×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

 /   /   /  Poème des Poèmes 5     

Un clic sur un verset envoie vers le comparateur de versions.

Poème des Poèmes 5
André Chouraqui


Enivrez-vous d’étreintes

1 Je viens dans mon jardin, ma sœur-fiancée, j’égrappe ma myrrhe avec mon aromate, je mange mon rayon avec mon miel, je bois mon vin avec du lait. Mangez, compagnons, buvez, enivrez-vous d’étreintes !

Mon amant

2 Moi dormant, mon cœur veille. Une voix : mon amant tape : « Ouvre-moi, ma sœur, ma compagne, ma palombe, ma parfaite ; oui, ma tête est pleine de rosée, mes boucles, des éclats de la nuit. »
3 J’ai enlevé mon aube, comment la vêtirai-je ? J’ai baigné mes pieds, comment les salirais-je ?
4 Mon amant lance sa main par le trou ; mes boyaux se bouleversent pour lui.
5 Je me lève moi-même pour ouvrir à mon amant. Mes mains dégoulinent de myrrhe, mes doigts de myrrhe ruisselante, sur les paumes du loquet.
6 J’ouvre moi-même, à mon amant, mais mon amant s’était esquivé, il était passé. Mon être s’extasiait à sa parole. Je l’ai cherché, mais ne l’ai pas trouvé. J’ai crié vers lui, mais il ne m’a pas répondu.
7 Ils m’ont trouvée, les gardes qui tournent dans la ville. Ils m’ont frappée, ils m’ont blessée. Ils ont emporté mon châle sur moi, les gardes des remparts.
8 Je vous adjure, filles de Ieroushalaîm, si vous trouvez mon amant, que lui rapporterez-vous ? Que je suis malade d’amour…
9 Qu’est ton amant de plus qu’un amant, la belle parmi les femmes ? Qu’est ton amant de plus qu’un amant, pour que tu nous adjures ainsi ?
10 Mon amant transparent et rouge, éminent au-dessus des myriades,
11 sa tête est d’or vermeil ; ses boucles ondulent, noires comme le corbeau.
12 Ses yeux, telle des palombes sur des ruisseaux d’eaux, baignent dans du lait, habitent en plénitude.
13 Ses joues, telles une terrasse d’aromates, sont des tours d’épices ; ses lèvres, des lotus, dégoulinent de myrrhe ruisselante.
14 Ses mains, des sphères d’or remplies d’émeraudes ; son ventre, un bloc d’ivoire évanoui dans des saphirs.
15 Ses jarrets, des colonnes d’albâtre fondées sur des socles de vermeil. Sa vue comme le Lebanôn, il est élu comme les cèdres.
16 Son sein est douceurs, son tout désirable. Voilà mon amant, voilà mon compagnon, filles de Ieroushalaîm.

Cette Bible est dans le domaine public.