Fermer le panneau de recherche

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

Accueil  /  Bible  /  Samuel Cahen  / Esaïe 51.18     

Esaïe 51.18
Samuel Cahen


Promesses de délivrance

1 Écoutez-moi, vous qui poursuivez la justice, qui recherchez Ieovah ; portez vos regards sur le rocher d’où vous êtes taillés et vers la fosse creusée d’où vous avez été tirés.
2 Regardez sur Abraham, votre père, et sur Sara, qui vous a enfantés, car, lui seul, je l’ai appelé, je l’ai béni et multiplié.
3 Ainsi Ieovah aura pitié de Tsione (Sion), aura pitié de toutes ses ruines ; il en rendra le désert comme un Eden et leur solitude comme un jardin de Ieovah ; la joie et l’allégresse y seront trouvées, les actions de grâces et les chants de louanges.
4 Sois attentif à moi, mon peuple ; ma nation écoute-moi ; car la doctrine sortira de moi, et je fonderai mon droit pour être la lumière des peuples.
5 Ma justice est proche, mon salut apparaît ; mes bras jugeront les peuples ; les plages éloignées espéreront en moi et leur attente sera en ma puissance.
6 Élevez vos yeux vers le ciel et plongez-les en bas vers la terre, car les cieux se dissipent comme de la fumée et la terre s’effile comme un vêtement ; ses habitants périssent également, mon secours durera toujours et ma justice ne cessera pas.
7 Écoutez-moi, vous amis de la justice, peuple dans le cœur duquel est ma doctrine ; ne craignez pas l’opprobre de l’homme, et ne tremblez pas devant leurs blasphèmes.
8 Car comme un vêtement la mite les dévorera, et comme la laine le ver les rongera ; mais ma justice subsistera toujours, et mon secours, dans les générations futures.
9 Lève-toi, lève-toi, revêts-toi de force, bras de Ieovah ; lève-toi comme aux jours antérieurs, dans les générations des siècles écoulés ; n’est-ce pas toi qui entaillas la superbe et abattis le dragon ?
10 N’est-ce pas toi qui as desséché la mer, les eaux du grand abîme, qui as frayé un chemin dans les profondeurs de la mer pour y faire passer les délivrés ?
11 Ceux que Ieovah a rachetés retourneront, ils entreront à Tsione (Sion) avec allégresse ; une joie éternelle sur leur tête, le ravissement et la joie les atteignent, le gémissement et la tristesse s’enfuient.
12 Moi, moi, je suis celui qui ai pitié de vous ; qui es-tu pour avoir crainte de l’homme qui est mortel, du fils de l’homme qui périt comme l’herbe ?
13 Et tu oublierais Ieovah ton créateur, qui a étendu les cieux et fondé la terre ! et tu aurais peur constamment, tout le jour de la colère de l’oppresseur, quand il s’établit pour détruire ! et où est donc la colère de l’oppresseur ?
14 L’enchaîné a hâte d’être délivré, il ne mourra pas dans la fosse ; son pain ne lui manquera pas.
15 Car je suis Ieovah, ton Dieu, qui dompte la mer quand ses vagues sont agitées, Ieovah Tsebaoth est son nom.
16 Je mets mes paroles dans ta bouche, je te couvre avec l’ombre de ma main, pour implanter les cieux, fonder la terre et dire à Tsione : “Tu es mon peuple. ”
17 Réveille-toi, réveille-toi, lève-toi, Ierouschalaïme, qui as bu hors de la main de Ieovah le calice de sa colère, tu as bu et sucé la lie du calice du vertige.
18 Elle n’a personne pour la diriger, de tous les enfants qu’elle a enfantés, nul ne la prend par la main, de tous les enfants qu’elle a élevés.
19 Ces deux choses te sont arrivées, qui t’a plaint ? La dévastation et la rupture, la famine et le glaive ; comment te consolerais-je ?
20 Tes enfants en défaillance gisaient à tous les coins de rues, comme le cerf dans le filet, pleins de la colère de Ieovah, de la menace de ton Dieu.
21 C’est pourquoi écoute donc cela, toi, souffrante, ivre, et non de vin.
22 Ainsi dit ton Seigneur, Ieovah, et ton Dieu qui défend son peuple : Voici, je prends de ta main le calice du vertige, le fond du calice de ma colère, tu ne le boiras plus.
23 Je le mettrai dans la main de tes tyrans qui ont dit à ta personne : Courbe-toi pour que nous passions sur toi ! et tu as mis ton corps à terre, comme une rue pour les passants.

Cette Bible est dans le domaine public.