×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

 /   /   /  Irmeyahou 8     

Un clic sur un verset envoie vers le comparateur de versions.

Irmeyahou 8
André Chouraqui


Les ossements

1 En ce temps, harangue de IHVH-Adonaï, ils feront sortir les ossements des rois de Iehouda, les ossements de ses chefs, les ossements des desservants, les ossements des inspirés, les ossements des habitants de Ieroushalaîm, de leurs sépulcres.
2 Ils les étonneront au soleil, à la lune et à toute la milice des ciels, qu’ils aimaient, qu’ils servaient, derrière lesquels ils allaient, qu’ils consultaient, et devant lesquels ils se prosternaient. Ni ajoutés ni ensevelis, ils seront en fumier sur les faces de la glèbe.
3 La mort, à la vie, sera préférable pour tout le reste des restants de ce clan du mal, en tous les lieux restants, là où je les aurai bannis, harangue de IHVH-Adonaï Sebaot. Tous font le mensonge

Tous font le mensonge

4 Dis-leur : Ainsi dit IHVH-Adonaï : Tombent-ils sans se relever ? Retourne-t-il sans se retourner ?
5 Pourquoi renie-t-il, ce peuple, Ieroushalaîm, d’un reniement impétueux ? Ils ont saisi la duperie ; ils refusent de retourner !
6 Je suis attentif et j’entends : ne parlent-ils pas ainsi ? Pas un homme ne regrette sa malfaisance pour dire : « Qu’ai-je fait ? Tous y retournent en leur course, comme le cheval se rue à la guerre.
7 Même la cigogne, dans les ciels, connaît ses rendez-vous ; la tourterelle, le martinet, la grue respectent le temps de leur venue. Mais mon peuple ne connaît pas le jugement de IHVH-Adonaï !
8 Comment dites-vous : « Nous sommes sages, la tora de IHVH-Adonaï est avec nous ! » Aussi, voici, il fait le mensonge, le stylet du mensonge des actuaires !
9 Ils blêmissent, les sages, ils sont effarés et capturés. Voici, par la parole de IHVH-Adonaï ils sont rejetés ; et quelle science en eux !
10 Aussi, je donne leurs femmes à d’autres, leurs champs aux héritiers. Oui, du petit jusqu’au grand, tous, ils exploitent, ils exploitent. De l’inspiré jusqu’au desservant, tous font le mensonge.
11 Ils guérissent la brisure de la fille-de-mon-peuple avec légèreté, pour dire : « Paix ! Paix ! » Et pas de paix.
12 Blêmiront-ils, parce que l’abomination, ils l’ont faite ? Non, même de blêmissement, ils ne blêmiront pas ! même l’opprobre, ils ne le connaissent pas ! Aussi, ils tomberont avec ceux qui tombent. Au temps de leur sanction, ils trébucheront, dit IHVH-Adonaï. Les eaux de ciguë

Les eaux de ciguë

13 Je les ramasserai, je les ramasserai, harangue de IHVH-Adonaï. Pas de raisins à la vigne, pas de figues au figuier. La feuille fane : je les donne, et ils passent.
14 « Sur quoi sommes-nous assis ? Rassemblez-vous, venons aux villes fortifiées, taisons-nous là ! Oui, IHVH-Adonaï, notre Elohîms, nous a réduits au silence, il nous abreuve d’eaux de ciguë ; oui, nous avons fauté contre IHVH-Adonaï.
15 Espérer la paix, et rien de bien ; le temps de la guérison, et voici l’effroi.
16 Depuis Dân il s’entend, le reniflement de ses chevaux ; à la voix du hennissement de ses meneurs, elle tremble, toute la terre. Ils viennent, ils mangent la terre et sa plénitude, la ville avec ses habitants. »
17 Oui, me voici, j’envoie contre vous des serpents, des vipères, contre lesquels il n’est pas de charme ; et ils vous mordent, harangue de IHVH-Adonaï. Les fumées de l’étranger

Les fumées de l’étranger

18 Me ressaisir de l’affliction ? Sur moi mon cœur est dolent.
19 Voici la voix, l’appel de la fille-de-mon-peuple, d’une terre des lointains : « IHVH-Adonaï n’est-il pas en Siôn ? Son roi n’y est-il pas ? Pourquoi m’ont-ils irrité avec leurs sculptures, avec les fumées du barbare ?
20 « Elle est passée, la moisson, il est achevé l’été, mais nous, nous ne sommes pas sauvés ! »
21 Du brisement de la fille-de-mon-peuple je suis brisé, assombri ; la désolation me saisit.
22 Pas de baume en Guil’ad, ni de médecin, là. Oui, pourquoi n’est-elle pas montée, la cicatrice de la fille-de-mon-peuple ?
23 Qui donnera ma tête en eau, mes yeux en nappe de larmes ? Je pleurerai, jour et nuit, les victimes de la fille-de-mon-peuple.

Texte de la Version André Chouraqui
Copyright © Édition du Cerf