×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

 /   /   /  Louanges 77     

Un clic sur un verset envoie vers le comparateur de versions.

Louanges 77
André Chouraqui


Ma voix vers Elohîms

1 Au chorège. Sur Iedoutoun. D’Assaph. Chant.
2 Ma voix vers Elohîms, je clame ; ma voix vers Elohîms, il m’écoute.
3 Au jour de ma détresse, je consulte Adonaï ; la nuit, ma main jaillit sans relâche. Mon être refuse d’être réconforté.
4 Je mémorise Elohîms et me bouleverse ; je m’épanche, et mon être se voile. Sèlah.
5 Tu as saisi les paupières de mes yeux ; abattu, je ne parle pas.
6 Je suppute les jours de jadis, les années de pérennité.
7 Je mémorise ma musique, la nuit ; en mon cœur, je m’épanche et mon souffle cherche.
8 Adonaï néglige-t-il en pérennité ? Ne continue-t-il plus à s’éprendre ?
9 Son chérissement est-il annulé à jamais. A-t-il achevé de dire, d’âge en âge ?
10 Oublie-t-il de gracier, Él. Ou bien a-t-il bouclé avec fureur ses matrices ? Sèlah.
11 Je dis : « C’est ma blessure, changer la droite du Suprême ! »
12 Je mémorise les agissements de Yah ; oui, je mémorise le prodige d’antan, le tien.
13 Je murmure toute ton œuvre et m’épanche en tes agissements.
14 Elohîms, ta route est sacrée ; est-il un Él aussi grand qu’Elohîms ?
15 Toi, l’Él, l’artisan du prodige, tu fais connaître aux peuples ton énergie.
16 Tu rachètes par ton bras ton peuple, les fils de Ia’acob et de Iosseph. Sèlah.
17 Les eaux te virent, Elohîms, elle te virent, les eaux, elles tressaillirent et même les abîmes s’irritèrent.
18 Les nébulosités déferlèrent en eaux, l’éther donna de la voix et tes flèches allèrent.
19 Voix de ton tonnerre dans la tornade, les éclairs illuminèrent le monde, la terre, irritée, trembla.
20 Dans la mer, ta route ; ton sentier dans les eaux multiples ; tes traces ne se décelaient pas.
21 Tu as mené ton peuple comme des ovins, par la main de Moshè et d’Aarôn.

Texte de la Version André Chouraqui
Copyright © Édition du Cerf