×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

 /   /   /  Cantique 4     

Un clic sur un verset envoie vers le comparateur de versions.

Cantique 4
Segond « Colombe »


Le jeune homme

1 — Que tu es belle, ma compagne, que tu es belle !
Tes yeux sont des colombes
Derrière ton voile.
Ta chevelure est comme un troupeau de chèvres,
Dévalant la montagne de Galaad.
2 Tes dents sont comme un troupeau de (brebis) tondues
Qui remontent de l’abreuvoir ;
Elles ont toutes leurs sœurs jumelles,
Aucune d’elles n’en est privée.
3 Tes lèvres sont comme un cordon écarlate,
Et ton langage est charmant ;
Ta joue est comme une moitié de grenade
Derrière ton voile.
4 Ton cou est comme la tour de David,
Bâtie pour être un arsenal ;
Les mille boucliers y sont suspendus,
Tous les écus des héros.
5 Tes deux seins sont comme deux petits,
Jumeaux d’une gazelle,
Qui paissent parmi les lis.
6 Avant que souffle (la brise du) jour,
Et que les ombres fuient,
J’irai à la montagne de la myrrhe
Et à la colline de l’encens.
7 Tu es toute belle, ma compagne,
En toi, point de défaut.
8 Viens avec moi du Liban, ma fiancée,
Viens avec moi du Liban !
Regarde du sommet de l’Amana,
Du sommet du Senir et de l’Hermon,
Des tanières des lions,
Des montagnes des léopards.
9 Tu me ravis le cœur, ma sœur, ma fiancée,
Tu me ravis le cœur par un seul de tes regards,
Par une seule maille de tes colliers.
10 Que de beauté dans ta tendresse, ma sœur, ma fiancée !
Combien ta tendresse vaut mieux que le vin,
Et la senteur de tes parfums que tous les aromates !
11 Tes lèvres distillent le miel, ma fiancée ;
Il y a sous ta langue du miel et du lait,
Et la senteur de tes vêtements est comme la senteur du Liban.
12 Tu es un jardin clos, ma sœur, ma fiancée,
Une fontaine close, une source scellée.
13 Tes ruisseaux (arrosent) un verger de grenadiers
Aux fruits exquis,
Avec des troënes et du nard ;
14 Du nard et du safran, du roseau aromatique et du cinnamome,
Avec tous les arbres (qui donnent) de l’encens ;
De la myrrhe et de l’aloès,
Avec tous les meilleurs aromates ;
15 C’est une source des jardins,
C’est un puits d’eaux vives,
Ce sont des ruissellements du Liban.

La jeune femme

16 Éveille-toi, (vent du) nord ! viens (vent du) sud !
Souffle sur mon jardin, et que ses aromates s’en exhalent !
— Que mon bien-aimé entre dans son jardin,
Et qu’il mange de ses fruits exquis !

Texte de la Segond Colombe
Copyright © Éditions Biblio.