×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

 /   /   /  Psaume 139     

Un clic sur un verset envoie vers le comparateur de versions.

Psaumes 139
Segond « Colombe »


Science infinie de Dieu

1 Au chef de chœur. Psaume de David.
Éternel ! tu me sondes et tu (me) connais,
2 Tu sais quand je m’assieds et quand je me lève,
Tu comprends de loin ma pensée ;
3 Tu sais quand je marche et quand je me couche,
Et tu pénètres toutes mes voies.
4 Car la parole n’est pas sur ma langue,
Que déjà, Éternel ! tu la connais entièrement.
5 Tu m’entoures par derrière et par devant,
Et tu mets ta main sur moi.
6 Une telle science est trop merveilleuse pour moi,
Trop élevée pour que je puisse la saisir.
7 Où irais-je loin de ton Esprit
Et où fuirais-je loin de ta face ?
8 Si je monte aux cieux, tu y es ;
Si je me couche au séjour des morts, t’y voilà.
9 Si je prends les ailes de l’aurore,
Et que j’aille demeurer au-delà de la mer,
10 Là aussi ta main me conduira,
Et ta droite me saisira.
11 Si je dis : Au moins les ténèbres me submergeront,
La nuit devient lumière autour de moi ;
12 Même les ténèbres ne sont pas ténébreuses pour toi,
La nuit s’illumine comme le jour,
Et les ténèbres comme la lumière.
13 C’est toi qui as formé mes reins,
Qui m’as tenu caché dans le sein de ma mère.
14 Je te célèbre ; car je suis une créature merveilleuse.
Tes œuvres sont des merveilles,
Et mon âme le reconnaît bien.
15 Mon corps n’était pas caché devant toi,
Lorsque j’ai été fait en secret,
Tissé dans les profondeurs de la terre.
16 Quand je n’étais qu’une masse informe, tes yeux me voyaient ;
Et sur ton livre étaient tous inscrits
Les jours qui étaient fixés,
Avant qu’aucun d’eux (existe).
17 Que tes pensées, ô Dieu, me semblent impénétrables !
Que la somme en est grande !
18 Si je les compte,
Elles sont plus nombreuses que (les grains de) sable.
Je m’éveille, et je suis encore avec toi.
19 Ô Dieu, si seulement tu faisais mourir le méchant !
Hommes de sang, écartez-vous de moi !
20 Ils parlent de toi d’une manière infâme,
Ils prennent (ton nom) en vain, eux, tes adversaires !
21 Éternel, n’aurai-je pas de la haine pour ceux qui te haïssent,
Du dégoût pour ceux qui se soulèvent contre toi ?
22 Je les hais d’une parfaite haine ;
Ils sont devenus pour moi des ennemis.
23 Sonde-moi, ô Dieu, et connais mon cœur !
Éprouve-moi, et connais mes préoccupations !
24 Regarde si je suis sur une mauvaise voie,
Et conduis-moi sur la voie de l’éternité !

Texte de la Segond Colombe
Copyright © Éditions Biblio.