×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

 /   /   /  Louanges 104     

Un clic sur un verset envoie vers le comparateur de versions.

Louanges 104
André Chouraqui


Tu es très grand

1 Bénis, mon être, IHVH-Adonaï ! IHVH-Adonaï Elohaï, tu es très grand, de majesté, de magnificence vêtu !
2 Drapé de lumière comme d’une tunique, il tend les ciels comme une tenture.
3 Il charpente d’eaux ses étages, met son char dans les nuages, et va sur les ailes d’un souffle.
4 Il fait des souffles ses messagers ; ses officiants, d’un feu flamboyant.
5 Il a fondé la terre sur ses assises ; elle ne chancellera pas en pérennité, à jamais !
6 Tu la couvris de l’abîme comme d’un vêtement ; les eaux se dressèrent au-dessus des montagnes.
7 À ta menace, elles s’enfuirent ; à la voix de ton tonnerre, elles se précipitèrent.
8 Les monts montèrent et descendirent les failles, vers ce lieu que tu fondas pour elles.
9 Tu mis une frontière : elles ne la dépasseront pas ; elles ne retourneront jamais recouvrir la terre.
10 Il envoie des sources pour les torrents, et ils vont entre les monts.
11 Ils abreuvent tous les animaux des champs ; les onagres y brisent leur soif.
12 Là-haut demeure le volatile ; entre les feuillages ils donnent de la voix.
13 Il abreuve les montagnes de ses étages ; du fruit de tes œuvres la terre se rassasie.
14 Il fait germer le pâturin pour la bête, l’herbe au service de l’humain, pour faire sortir le pain de la terre.
15 De vin, il réjouit le cœur de l’homme, pour éclairer les faces mieux que l’huile ; et de pain il restaure le cœur de l’homme.
16 Les arbres de IHVH-Adonaï se rassasient, les cèdres du Lebanôn, qu’il a plantés,
17 là où les oiseaux nidifient ; dans les cyprès, la cigogne a sa maison.
18 Les hautes montagnes aux bouquetins, les rochers pour abri des damans,
19 il fait la lune pour les rendez-vous, et le soleil connaît son coucher.
20 Tu mets la ténèbre et c’est la nuit, là où glissent tous les animaux de la forêt.
21 Les lionceaux rugissent après la proie, pour demander leur nourriture à Él.
22 Le soleil brille, ils se rassemblent, et s’accroupissent dans leurs logis.
23 L’humain sort à son œuvre, il est à son travail, jusqu’au soir.
24 Qu’elles sont nombreuses, tes œuvres, IHVH-Adonaï ! Tu les as toutes œuvrées avec sagesse ! La terre est pleine de tes créatures !
25 Voici la mer immense aux larges mains. Là, un grouillement sans nombre de petits animaux avec les grands.
26 Là vont les navires, et ce Leviatân que tu as formé pour jouer avec lui.
27 Tous patientent auprès de toi, pour que tu leur donnes leur nourriture à temps.
28 Tu la leur donnes, ils la récoltent ; tu ouvres ta main, ils se rassasient bien.
29 Tu voiles tes faces, ils s’affolent. Tu recueilles leur souffle, ils agonisent, et retournent à leur poussière.
30 Tu envoies ton souffle, ils sont créés. Tu rénoves les faces de la glèbe.
31 La gloire de IHVH-Adonaï est en pérennité ; IHVH-Adonaï se réjouit en ses œuvres.
32 Il regarde la terre, elle est secouée ; il touche les montagnes, elles fument.
33 Je poétise pour IHVH-Adonaï en ma vie ; je chante mon Elohîms en mon existence.
34 Mon hymne est suave ; moi-même je me réjouis en IHVH-Adonaï.
35 Les fauteurs seront achevés sur terre ; les criminels ne seront plus. Bénis mon être, IHVH-Adonaï ! Hallelou-Yah !

Texte de la Version André Chouraqui
Copyright © Édition du Cerf