×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

 /   /   /  Iob 14     

Un clic sur un verset envoie vers le comparateur de versions.

Iob 14
André Chouraqui


Comme une ombre

1 L’humain, natif de la femme, bref en jours mais rassasié de tourment,
2 comme un bourgeon éclos se fauche. Il fuit comme une ombre, sans arrêt.
3 Sur cela aussi, tu as dessillé tes yeux ; mais moi, tu me fais venir en jugement contre toi !
4 Qui donne du pur avec du contaminé ? Personne !
5 Puisque ses jours sont fixés, le nombre de ses lunaisons dépend de toi. Tu fais ses lois, il ne les transgresse pas.
6 Détourne-toi de lui, il cesse, jusqu’à ce qu’il veuille, tel un salarié, finir sa journée.
7 Oui, l’espoir existe pour l’arbre, s’il est tranché, il change encore, son surgeon ne disparaît pas.
8 Si sa racine vieillit en terre, son tronc périt dans la poussière.
9 Mais il hume les eaux, refleurit, et fais moisson comme un plant.
10 Un brave meurt, il faiblit ; l’humain agonise : où est-il ?
11 Les eaux de la mer s’épuisent ; le fleuve tarit, il est sec.
12 L’homme se couche et ne se relève pas. Jusqu’aux non-ciels ils ne se ranimeront pas ; ils ne s’éveilleront pas de leur sommeil.
13 Qui donnera que tu me recèles au Shéol, que tu me voiles jusqu’au reflux de ta fureur ? Fixe pour moi une loi, un délai ; souviens-toi de moi !
14 Si le brave meurt, revit-il ? Tous les jours de ma corvée, j’attends l’arrivée de ma mutation.
15 Tu crieras, et je te répondrai moi-même ; tu languiras après l’œuvre de tes mains.
16 Mais maintenant tu comptes mes pas ; tu n’épargnes pas mes fautes.
17 Ma carence scellée dans une bourse, tu plâtres mon tort.
18 Et pourtant une montagne tombe, elle s’érode ; le roc est muté loin de son lieu.
19 Les eaux corrodent les pierres, leur flux inonde la poussière de la terre ; mais l’espoir de l’homme, tu le fais périr.
20 Tu l’attaques avec persistance : il s’en va ; tu changes ses faces et le renvoies.
21 Ses fils sont glorieux, il ne le sait pas ; ils se rabougrissent, il ne le discerne pas.
22 Mais sa chair contre lui s’endolorit ; son être contre lui s’endeuille.

Texte de la Version André Chouraqui
Copyright © Édition du Cerf