×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

 /   /   /  Shemouël 2 14     

Un clic sur un verset envoie vers le comparateur de versions.

Shemouël 2 14
André Chouraqui


La femme de Teqoa’

1 Ioab bèn Serouyah le sait, oui, le cœur de roi était pour Abshalôm.
2 Ioab envoie prendre de Teqoa’ une femme sage et lui dit : « Endeuille-toi donc, revêts donc les habits de deuil. Ne te frictionne pas d’huile, mais sois comme une femme qui, des jours multiples, s’endeuille sur un mort.
3 Viens vers le roi et parle-lui selon cette parole. » Et Ioab met les paroles dans sa bouche.
4 La femme de Teqoa’ parle au roi ; elle tombe sur ses narines, à terre, se prosterne et dit : « Sauve-moi, roi ! »
5 Le roi lui dit : « Qu’as-tu ? » Elle dit : « Mais je suis une femme, une veuve, et mon homme est mort.
6 Ta domestique a deux fils. Ils se sont querellés, les deux, dans les champs, et pas de sauveteur entre eux. L’un a frappé l’autre et l’a mis à mort.
7 Et voici, tout le clan s’est levé contre ta domestique. Ils disent : ‹ Donne le frappeur de son frère. Mettons-le à mort pour l’être de son frère, qu’il a tué. Exterminons aussi l’héritier !’ Ils éteindraient ce qui reste de ma braise, à ne mettre à mon homme ni nom ni reste sur les faces de la glèbe » !
8 Le roi dit à la femme : « Va dans ta maison. Je donnerai des ordres pour toi. »
9 La femme de Teqoa’ dit au roi : « Que le tort, mon Adôn le roi, soit sur moi et sur la maison de mon père ! Le roi et son trône en seront innocents ! »
10 Le roi dit : « Ton interlocuteur, fais-le venir vers moi. Il ne continuera plus à te toucher. »
11 Elle dit : « Le roi se souviendra donc, avec IHVH-Adonaï ton Elohîms, de ne pas multiplier ce que veut détruire le racheteur du sang : qu’ils n’exterminent pas mon fils ! » Il dit : « Vive IHVH-Adonaï ! Il ne tombera pas un des cheveux de ton fils à terre. »
12 La femme dit : « Ta domestique parlera donc à mon Adôn le roi une parole ! » Il dit : « Parle » !
13 La femme dit : « Pourquoi as-tu pensé ainsi contre le peuple d’Elohîms ? Le roi, en parlant de ce propos, le roi est coupable de ne pas faire retourner son banni.
14 Oui, nous mourrons, nous mourrons ; mais, comme l’eau qui gicle à terre ne peut être recueillie, qu’Elohîms ne porte pas l’être ! Pense à ces pensées afin de ne pas bannir loin de lui le banni.
15 Maintenant, je suis venue parler au roi mon Adôn cette parole, parce que le peuple me fait frémir. Mais ta domestique a dit : ‹ Je parlerai donc au roi. Peut-être le roi fera-t-il la parole de sa servante. ›
16 Oui, le roi entendra secourir sa servante de la paume de l’homme qui veut m’exterminer avec mon fils, ensemble, de la possession d’Elohîms.
17 Ta domestique dit : La parole de mon Adôn le roi sera donc pour le repos. Oui, mon Adôn le roi est comme un messager d’Elohîms, pour entendre le bien et le mal. IHVH-Adonaï, ton Elohîms, sera avec toi » !
18 Le roi répond et dit à la femme : « Ne me masque donc pas une parole de ce que je te demanderai moi-même. » La femme dit : « Que mon Adôn le roi parle donc ! »
19 Le roi dit : « La main de Ioab est-elle avec toi dans tout cela ? La femme répond et dit :  »Vive ton être, mon Adôn le roi ! Il ne faut aller ni à droite ni à gauche en tout ce que parle mon Adôn le roi ! Oui, ton serviteur Ioab me l’a ordonné, lui. C’est lui qui a mis dans la bouche de ta domestique toutes ces paroles.
20 Pour détourner les faces de la parole, ton serviteur Ioab a fait cette parole. Mais mon Adôn est sage de la sagesse d’Elohîms, pour savoir tout ce qui est sur la terre » !
21 Le roi dit à Ioab : « Voici donc, je fais cette parole : Va, fais retourner l’adolescent, Abshalôm ! »
22 Ioab tombe sur ses faces à terre ; il se prosterne, et bénit le roi. Ioab dit : « Aujourd’hui, ton serviteur le sait, oui j’ai trouvé grâce à tes yeux, mon Adôn le roi, puisque le roi fait la parole de ton serviteur. »

Le bel Abshalôm

23 Ioab se lève et va à Gueshour et fait venir Abshalôm à Ieroushalaîm.
24 Le roi dit : « Il retournera dans sa maison, mais il ne verra pas mes faces ! » Abshalôm s’installe dans sa maison ; mais il ne voyait pas les faces du roi.
25 Comme Abshalôm, il n’était pas de plus bel homme en tout Israël à être fort louangé de la plante de son pied jusqu’à son occiput, il n’était en lui aucune tare.
26 Quand il se rasait la tête, c’était au bout de jours et de jours qu’il se rasait. Oui, cela lui pesait et il se rasait. Le poil de sa tête pesait deux cents sicles à la pierre du roi.
27 Il naquit à Abshalôm trois fils et une fille. Son nom, Tamar. Elle était une femme belle à voir.
28 Abshalôm habite à Ieroushalaîm deux années de jours sans voir les faces du roi.
29 Abshalôm envoie quérir Ioab pour l’envoyer au roi, mais il ne consent pas à venir à lui. Il l’envoie quérir une deuxième fois encore, mais il ne consent pas à venir.
30 Il dit à ses serviteurs : « Voyez la parcelle de Ioab sous ma main. Il y a là de l’orge. Incendiez-la par le feu. Les serviteurs d’Abshalôm incendient la parcelle.
31 Ioab se lève et vient vers Abshalôm, dans sa maison. Il lui dit : « Pourquoi tes serviteurs ont-ils incendié au feu la parcelle qui est à moi ?
32 Abshalôm dit à Ioab : « Voici, je t’avais envoyé pour dire : ‹ Viens ici. › Je t’envoie dire au roi : ‹ Pourquoi suis-je venu de Gueshour ? C’était bien pour moi tant que j’étais là. Maintenant, je verrai les faces du roi. S’il existe en moi un tort, qu’il me mette à mort’. »
33 Ioab vient le rapporter au roi, qui invite Abshalôm. Celui-ci vient vers le roi et se prosterne, narines à terre, en face du roi. Le roi embrasse Abshalôm.

Cette Bible est dans le domaine public.