×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

 /   /   /  Entête 29     

Un clic sur un verset envoie vers le comparateur de versions.

Entête 29
André Chouraqui


Ia’acob et Rahél

1 Ia’acob porte ses pieds et va vers la terre des Benéi Qèdèm les Fils du Levant.
2 Il voit, et voici un puits dans le champ. Voici là trois troupeaux d’ovins accroupis dessus : oui, de ce puits ils abreuveront les troupeaux. La pierre est grande sur la bouche du puits.
3 Tous les troupeaux se réunissent là. Ils roulent la pierre de la bouche du puits, abreuvent les ovins puis retournent la pierre sur la bouche du puits, en son lieu.
4 Ia’acob leur dit : « Mes frères, d’où êtes-vous ? Ils disent :  »Nous ? De Harân. »
5 Il leur dit : « Connaissez-vous Labân bèn Nahor ? Ils disent :  »Nous connaissons. »
6 Il leur dit : « Paix à lui ? Ils disent :  »Paix. Voici Rahél Brebis sa fille, elle vient avec les ovins. »
7 Il dit : « Voici c’est grand jour encore, ce n’est pas le temps de réunir le cheptel. Abreuvez les ovins et allez pâturer. »
8 Ils disent : « Nous ne le pouvons pas avant que tous les troupeaux se soient réunis ; ils roulent alors la pierre de la bouche du puits et nous abreuvons les ovins. »
9 Il leur parle encore, quand Rahél vient avec les ovins de son père : oui, elle est pastourelle.
10 Et c’est quand Ia’acob a vu Rahél fille de Labân, le frère de sa mère et les ovins de Labân, le frère de sa mère, Ia’acob avance et roule la pierre de la bouche du puits. Il abreuve les ovins de Labân, le frère de sa mère.
11 Ia’acob baise Rahél, élève la voix et pleure.
12 Ia’acob rapporte à Rahél qu’il est le frère de son père, oui, le fils de Ribca, lui. Elle court et le rapporte à son père.
13 Et c’est quand Labân entend l’entendu de Ia’acob, le fils de sa sœur, il court à son abord, l’étreint, le baise, le fait venir à sa maison. Il raconte à Labân toutes ces paroles.
14 Labân lui dit : « Mais tu es mon os, ma chair, toi » ! Il habite avec lui une lunaison de jours.
15 Labân dit à Ia’acob : « Et quoi, tu es mon frère, toi. Et tu me servirais gratuitement ? Rapporte-moi quel sera ton salaire ?
16 Or Labân a deux filles. Nom de la grande : Léa. Nom de la petite : Rahél.
17 Les yeux de Léa ? Mous. Rahél était de tournure belle et belle à voir.
18 Ia’acob aime Rahél. Il dit : « Je te servirai sept ans pour Rahél, ta fille, la petite. »
19 Labân dit : « Il est bien à moi de t’en faire dation plutôt que dation à un autre homme. Habite avec moi. »
20 Ia’acob sert pour Rahél sept ans. Ils sont à ses yeux comme quelques jours, en son amour pour elle.
21 Ia’acob dit à Labân : « Offre-moi ma femme. Oui, mes jours se sont remplis et je viens à elle. »
22 Labân réunit tous les hommes du lieu et fait un festin.
23 Et c’est au soir : il prend Léa, sa fille, il la lui fait venir et il vient à elle.
24 Labân donne à Léa, sa fille, Zilpa, sa domestique, pour domestique.
25 Et c’est au matin et voici : c’est Léa ! Il dit à Labân : « Que m’as-tu donc fait ? N’est-ce pas pour Rahél que j’ai servi avec toi ? Pourquoi m’as-tu dupé ? »
26 Labân dit : « Il ne se fait pas ainsi en notre lieu, donner la puînée avant l’aînée.
27 Remplis ce septennat : celle-là aussi t’est donnée contre le service où tu me serviras encore sept autres années. »
28 Ia’acob fait ainsi. Il remplit ce septennat. Il lui donne Rahél, sa fille, à lui, pour femme.
29 Labân donne Bilha, sa domestique, à Rahél, sa fille, pour domestique.
30 Ia’acob vient aussi à Rahél, il aime aussi Rahél plus que Léa. Il sert avec lui encore sept autres années.

Les fils de Ia’acob

31 IHVH-Adonaï voit : oui, Léa est haïe. Il ouvre sa matrice. Et Rahél ? Stérile !
32 Enceinte, Léa enfante un fils et crie son nom : Reoubén. Oui, elle a dit : « Oui, IHVH-Adonaï a vu ma misère, maintenant, oui, mon homme m’aimera. »
33 Encore enceinte elle enfante un fils. Elle dit : « Oui, IHVH-Adonaï a entendu que je suis moi-même haïe. Il m’a donné celui-là aussi. » Elle crie son nom : Shim’ôn l’Entendeur.
34 Encore enceinte, elle enfante un fils et dit : « Maintenant, mon homme, cette fois, s’adjoindra à moi : oui, j’ai enfanté pour lui trois fils. » Sur quoi, elle a crié son nom : Lévi l’Adjoint.
35 Encore enceinte, elle enfante un fils et dit : « Cette fois, je célèbre IHVH-Adonaï. » Sur quoi elle a crié son nom : Iehouda le Célébrant. Elle s’arrête d’enfanter.

Texte de la Version André Chouraqui
Copyright © Édition du Cerf