×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

 /   /   /  Iob 13     

Un clic sur un verset envoie vers le comparateur de versions.

Iob 13
André Chouraqui


Des cuirasses d’argile

1 Certes ! mon œil a tout vu, mon oreille a entendu ; elle l’a discerné.
2 Ce que vous pénétrez, je le pénètre aussi. Moi-même, je ne suis pas inférieur à vous.
3 Pourtant, c’est à Shadaï que je parlerai : je désire admonester Él !
4 Et pourtant, vous, plâtriers du mensonge ! Médecins d’idoles, vous tous !
5 Qui donnera de vous faire taire, taire ? Ce serait pour vous sagesse !
6 Entendez donc mon exhortation ; soyez attentifs aux combats de mes lèvres.
7 Est-ce à Él que vous parlez de duperie ? À lui que vous parlez de forfaiture ?
8 Portez-vous ses faces, quand vous plaidez pour Él ?
9 Serait-il bon qu’il vous sonde, quand vous le bafouez comme vous bafouez l’humain ?
10 Il vous admonestera, il vous admonestera, si en secret vous portez des faces.
11 Son effroi ne vous terrorise-t-il pas ? Son tremblement ne tombe-t-il pas sur vous ?
12 Vos souvenirs sont des exemples de cendre ; vos cuirasses, des cuirasses d’argile.
13 Taisez-vous devant moi ; moi je parlerai ! M’advienne que pourra !
14 Pourquoi porter ma chair entre mes dents et mettre mon être sur ma paume ?
15 Voici, il peut me tuer. Je l’espère : ah ! prouver mes routes en face de lui !
16 Cela sera aussi mon salut, car l’hypocrite ne vient pas en face de lui.
17 Entendez, entendez mon mot, mon énoncé, de vos oreilles !
18 Voici donc, j’ai préparé le jugement. Je le sais, oui, j’ai raison.
19 Qui plaiderait contre moi ? Oui, maintenant je me tairais et j’agoniserais.
20 Mais ces deux-là, ne les fais pas contre moi. Alors, en face de toi, je ne me voilerai pas.
21 Éloigne de moi ta paume, et de ton effroi ne me terrorise pas !
22 Crie, je répondrai moi-même. Ou je parlerai et tu me répliqueras.
23 Combien ai-je de torts, de fautes ? Mes carences, mes fautes, fais-les-moi connaître.
24 Pourquoi voileras-tu tes faces ? Me comptes-tu pour ton ennemi ?
25 Tu fais trembler une feuille cinglée et poursuis une paille sèche.
26 Oui, tu as écrit contre moi avec amertume ; tu m’as légué mes torts de jeunesse.
27 Tu mets mes pieds aux brancades et surveilles toutes mes voies ; tu notes les racines de mes jambes.
28 Lui s’use comme une carie, comme un habit qui mange la mite.

Texte de la Version André Chouraqui
Copyright © Édition du Cerf