×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

Accueil  /  Bible  /   /  Genèse 2.19     

Un clic sur un verset envoie vers le comparateur de versions.

Genèse 2.19
Traduction œcuménique de la Bible


1 Le ciel, la terre et tous leurs éléments furent achevés.
2 Dieu acheva au septième jour l’œuvre qu’il avait faite,
il arrêta au septième jour toute l’œuvre qu’il faisait.
3 Dieu bénit le septième jour et le consacra car il avait alors arrêté toute l’œuvre que lui-même avait créée par son action.

Le jardin d’Éden

4 Telle est la naissance du ciel et de la terre lors de leur création. Le jour où le Seigneur Dieu fit la terre et le ciel,
5 il n’y avait encore sur la terre aucun arbuste des champs, et aucune herbe des champs n’avait encore germé, car le Seigneur Dieu n’avait pas fait pleuvoir sur la terre et il n’y avait pas d’homme pour cultiver le sol ;
6 mais un flux montait de la terre et irriguait toute la surface du sol.
7 Le Seigneur Dieu modela l’homme avec de la poussière prise du sol. Il insuffla dans ses narines l’haleine de vie, et l’homme devint un être vivant.
8 Le Seigneur Dieu planta un jardin en Eden, à l’orient, et il y plaça l’homme qu’il avait formé.
9 Le Seigneur Dieu fit germer du sol tout arbre d’aspect attrayant et bon à manger, l’arbre de vie au milieu du jardin et l’arbre de la connaissance de ce qui est bon ou mauvais.
10 Un fleuve sortait d’Eden pour irriguer le jardin ; de là il se partageait pour former quatre bras.
11 L’un d’eux s’appelait Pishôn : c’est lui qui entoure tout le pays de Hawila où se trouve l’or
12 — et l’or de ce pays est bon — ainsi que le bdellium et la pierre d’onyx.
13 Le deuxième fleuve s’appelait Guihôn ; c’est lui qui entoure tout le pays de Koush.
14 Le troisième fleuve s’appelait Tigre ; il coule à l’orient d’Assour. Le quatrième fleuve, c’était l’Euphrate.
15 Le Seigneur Dieu prit l’homme et l’établit dans le jardin d’Eden pour cultiver le sol et le garder.
16 Le Seigneur Dieu prescrivit à l’homme : « Tu pourras manger de tout arbre du jardin,
17 mais tu ne mangeras pas de l’arbre de la connaissance de ce qui est bon ou mauvais car, du jour où tu en mangeras, tu devras mourir. »
18 Le Seigneur Dieu dit : « Il n’est pas bon pour l’homme d’être seul. Je veux lui faire une aide qui lui soit accordée. »
19 Le Seigneur Dieu modela du sol toute bête des champs et tout oiseau du ciel qu’il amena à l’homme pour voir comment il les désignerait. Tout ce que désigna l’homme avait pour nom « être vivant » ;
20 l’homme désigna par leur nom tout bétail, tout oiseau du ciel et toute bête des champs, mais pour lui-même, l’homme ne trouva pas l’aide qui lui soit accordée.
21 Le Seigneur Dieu fit tomber dans une torpeur l’homme qui s’endormit ; il prit l’une de ses côtes et referma les chairs à sa place.
22 Le Seigneur Dieu transforma la côte qu’il avait prise à l’homme en une femme qu’il lui amena.
23 L’homme s’écria :
« Voici cette fois l’os de mes os et la chair de ma chair,
celle-ci, on l’appellera femme car c’est de l’homme qu’elle a été prise. »
24 Aussi l’homme laisse-t-il son père et sa mère pour s’attacher à sa femme, et ils deviennent une seule chair.
25 Tous deux étaient nus, l’homme et sa femme, sans se faire mutuellement honte.

Texte de la Traduction Œcuménique de la Bible 1988