ivre, non de vin ; mais de maux, de calamités.]
22 Voici ce que dit ton dominateur, ton Seigneur et ton Dieu, qui combattra pour son peuple : Voici, j’enlève (j’ai pris) de ta main la coupe d’assoupissement, le fond de la coupe (du calice) de mon indignation ; tu n’en boiras plus à l’avenir.
23 Je la (le) mettrai dans la main de ceux qui t’ont humiliée, et qui ont dit à ton âme : Courbe-toi, afin que nous passions ; et tu as fait de ton corps comme une terre, et comme un chemin pour les passants. [51.23 Ton âme ; hébraïsme, pour ta personne, toi. ― Courbe-toi, etc. Les rois chaldéens avaient apparemment contraint les princes vaincus à leur servir de marchepied, ou à se prosterner à leurs pieds, afin de marcher sur leurs corps. Cela n’était pas sans exemple parmi les rois de l’Orient. Comparer à Josué, 10, 24 ; Psaumes, 109, 1.]

Cette Bible est dans le domaine public.