×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

 /   /   /  Louanges 48     

Un clic sur un verset envoie vers le comparateur de versions.

Louanges 48
André Chouraqui


IHVH-Adonaï très louangé

1 Poème. Chant. Des Benéi Qorah.
2 Il est grand, IHVH-Adonaï, très louangé, en ville de notre Elohîms, au mont de son sanctuaire.
3 Beau belvédère, liesse de toute la terre, mont Siôn aux confins du septentrion, la cité du roi grandiose.
4 Elohîms, en ses châteaux, se révèle citadelle.
5 Oui, voici, les rois se liguaient, ils se déployaient ensemble.
6 Ils voient, eux-mêmes, ainsi étonnés, s’affolent et se précipitent.
7 Une secousse les saisit là, le spasme d’une parturiente.
8 Au souffle du levant, tu as brisé les navires de Tarshish.
9 Comme nous l’entendîmes, nous le vîmes, dans la ville de IHVH-Adonaï Sebaot, dans la ville de notre Elohîms : Elohîms l’affermit jusqu’en pérennité. Sèlah.
10 Nous méditons, Elohîms, ton chérissement, à l’intérieur de ton palais.
11 Tel est ton nom, Elohîms, telle est ta louange, aux confins de la terre ; la justice remplit ta droite.
12 Le mont Siôn se réjouit ; les filles de Iehouda exultent en tes jugements.
13 Tournez, contournez Siôn, comptez ses tours.
14 Placez votre cœur en son glacis, gravissez ses châteaux pour le raconter à l’âge dernier.
15 Oui, voici, Elohîms est notre Elohîms, en pérennité, à jamais. Lui-même nous conduit au-delà de la mort.

Texte de la Version André Chouraqui
Copyright © Édition du Cerf