×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

 /   /   /  Louanges 55     

Un clic sur un verset envoie vers le comparateur de versions.

Louanges 55
André Chouraqui


Écoute ma prière

1 Au chorège. Avec musiques. Perspicace. De David.
2 Écoute ma prière, Elohîms, ne te soustrais pas à ma supplication.
3 Sois-moi attentif, réponds-moi. Je plonge en mon épanchement et me bouleverse.
4 À la voix de l’ennemi, face à la contrainte du criminel, oui, ils font chanceler sur moi la fraude ; ils me dénoncent avec fureur.
5 Mon cœur tressaille en mon sein ; les effrois de la mort m’assaillent.
6 Le frémissement, la terreur surgissent contre moi ; l’effroi m’envahit.
7 Et je dis : Qui me donnera les ailes de la palombe. Je m’envolerais et j’aurais le repos.
8 Voici, je m’éloignerais, errant, et nuiterais au désert. Sèlah.
9 Je me hâterais, m’évadant loin du souffle impétueux, loin de la tempête.
10 Engloutis-les, Adonaï, divise leur langue ! Oui, j’ai vu la violence et la bataille dans la ville.
11 De jour et de nuit elles entourent ses remparts ; la fraude et le tourment en son sein.
12 La débâcle en son sein, la vexation, la duperie ne se retirent pas de ses places.
13 Car ce n’est pas l’ennemi qui me flétrit : je le supporterais ; ni mon haineux qui se hausse contre moi : je m’en cacherais.
14 Mais toi, homme de ma valeur, mon champion, mon confident,
15 avec qui, unis, nous savourions l’intimité, allant en émoi dans la maison d’Elohîms.
16 Malemort sur eux ! Ils descendront vivant au Shéol ! Oui, les malheurs sont en leurs résidences, en leur sein.
17 Moi, vers Elohîms je crie, IHVH-Adonaï me sauve.
18 Le soir, le matin, le midi, je m’épanche ; je suis bouleversé mais il entend ma voix.
19 Il rachète mon être en paix, sans bataille pour moi. Oui, ils sont nombreux contre moi.
20 Él entend et leur répond. Il siège, antique. Sèlah. Eux qui ne changent pas et ne frémissent pas d’Elohîms.
21 Il lance ses mains contre les pacifiques, il profane son pacte.
22 Les compliments glissent de sa bouche, mais la bataille est en son cœur. Ses paroles sont plus tendres que de l’huile, mais ce sont des poignards.
23 Remets à IHVH-Adonaï ton fardeau, il te sustentera. Il ne donne pas en pérennité au juste de chanceler.
24 Toi, Elohîms, fais descendre dans la fosse du pourrissoir les hommes de sang et de duperie, qui n’atteignent pas la moitié de leurs jours. Moi, en toi, je suis tout abandonné.

Texte de la Version André Chouraqui
Copyright © Édition du Cerf