×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

Accueil  /  Bible  /  Lausanne  / Cantique 2.16     

Cantique 2.16
Lausanne


1 Je suis le narcisse de Saron, le lis des vallées.

Le jeune homme

2 Tel le lis entre les épines, telle est mon amie entre les [jeunes] filles.

La jeune femme

3 Tel le cédrat{Ou le cognassier.} au milieu des arbres de la forêt, tel est mon bien-aimé entre les jeunes hommes{Héb. les fils.} J’ai désiré son ombre et je [m’y] suis assise, et son fruit est doux à mon palais.
4 Il m’a fait entrer dans la maison où [l’on boit] le vin, et sa bannière, [déployée] sur moi, est amour.
5 Soutenez-moi avec des gâteaux [de raisins], ranimez-moi avec des cédrats, car je suis malade d’amour.
6 Que sa main gauche soit sous ma tête, et que sa droite m’embrasse !

Le jeune homme

7 Je vous adjure, filles de Jérusalem, par les gazelles ou par les biches des champs, n’éveillez pas, ne réveillez pas [mon] amour jusqu’à ce qu’elle le veuille !

La jeune femme

8 C’est la voix de mon bien-aimé ! Voici, c’est lui qui vient, franchissant les montagnes, sautant sur les collines.
9 Mon bien-aimé est semblable à la gazelle ou au faon des biches. Voici, c’est lui qui se tient derrière notre paroi, contemplant par les fenêtres, lançant ses regards au travers des treillis.
10 Mon bien-aimé parle et me dit : Lève-toi, mon amie, ma belle, et viens-t’en !
11 Car voici, l’hiver est passé ; la pluie a cessé, elle s’en est allée.
12 Les fleurs se montrent sur la terre ; la saison des chants est arrivée, et la voix de la tourterelle s’entend dans notre contrée{Héb. notre terre.}
13 Le figuier mûrit ses fruits d’hiver et les vignes en fleur exhalent leur odeur. Lève-toi, mon amie, ma belle, et viens-t’en !
14 Ô ma colombe, [qui te tiens] dans les retraites du rocher, dans tes cachettes des lieux escarpées, montre-moi ton visage, fais-moi entendre ta voix ; car ta voix est douce, et ton visage est attrayant.
15 Prenez-nous les renards, les petits renards qui ravagent les vignes, car nos vignes sont en fleur.
16 Mon bien-aimé est à moi, et je suis à lui ; il paît [son troupeau] parmi les lis.
17 Jusqu’à ce que le [vent du] jour souffle, et que les ombres fuient, reviens !... Sois semblable, mon bien-aimé, à la gazelle ou au faon des biches sur les montagnes qui nous séparent{Ou coupées [de ravins].}

Cette Bible est dans le domaine public.