×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

Accueil  /  Bible  /  Vigouroux  / Osée 1.8     

Osée 1.8
Vigouroux


Les mariages d’Osée

Osée et la femme prostituée

1 Parole du Seigneur, qui fut adressée à Osée, fils de Beéri, aux jours d’Ozias, de Joathan, d’Achaz et d’Ezéchias, rois de Juda, et aux jours de Jéroboam, fils de Joas, roi d’Israël.[1.1-24 Ire partie : Tableau symbolique de l’infidélité d’Israël, du chapitre 1 au chapitre 3. ― La première partie contient les prophéties qu’Osée avait faites sous le règne de Jéroboam II, chapitre 1, verset 2. Elle dépeint, sous une forme symbolique, les infidélités du peuple envers Dieu, la vengeance divine et le pardon qui sera enfin accordé au coupable. ― Premier symbole : ― 1° Du chapitre 1 au chapitre 2, verset 1. Osée reçoit du Seigneur l’ordre d’épouser une femme de fornications, figure d’Israël coupable ; il en a deux fils et une fille qui reçoivent des noms prophétiques ; l’aîné s’appelle Jezrahel, en souvenir de l’extermination de la maison d’Achab par Jéhu dans la plaine de Jezrahel, et pour annoncer la punition des descendants de Jéhu, parce qu’ils n’ont pas été plus fidèles qu’Achab et sa race ; la fille est nommée Lô-roukhâmâh, Sans miséricorde, pour signifier que la patience divine est à bout, et le second fils Lô-Ammi, Non mon peuple, pour marquer la séparation qui existe entre le Seigneur et son peuple. Cependant, si Israël se convertit, Dieu aura pitié de lui.] [1.1 Jéroboam, fils de Joas, est Jéroboam II, contemporain d’Ozias, mais mort avant ce prince.]
2 La première fois que le (Commencement des paroles du, note) Seigneur parla à (par) Osée, le Seigneur dit à Osée : Va, prends pour (toi) femme une prostituée (une femme de fornications, note), et aie des enfants de prostitution ; car le pays d’Israël se prostitue et s’éloigne (forniquant la terre forniquera en se séparant) du Seigneur.[1.2 Commencement, etc. ; littéralement, le commencement de parler par le Seigneur dans Osée. On ne saurait en effet expliquer autrement que par l’ablatif le Domino de la Vulgate, laquelle d’ailleurs est parfaitement conforme au texte hébreu portant à la lettre : commencement de a parlé Jéhova dans Osée. Ainsi le sens est : Voici les premières paroles du Seigneur dans Osée. ― Prends pour toi une femme ; expression qui en hébreu signifie se marier légitimement. ― Une femme de fornications ; qui a été prostituée. Et des enfants de fornications ; les enfants qu’elle a eus dans son état de prostitution. Ces mots dans l’Hébreu et dans les Septante sont un second complément direct du verbe prends. Quant à ceux (et fac tibi filios fornicationum) que saint Jérôme a ajoutés, ils signifient : et fais tiens, recueille, reçois ses enfants pour les élever, ou bien, aie des enfants de cette ancienne prostituée ; mais la première interprétation, conforme d’ailleurs au texte original, est plus simple et plus naturelle. Ainsi, par son mariage, Osée retire du crime une malheureuse, et sauve ses enfants du danger auquel autrement ils auraient été exposés. Et puis, est-il donc impossible qu’au milieu de ses désordres, cette femme n’ait pas pratiqué quelque vertu, n’ait pas fait quelque action louable, qui lui ait mérité sa conversion, et qu’en ordonnant au Prophète de l’épouser, le Seigneur ne lui ait pas révélé son mérite ? ― Forniqué, forniquera ; hébraïsme, pour elle forniquera par toutes sortes de fornications. ― En se séparant ; est évidemment sous-entendu, la particule latine a suivie de l’ablatif, ne pouvant être le complément du verbe fornicabitur. C’est un pur hébraïsme. Voir le 2° à la fin des Observations préliminaires des Psaumes. ― Quant au mariage qui paraît si étrange et si singulier, c’est une figure et un symbole dans lequel la femme prostituée représente Samarie, qui s’était abandonnée à l’idolâtrie, et les enfants par leurs noms figuratifs, la colère du Seigneur poussée à bout, et sa vengeance toute prête à éclater contre son peuple. Les prophéties ont été souvent des signes de ce qui devait arriver à Israël. Voir Isaïe, chapitre 20 ; Jérémie, chapitre 27 ; Ezéchiel, chapitre 4, etc.]
3 Il alla et prit Gomer, fille de Débélaïm, et elle conçut et lui enfanta un fils.
4 Et le Seigneur lui dit : Appelle-le du nom de Jezrahel, car dans peu de temps je vengerai (visiterai, note) le sang de Jezrahel sur la maison de Jéhu, et je mettrai fin au royaume de la maison d’Israël.[1.4 Jezrahel ; signifie en hébreu, Dieu sèmera, dispersera ; c’est ce dernier sens qui est applicable ici. ― Je visiterai, etc. ; c’est-à-dire, je vengerai sur la maison de Jéhu le sang qu’il a répandu dans la vallée de Jezrahel. Comparer à 4 Rois, 9, versets 21 et suivants ; 10, vv. 17, 31 et suivants.]
5 En ce jour-là, je briserai l’arc d’Israël dans la vallée de Jezrahel.
6 Elle conçut encore, et enfanta une fille. Et le Seigneur dit à Osée : Donne-lui le nom de Sans miséricorde, car à l’avenir je n’aurai plus de miséricorde pour la maison d’Israël, mais je les oublierai entièrement.[1.6 Sans miséricorde ; à qui on ne fait pas miséricorde. ― Je n’aurai plus de pitié ; littéralement, je n’ajouterai pas à avoir de pitié. Voir sur cet hébraïsme le 2° à la fin des Observations préliminaires des Psaumes.]
7 Et j’aurai pitié de la maison de Juda, et je les sauverai par le Seigneur leur Dieu, et je ne les sauverai pas par l’arc, ni par l’épée, ni par la guerre, ni par les chevaux, ni par les cavaliers.[1.7 J’aurai pitié, etc. Voir pour l’accomplissement de cette prophétie, 4 Rois, 19, 35 ; Isaïe, chapitres 36 et 37.]
8 Elle (Et Gomer) sevra celle (sa fille) qui était appelée Sans miséricorde. Elle conçut encore, et enfanta un fils.
9 Et le Seigneur dit : Donne-lui le nom de Pas (Non) mon peuple, car vous n’êtes plus mon peuple, et je ne serai plus votre Dieu.

Cette Bible est dans le domaine public.