×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

Comparateur biblique
Galates 3.17

Galates 3.17 comparé dans 17 versions de la Bible différentes.

Les « Louis Segond »

Louis Segond 1910

Galates 3.17  Voici ce que j’entends : une disposition, que Dieu a confirmée antérieurement, ne peut pas être annulée, et ainsi la promesse rendue vaine, par la loi survenue quatre cents trente ans plus tard.

Segond dite « à la Colombe »

Galates 3.17  Voici ce que je veux dire : un testament déjà établi en bonne forme par Dieu ne peut pas être annulé par la loi survenue quatre cent trente ans plus tard, ce qui anéantirait la promesse.

Nouvelle Bible Segond

Galates 3.17  Voici ce que je veux dire : un testament déjà fait en bonne et due forme par Dieu ne peut pas être annulé par la loi survenue quatre cent trente ans plus tard, ce qui réduirait à rien la promesse.

Segond Nouvelle Édition de Genève

Galates 3.17  Voici ce que je veux dire : un testament, que Dieu a confirmé antérieurement, ne peut pas être annulé, et ainsi la promesse rendue sans effet, par la loi survenue quatre cent trente ans plus tard.

Segond 21

Galates 3.17  Voici ce que je veux dire : un testament que Dieu a établi, la loi survenue 430 ans plus tard ne peut l’annuler et rendre ainsi la promesse sans effet.

Les autres versions

Bible du Semeur

Galates 3.17  Eh bien, je dis ceci : une alliance a été conclue par Dieu en bonne et due forme à la manière d’un testament ; la Loi est survenue quatre cent trente ans plus tard ; elle ne peut donc pas annuler cette alliance et réduire par là même la promesse à néant.

Traduction œcuménique de la Bible

Galates 3.17  Voici donc ma pensée : un testament en règle a d’abord été établi par Dieu. La loi, venue quatre cent trente ans plus tard, ne l’abroge pas, ce qui rendrait vaine la promesse.

Bible de Jérusalem

Galates 3.17  Or voici ma pensée : un testament déjà établi par Dieu en bonne et due forme, la Loi venue après quatre-cent-trente ans ne va pas l’infirmer, et ainsi rendre vaine la promesse.

Bible Annotée

Galates 3.17  Voici donc ce que je dis : Qu’un testament antérieurement ratifié par Dieu, la loi, qui est venue quatre cent trente ans après, ne l’annule pas de manière à anéantir la promesse.

John Nelson Darby

Galates 3.17  Or je dis ceci : que la loi, qui est survenue quatre cent trente ans après, n’annule point une alliance antérieurement confirmée par Dieu, de manière à rendre la promesse sans effet.

David Martin

Galates 3.17  Voici donc ce que je dis : c’est que quant à l’alliance qui a été auparavant confirmée par Dieu en Christ, la Loi qui est venue quatre cent-trente ans après, ne peut point l’annuler, pour abolir la promesse.

Osterwald

Galates 3.17  Voici donc ce que je dis : Quant au contrat que Dieu a auparavant confirmé en Christ, la loi, qui n’est venue que quatre cent trente ans après, n’a pu l’annuler, pour abolir la promesse.

Auguste Crampon

Galates 3.17  Voici ce que je veux dire : Dieu ayant conclu une alliance en bonne forme, la loi qui est venue quatre cent trente ans après ne la rend pas nulle, de manière à rendre vaine la promesse.

Lemaistre de Sacy

Galates 3.17  Ce que je veux donc dire est, que Dieu ayant fait un testament en bonne forme en faveur de Jésus-Christ , la loi qui n’a été donnée que quatre cent trente ans après, n’a pu le rendre nul, ni en abroger la promesse.

André Chouraqui

Galates 3.17  Je dis cela : la tora est née quatre cent trente ans après un pacte ratifié par Elohîms. Elle ne l’annule pas, ce qui serait abolir la promesse.

Les versions grecques et hébraïques

SBL Greek New Testament

Galates 3.17  τοῦτο δὲ λέγω· διαθήκην προκεκυρωμένην ὑπὸ τοῦ ⸀θεοῦ ὁ μετὰ ⸂τετρακόσια καὶ τριάκοντα ἔτη⸃ γεγονὼς νόμος οὐκ ἀκυροῖ, εἰς τὸ καταργῆσαι τὴν ἐπαγγελίαν.

Biblia Hebraica Stuttgartensia

Galates 3.17  Ce verset n’existe pas dans cette traducton !