Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

 /   /   /  Suffètes 11     

Un clic sur un verset envoie vers le comparateur de versions.

Suffètes 11
André Chouraqui


Iphtah, le fils d’une putain

1 Iphtah le Guil’adi est un héros de valeur, lui, le fils d’une femme, d’une putain. Guil’ad avait enfanté Iphtah.
2 Mais la femme de Guil’ad enfante pour lui des fils. Les fils de la femme grandissent. Ils expulsent Iphtah et lui disent : « Tu ne posséderas rien dans la maison de notre père, oui, tu es le fils d’une autre femme. »
3 Iphtah s’enfuit, loin, face à ses frères, et habite en terre de Tob. Des hommes vides se récoltent autour de Iphtah et sortent avec lui.
4 Et c’est au cours des jours, les Benéi ’Amôn guerroient contre Israël,
5 Et c’est, quand les Benéi ’Amôn guerroient contre Israël, les anciens de Guil’ad viennent prendre Iphtah en terre de Tob.

Iphtah à la tête d’Israël

6 Ils disent à Iphtah : « Va, sois notre alcade ; guerroyons contre les Benéi ’Amôn. »
7 Iphtah dit aux anciens de Guil’ad : « Ne m’avez-vous pas haï et expulsé de la maison de mon père ? Pourquoi êtes-vous venus vers moi, maintenant, quand vous êtes dans la détresse ? »
8 Les anciens de Guil’ad disent à Iphtah : « Ainsi, maintenant, nous sommes retournés vers toi. Va avec nous, guerroie contre les Benéi ’Amôn. Sois pour nous à la tête de tous les habitants de Guil’ad ! »
9 Iphtah dit aux anciens de Guil’ad : « Si vous me faites retourner pour guerroyer contre les Benéi ’Amôn, et que IHVH-Adonaï les donne en face de moi, moi-même serai-je à votre tête ? »
10 Les anciens de Guil’ad disent à Iphtah : « IHVH-Adonaï sera entre nous l’entendeur, si nous ne faisons pas selon ta parole. »
11 Iphtah va avec les anciens de Guil’ad. Le peuple le met sur lui pour tête et pour alcade. Iphtah parle toutes ses paroles en face de IHVH-Adonaï à Mispa.
12 Iphtah envoie des messagers au roi des Benéi ’Amôn pour dire : « Qu’en est-il de moi à toi, que tu viennes vers moi guerroyer contre ma terre ? »
13 Le roi des Benéi ’Amôn dit aux messagers d’Iphtah : « Oui, Israël a pris ma terre en montant de Misraîm, depuis l’Arnôn jusqu’au Iaboq et jusqu’au Iardèn. Et maintenant retourne-les-moi en paix. »

Iphtah et les Benéi ’Amôn

14 Iphtah ajoute encore. Il envoie des messagers au roi des Benéi ’Amôn.
15 Il lui dit : « Ainsi dit Iphtah : Israël n’a pas pris la terre de Moab, ni la terre des Benéi ’Amôn.
16 Oui, en montant de Misraîm, Israël est allé au désert, jusqu’à la mer du Jonc. Il est venu à Qadésh.
17 Israël a envoyé des messagers au roi d’Edôm pour dire : ‹ Je passerai donc par ta terre. › Mais le roi d’Edôm n’a pas entendu. Il en a envoyé aussi au roi de Moab. Il n’a pas consenti. Israël a habité Qadésh.
18 Il est allé au désert et a contourné la terre d’Edôm et la terre de Moab. Il est venu de l’orient du soleil, vers la terre de Moab. Il a campé au passage de l’Arnôn. Ils ne sont pas venus à la frontière de Moab, oui, l’Arnôn est la frontière de Moab.
19 Israël a envoyé des messagers à Sihôn, roi de l’Emori, roi de Hèshbôn. Israël lui a dit : ‹ Nous passerons donc par ta terre jusqu’à mon lieu. ›
20 Sihôn n’a pas eu confiance de laisser passer Israël sur sa frontière. Sihôn a ajouté tout son peuple. Ils ont campé à Iaas. Ils ont guerroyé contre Israël.
21 IHVH-Adonaï, l’Elohîms d’Israël, a donné Sihôn et tout son peuple en main d’Israël. Il les a frappés. Israël a hérité toute la terre de l’Emori, l’habitant de cette terre.
22 Ils ont hérité toute la frontière de l’Emori, de l’Arnôn jusqu’au Iaboq, du désert jusqu’au Iardèn.
23 Maintenant, IHVH-Adonaï, l’Elohîms d’Israël, déshérite l’Emori, en face de son peuple Israël ; et toi, tu en hériterais ?

Le vœu d’Iphtah

24 N’est-ce pas, ce que te fait hériter Kemosh, ton Elohîms, tu en hérites. Mais tout ce que IHVH-Adonaï, notre Elohîms, nous fait hériter en face de nous, nous en héritons.
25 Maintenant, es-tu meilleur, meilleur, toi, que Balaq bèn Sipor, roi de Moab ? A-t-il combattu, combattu Israël ? A-t-il guerroyé, guerroyé contre eux ?
26 Israël habite Hèshbôn en ses essaims, ’Aro’ér en ses essaims, et toutes les villes qui sont sur la main de l’Arnôn, trois cents ans. Pourquoi donc ne pas les avoir secourus à ce moment-là ?
27 Moi-même, je n’ai pas fauté contre toi. Et toi, tu fais le mal en guerroyant contre moi. IHVH-Adonaï, le juge, jugera ce jour entre Israël et les Benéi ’Amôn. »
28 Mais le roi des Benéi ’Amôn n’entend pas les paroles d’Iphtah, celles qu’il lui avait envoyées.
29 Et c’est le souffle de IHVH-Adonaï sur Iphtah. Il passe le Guil’ad et Menashè, il passe au Mispè de Guil’ad, et du Mispè de Guil’ad il passe chez les Benéi ’Amôn.
30 Iphtah voue un vœu à IHVH-Adonaï et dit : « Si tu donnes, tu donnes, les Benéi ’Amôn en ma main,
31 celui qui sortira, sortira, des portails de ma maison, à mon abord, à mon retour en paix de chez les Benéi ’Amôn, il sera pour IHVH-Adonaï et je le ferai monter en montée. »
32 Iphtah passe chez les Benéi ’Amôn pour guerroyer contre eux. IHVH-Adonaï les donne en sa main.
33 Il les frappe d’’Aro’ér jusqu’à l’entrée de Minit, vingt villes, et jusqu’à Abél Keramîm, un grand coup, fort ! Les Benéi ’Amôn sont matés en face des Benéi Israël.

La fille d’Iphtah

34 Iphtah vient à Mispa vers sa maison. Et voici, sa fille sort à son abord, avec des tambours et des rondes. Hormis elle, l’unique, il n’avait rien, ni fils ni fille !
35 Et c’est quand il la voit, il déchire ses habits et dit : « Ah, ma fille ! tu me fais ployer, ployer ! Toi, être parmi mes perturbateurs ! Moi-même j’ai fendu ma bouche pour IHVH-Adonaï ! Je ne pourrai pas en retourner ! »
36 Elle lui dit : « Mon père ! Tu as fendu ta bouche pour IHVH-Adonaï ? Fais-moi selon ce qui est sorti de ta bouche, après ce que IHVH-Adonaï a fait pour toi, les vengeances contre tes ennemis, les Benéi ’Amôn. »
37 Elle dit à son père : « Il me sera fait cette parole, mais relâche-moi deux lunaisons. J’irai, je descendrai sur les montagnes ; je pleurerai sur mes virginités, moi-même avec mes compagnes. »
38 Il lui dit : « Va. » Il l’envoie deux lunaisons. Elle va avec ses compagnes et pleure ses virginités sur les montagnes.
39 Et c’est au bout de deux lunaisons, elle retourne vers son père. Il fait d’elle son vœu qu’il avait voué. Elle n’avait pas pénétré d’homme. Et c’est une loi en Israël,
40 d’année en année, les filles d’Israël vont déplorer la fille d’Iphtah le Guil’adi, quatre jours par an.

Cette Bible est dans le domaine public.