×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

 /   /   /  Iesha‘yahou 48     

Un clic sur un verset envoie vers le comparateur de versions.

Iesha‘yahou 48
André Chouraqui


1 Entendez cela, maison de Ia’acob, les criés au nom d’Israël, sortis des eaux de Iehouda ! Ils jurent par le nom de IHVH-Adonaï et mémorisent l’Elohîms d’Israël, non en vérité, non avec justification. 2 Oui, par la ville du sanctuaire ils sont criés ; ils s’appuient sur l’Elohîms d’Israël. Son nom : IHVH-Adonaï Sebaot ! 3 Les premières, je les ai rapportées alors. Elle sortent de ma bouche, je les fais entendre. Soudain j’ai agi et elles sont survenues. 4 À ma connaissance, oui, tu es dur ; ta nuque est un nerf de fer et ton front de bronze. 5 Je te les rapporte alors. Je te les ai fait entendre avant qu’elles ne surviennent ; que tu ne dises : « Mon fétiche les a faites, ma sculpture et ma libation l’ont ordonné. » 6 Tu as tout entendu, contemplé. Et vous, ne rapportez-vous pas ? Je te fais entendre des nouvelles dès maintenant, des secrets que vous ne pénétriez pas. 7 Ils ont été créés maintenant, pas alors ; depuis un jour, et tu ne les as pas entendus ; que tu ne dises : « Voici, je les connaissais. » 8 Mais tu n’as même pas entendu, tu n’as même pas connu, même alors ton oreille ne s’est pas ouverte ! Oui, je le sais : tu trahis, tu trahis ! « Carent dès le ventre », est-il crié de toi. 9 À cause de mon nom, je diffère ma fulmination ; et pour ma louange, je la muselle pour toi, afin de ne pas te trancher. 10 Voici, je t’ai épuré, non pas avec l’argent : je t’ai choisi au creuset d’humiliation. 11 À cause de moi, à cause de moi, j’agis : oui, comment serait-il profané ? Ma gloire, je ne la donne pas à un autre. Le rachat 12 Entends-moi, Ia’acob, Israël, mon appelé : moi, lui ; moi, le premier et le dernier aussi. 13 Ma main a fondé la terre même ; ma droite a étalé les ciels. Je crie vers eux, ils tiennent ensemble. 14 Groupez-vous tous, entendez ! Qui, parmi eux, a rapporté cela ? IHVH-Adonaï l’aime. Il fait son désir contre Babèl, son bras contre les Kasdîm. 15 Moi, moi, j’ai parlé, je l’ai même crié ; je l’ai fait venir, il a fait triompher sa route. 16 Approchez-vous de moi, entendez ceci. Dès l’en-tête, je n’ai pas parlé sous voile, et, depuis le temps qu’il est, je suis là ! Maintenant Adonaï IHVH-Elohîms m’a envoyé avec son souffle. 17 Ainsi dit IHVH-Adonaï, ton racheteur, le sacré d’Israël : Moi, IHVH-Adonaï, ton Elohîms, ton enSeigneur pour être utile, ton routier sur la route où tu vas. 18 Si tu étais attentif à mes ordres, elle serait comme un fleuve, ta paix ; ta justification comme les vagues de la mer. 19 Elle serait comme le sable, ta semence ; les rejetons de tes entrailles, comme ses grains ; son nom ne serait ni tranché ni exterminé en face de moi. 20 Sortez de Babèl, fuyez de chez les Kasdîm. À la voix de la jubilation, rapportez, faites entendre ceci ; divulguez-le jusqu’à l’extrémité de la terre ; dites : « IHVH-Adonaï a racheté son serviteur Ia’acob. » 21 Ils n’étaient pas assoiffés dans les dessèchements où il les a fait aller ; il a rendu liquides des eaux pour eux ; pour eux il a fendu le roc, les eaux ont afflué. 22 Pas de paix, dit IHVH-Adonaï, pour les criminels.

Cette Bible est dans le domaine public.