×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

 /   /   /  Quoi ? 4     

Un clic sur un verset envoie vers le comparateur de versions.

Quoi ? 4
André Chouraqui


Notre fin est venue

1 Quoi, l’or ternit-il ? Change-t-il, le bon vermeil ? Sont-elles répandues, les pierres sacrées, en tête de toutes les allées ?
2 Chers Benéi Siôn soupesés à l’or pur, quoi, sont-ils comptés pour cruches de grès, ouvrage des mains du potier ?
3 Même les chacals s’extirpent la mamelle et font téter leurs petits ; la fille de mon peuple est cruelle comme une autruche du désert.
4 La langue du nourrisson colle de soif à son palais ; les nourrissons demandent du pain, mais nul ne leur en tend.
5 Les mangeurs de délices se désolent dans les allées ; élevés sur la cochenille, ils étreignent des ordures.
6 Le tort de la fille de mon peuple est plus grand que la faute de Sedôm, bouleversés en un instant, sans que des mains se portent contre elle.
7 Ses nazirs étaient plus purs que neige, plus limpides que lait, plus écarlates d’essence que coraux, leur stature de saphir.
8 Leur aspect est plus ténébreux que la suie, méconnaissable dans les allées. Leur peau ratatinée sur leurs os, est sèche comme du bois.
9 Les victimes de l’épée sont mieux que les victimes de la famine ; elles succombent, poignardées, et privées de la fruition des champs.
10 Les mains de femmes matricielles font cuire leurs enfants ; ils sont pour elles du ravitaillement dans la brisure de la fille de mon peuple.
11 IHVH-Adonaï achève sa fièvre et répand la brûlure de sa narine ; il attise le feu contre Siôn, il mange ses fondations.
12 Ils n’adhéraient pas, les rois de la terre, tous les habitants du monde, à ce que l’oppresseur, l’ennemi, viendrait aux portes de Ieroushalaîm,
13 par la faute de ses inspirés, les torts de ses desservants, qui répandaient en son entraille le sang des justes.
14 Ils se meuvent, aveugles, dans les allées infectes de sang, sans qu’ils puissent toucher leurs vêtements.
15 « Écartez-vous, contaminés, leur criaient-ils, écartez-vous, écartez-vous, n’y touchez pas ! » Oui, ils se querellent, ils se meuvent aussi. Ils disent parmi les nations : « Ils ne continueront pas à y résider. »
16 Les faces de IHVH-Adonaï les répartit ; il ne continue pas à les regarder. Ils ne portent pas les faces des desservants, ils ne gracient pas les anciens.
17 Nos yeux se consument encore vers notre aide. Fumée ! À notre aguet, nous guettons une nation qui ne sauve pas.
18 Ils poursuivent nos pas pour que nous n’allions pas en nos places. Notre fin approche, nos jours sont accomplis. Oui, notre fin est venue.
19 Nos persécuteurs sont plus légers que les vautours des ciels. Sur les montagnes, ils nous traquent ; au désert, ils s’embusquent contre nous.
20 Souffle de nos narines, le messie de IHVH-Adonaï est pris dans leurs fosses, lui dont nous disions : « À son ombre, nous vivrons parmi les nations. »
21 Exulte, réjouis-toi, fille Edôm, habitante de la terre de ’Ous ! Mais la coupe passera pour toi aussi ; tu t’enivreras, tu seras nue !
22 Ton tort s’achève, fille Siôn ; il ne continuera pas à t’exiler. Il sanctionne ton tort, fille Edôm ; il découvre tes fautes.

Cette Bible est dans le domaine public.