×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

 /   /   /  Job 7     

Un clic sur un verset envoie vers le comparateur de versions.

Job 7
Segond « Colombe »


1 Le sort de l’homme sur la terre n’est-il pas celui d’un soldat,
Et ses jours ceux d’un salarié ?
2 Comme l’esclave soupire après l’ombre,
Comme le salarié attend sa rémunération,
3 Ainsi j’ai pour héritage des mois de douleur,
J’ai pour mon compte des nuits de peine.
4 Lorsque je me couche, je dis :
Quand me lèverai-je ?
Et (lorsque) le soir se prolonge,
Alors je suis rassasié d’agitations jusqu’au point du jour,
5 Mon corps se couvre de vers et d’une croûte terreuse,
Ma peau se crevasse et se décompose.
6 Mes jours sont plus rapides que la navette (du tisserand) ;
Ils s’évanouissent : plus d’espérance !
7 Souviens-toi que ma vie est un souffle !
Mes yeux ne reverront pas le bonheur.
8 L’œil qui me regarde ne m’apercevra plus ;
Tes yeux me chercheront, et je ne serai plus.
9 La nuée s’évanouit ; elle s’en va,
Ainsi celui qui descend au séjour des morts ne remontera pas ;
10 Il ne reviendra plus dans sa maison,
Et son domicile ne le reconnaîtra plus.
11 C’est pourquoi je ne retiendrai pas ma bouche,
Je parlerai dans la détresse de mon esprit,
Je me plaindrai dans l’amertume de mon âme.
12 Suis-je une mer, ou un monstre marin,
Pour que tu établisses une garde autour de moi ?
13 Quand je dis : Mon lit me consolera,
Ma couche calmera ma plainte,
14 Alors tu me terrifies par des songes,
Tu m’épouvantes par des visions.
15 Je souhaiterais l’étranglement,
(Oui) la mort plutôt que ces os !
16 Je (les) méprise !… je ne vivrai pas toujours…
Laisse-moi, car mes jours ne sont que vanité.
17 Qu’est-ce que l’homme, pour que tu en fasses tant de cas,
Pour que tu le prennes tellement à cœur,
18 Pour que tu le visites tous les matins,
Pour que tu l’éprouves à tous les instants ?
19 Quand cesseras-tu d’avoir le regard sur moi ?
Quand me laisseras-tu le temps d’avaler ma salive ?
20 (Si) j’ai péché, qu’ai-je pu te faire, gardien des hommes ?
Pourquoi m’as-tu pris pour cible ?
Pourquoi suis-je à charge à moi-même ?
21 Que n’enlèves-tu mon crime,
Et ne laisses-tu passer ma faute ?
Car maintenant je vais me coucher dans la poussière ;
Tu me chercheras, et je ne serai plus.

Texte de la Segond Colombe
Copyright © Éditions Biblio.