×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

 /   /   /  1 Rois 3.9     

Un clic sur un verset envoie vers le comparateur de versions.

1 Rois 3.9
Traduction œcuménique de la Bible


Apparition de Dieu à Salomon

1 Salomon devint gendre du Pharaon, roi d’Égypte ; il épousa la fille du Pharaon et l’installa dans la Cité de David jusqu’à ce qu’il eût fini de bâtir sa propre maison, la Maison du Seigneur et la muraille autour de Jérusalem.
2 Seulement, le peuple continuait à offrir des sacrifices sur les hauts lieux car, jusqu’à cette époque, on n’avait pas encore bâti de Maison pour le nom du Seigneur.
3 Salomon aima le Seigneur de telle sorte qu’il marcha selon les prescriptions de David, son père ; seulement, c’était sur les hauts lieux qu’il offrait des sacrifices et qu’il brûlait de l’encens.
4 Le roi se rendit à Gabaon pour y offrir un sacrifice car c’était le principal haut lieu — Salomon offrira mille holocaustes sur cet autel.
5 À Gabaon, le Seigneur apparut à Salomon, la nuit, dans un rêve ; Dieu lui dit : « Demande ! Que puis-je te donner ? »
6 Salomon répondit : « Tu as traité ton serviteur David, mon père, avec une grande fidélité parce qu’il a marché devant toi avec loyauté, justice et droiture de cœur à ton égard, tu lui as gardé cette grande fidélité en lui donnant un fils qui siège aujourd’hui sur son trône.
7 Maintenant, Seigneur, mon Dieu, c’est toi qui fais régner ton serviteur à la place de David, mon père, moi qui ne suis qu’un tout jeune homme, et ne sais comment gouverner.
8 Ton serviteur se trouve au milieu de ton peuple, celui que tu as choisi, peuple si nombreux qu’on ne peut ni le compter ni le dénombrer à cause de sa multitude.
9 Il te faudra donner à ton serviteur un cœur qui ait de l’entendement pour gouverner ton peuple, pour discerner le bien du mal ; qui, en effet, serait capable de gouverner ton peuple, ce peuple si important ? »
10 Cette demande de Salomon plut au Seigneur.
11 Dieu lui dit : « Puisque tu as demandé cela et que tu n’as pas demandé pour toi une longue vie, que tu n’as pas demandé pour toi la richesse, que tu n’as pas demandé la mort de tes ennemis, mais que tu as demandé le discernement pour gouverner avec droiture,
12 voici, j’agis selon tes paroles : je te donne un cœur sage et perspicace, de telle sorte qu’il n’y a eu personne comme toi avant toi, et qu’après toi, il n’y aura personne comme toi.
13 Et même ce que tu n’as pas demandé, je te le donne : et la richesse, et la gloire, de telle sorte que, durant toute ta vie, il n’y aura personne comme toi parmi les rois.
14 Si tu marches dans mes chemins, en gardant mes lois et mes commandements comme David, ton père, je prolongerai ta vie. »
15 Salomon se réveilla ; tel fut son rêve. — Il rentra à Jérusalem et se tint devant l’arche de l’alliance du Seigneur. Il offrit des holocaustes et des sacrifices de paix, et il fit un banquet pour tous ses serviteurs.

Le sage jugement de Salomon

16 Alors deux prostituées vinrent se présenter devant le roi.
17 L’une dit : « Je t’en supplie, mon seigneur ; moi et cette femme, nous habitons la même maison, et j’ai accouché alors qu’elle s’y trouvait.
18 Or, trois jours après mon accouchement, cette femme accoucha à son tour. Nous étions ensemble, sans personne d’autre dans la maison ; il n’y avait que nous deux.
19 Le fils de cette femme mourut une nuit parce qu’elle s’était couchée sur lui.
20 Elle se leva au milieu de la nuit, prit mon fils qui était à côté de moi — ta servante dormait — et le coucha contre elle ; et son fils, le mort, elle le coucha contre moi.
21 Je me levai le matin pour allaiter mon fils, mais il était mort. Le jour venu, je le regardai attentivement, mais ce n’était pas mon fils, celui dont j’avais accouché. »
22 L’autre femme dit : « Non ! mon fils, c’est le vivant, et ton fils, c’est le mort » ; mais la première continuait à dire : « Non ! ton fils, c’est le mort, et mon fils, c’est le vivant. » Ainsi parlaient-elles devant le roi.
23 Le roi dit : « Celle-ci dit : “Mon fils, c’est le vivant, et ton fils, c’est le mort” ; et celle-là dit : “Non ! ton fils, c’est le mort, et mon fils, c’est le vivant.” »
24 Le roi dit : « Apportez-moi une épée ! » Et l’on apporta l’épée devant le roi.
25 Et le roi dit : « Coupez en deux l’enfant vivant, et donnez-en une moitié à l’une et une moitié à l’autre. »
26 La femme dont le fils était le vivant dit au roi, car ses entrailles étaient émues au sujet de son fils : « Pardon, mon seigneur ! Donnez-lui le bébé vivant, mais ne le tuez pas ! » Tandis que l’autre disait : « Il ne sera ni à moi ni à toi ! Coupez ! »
27 Alors le roi prit la parole et dit : « Donnez à la première le bébé vivant, ne le tuez pas ; c’est elle qui est la mère. »
28 Tout Israël entendit parler du jugement qu’avait rendu le roi, et l’on craignit le roi, car on avait vu qu’il y avait en lui une sagesse divine pour rendre la justice.

Texte de la Traduction Œcuménique de la Bible 1988