×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

 /   /   /  Cantique 6     

Un clic sur un verset envoie vers le comparateur de versions.

Cantique 6
Segond « Colombe »


Les filles de Jérusalem

1 — Où est allé ton bien-aimé,
Ô la plus belle des femmes ?
De quel côté ton bien-aimé a-t-il tourné (ses pas),
Que nous le cherchions avec toi ?

La jeune femme

2 — Mon bien-aimé est descendu à son jardin,
Au parterre d’aromates,
Pour faire paître (son troupeau) dans les jardins,
Et pour cueillir des lis.
3 Je suis à mon bien-aimé, et mon bien-aimé est à moi ;
Il fait paître (son troupeau) parmi les lis.

Le jeune homme

4 — Tu es belle, ma compagne, comme Tirtsa,
Charmante comme Jérusalem,
Mais terrible comme des troupes sous leurs bannières.
5 Détourne de moi tes yeux, car ils me troublent.
Ta chevelure est comme un troupeau de chèvres
Dévalant du Galaad.
6 Tes dents sont comme un troupeau de brebis
Qui remontent de l’abreuvoir ;
Elles ont toutes leurs sœurs jumelles,
Aucune d’elles n’en est privée.
7 Ta joue est comme une moitié de grenade
Derrière ton voile…
8 Les reines sont soixante,
Les concubines quatre-vingts,
Les jeunes filles sont innombrables.
9 Unique est ma colombe, ma parfaite ;
Elle est l’unique de sa mère,
La (plus) resplendissante pour celle qui lui donna le jour.
Les jeunes filles la voient et la disent heureuse ;
Les reines et les concubines aussi, et elles la louent.

Les filles de Jérusalem

10 — Qui est celle-ci qui apparaît comme l’aurore,
Belle comme la lune, resplendissante comme le soleil,
Mais terrible comme des troupes sous leurs bannières ?

Le jeune homme

11 Je descends au jardin des noyers,
Pour voir les jeunes pousses du ravin,
Pour voir si la vigne bourgeonne,
Si les grenadiers fleurissent.
12 Je ne sais, mais mon désir me rend semblable
Aux chars de mon noble peuple.

Texte de la Segond Colombe
Copyright © Éditions Biblio.