×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

 /   /   /  Poème des Poèmes 4     

Un clic sur un verset envoie vers le comparateur de versions.

Poème des Poèmes 4
André Chouraqui


Viens avec moi

1 Te voici belle, ma compagne, te voici belle ! Tes yeux palombes à travers ton litham ; tes cheveux tel un troupeau de caprins qui dévalent du mont Guil’ad ;
2 tes dents tel un troupeau de tondues qui montent de la baignade ; oui, toutes jumelées, sans manquantes en elles.
3 Tes lèvres, tel un fil d’écarlate, ton parler harmonieux ; telle une tranche de grenade, ta tempe à travers ton litham ;
4 et telle la tour de David, ton cou, bâti pour les trophées : mille pavois y sont suspendus, tous les carquois des héros.
5 Tes deux seins, tels deux faons, jumeaux de la gazelle, pâturent dans les lotus.
6 Avant que le jour se gonfle et s’enfuient les ombres, j’irai vers moi-même au mont de la myrrhe, à la colline de l’oliban.
7 Toi, toute belle, ma compagne, sans vice en toi.
8 Avec moi du Lebanôn, fiancée, avec moi du Lebanôn, tu viendras ! Tu contempleras de la cime d’Amana, de la cime du Senir et du Hermôn, des tanières de lions, des monts de léopards !
9 Tu m’as incardié, ma sœur-fiancée, tu m’as incardié d’un seul de tes yeux, d’un seul joyau de tes colliers.
10 Qu’elles sont belles, tes étreintes, ma sœur-fiancée, qu’elles sont bonnes tes étreintes, plus que le vin ! L’odeur de tes huiles plus que tous les aromates !
11 De nectar, elles dégoulinent, tes lèvres, fiancée ! Le miel et le lait sous ta langue, l’odeur de tes robes ; telle l’odeur du Lebanôn !
12 Jardin fermé, ma sœur-fiancée, onde fermée, source scellée !
13 Tes effluves, un paradis de grenades, avec le fruit des succulences, hennés avec nards ;
14 nard, safran, canne et cinnamome avec tous les bois d’oliban ; myrrhe, aloès, avec toutes les têtes d’aromates !
15 Source des jardins, puits, eaux vives, liquides du Lebanôn !
16 Éveille-toi, aquilon ! Viens, simoun, gonfle mon jardin ! Que ses aromates ruissellent ! Mon amant est venu dans son jardin ; il mange le fruit de ses succulences.

Texte de la Version André Chouraqui
Copyright © Édition du Cerf