×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

Comparateur biblique
Actes 25.16

Actes 25.16 comparé dans 29 versions de la Bible différentes.

Traduction Texte
SAC Mais je leur répondis, que ce n’était point la coutume des Romains de condamner un homme avant que l’accusé ait ses accusateurs présents devant lui, et qu’on lui ait donné la liberté de se justifier du crime dont on l’accuse.
MARMais je leur ai répondu que ce n’est point l’usage des Romains de livrer quelqu’un à la mort, avant que celui qui est accusé ait ses accusateurs présents, et qu’il ait lieu de se défendre du crime.
OSTJe leur ai répondu que ce n’est pas la coutume des Romains de livrer un homme à la mort, avant que l’accusé ait eu ses accusateurs en face, et qu’il ait eu la liberté de se défendre de son accusation.
CAHCe verset n’existe pas dans cette traduction !
LAMCe verset n’existe pas dans cette traduction !
PGRje leur ai répondu que ce n’est pas l’usage des Romains de livrer un homme, avant que l’accusé ait été mis en présence de ses accusateurs et qu’il ait obtenu la faculté de se justifier de l’accusation.
LAUJe leur répondis que ce n’est pas la coutume des Romains de livrer par faveur un homme quelconque à la mort, avant que l’accusé ait eu devant lui les accusateurs et qu’on lui ait fourni l’occasion de se défendre de ce dont on l’accuse.
OLTJe leur ai répondu que ce n’est pas la coutume des Romains de livrer un homme avant de l’avoir confronté avec ses accusateurs, et de lui avoir donné les moyens de se justifier du crime dont on l’accuse.
DBYmais je leur ai répondu que ce n’est pas la coutume des Romains de livrer quelqu’un avant que l’accusé ait ses accusateurs devant lui et qu’il ait l’occasion de se défendre de ce dont il est accusé.
STAJe leur ai répondu que la coutume romaine ne permet pas de livrer un homme par complaisance, sans que l’accusé ait été confronté avec ses accusateurs et ait eu toute facilité de se justifier de l’accusation.
BANJe leur répondis que ce n’est pas la coutume des Romains de livrer par complaisance un homme, avant que l’accusé ait ses accusateurs devant lui, et qu’il ait reçu la faculté de se justifier de l’accusation.
ZAKCe verset n’existe pas dans cette traduction !
VIGJe leur répondis que ce n’est pas la coutume des Romains de condamner un homme avant que celui qui est accusé ait été mis en présence de ses accusateurs, et qu’il ait eu la facilité (possibilité ?) de se laver de ce dont on l’accuse.
FILJe leur répondis que ce n’est pas la coutume des Romains de condamner un homme avant que celui qui est accusé ait été mis en présence de ses accusateurs, et qu’il ait eu la facilité de se laver de ce dont on l’accuse.
LSGJe leur ai répondu que ce n’est pas la coutume des Romains de livrer un homme avant que l’inculpé ait été mis en présence de ses accusateurs, et qu’il ait eu la faculté de se défendre sur les choses dont on l’accuse.
SYNJe leur répondis que ce n’est pas la coutume des Romains de livrer un homme, sans que l’accusé ait été confronté avec ses accusateurs et qu’il ait eu le moyen de se justifier du crime dont il est accusé.
CRAJe leur ai répondu que ce n’est pas la coutume des Romains de livrer un homme avant d’avoir confronté l’accusé avec ses accusateurs et de lui avoir donné les moyens de se justifier de ce dont on l’accuse.
BPCje leur répondis que ce n’est pas l’usage des Romains de livrer qui que ce soit avant que l’accusé n’ait été confronté avec ses accusateurs et qu’il n’ait eu la facilité de se défendre contre leurs griefs.
JERJe leur ai répondu que les Romains n’ont pas l’habitude de céder un homme avant que, ayant été accusé, il ait eu ses accusateurs en face de lui et qu’on lui ait donné la possibilité de se défendre contre l’inculpation.
TRIJe leur ai répondu que les Romains n’avaient pas coutume de livrer un homme, avant que l’accusé ait été confronté avec ses accusateurs et ait obtenu la faculté de se défendre contre l’inculpation.
NEGJe leur ai répondu que ce n’est pas la coutume des Romains de livrer un homme avant que l’inculpé ait été mis en présence de ses accusateurs, et qu’il ait eu la faculté de se défendre sur les choses dont on l’accuse.
CHUJe leur dis que ce n’était pas la coutume des Romains de livrer un homme par complaisance avant que, face à ses accusateurs, l’accusé n’ait lieu de se défendre contre leur inculpation.
JDCCe verset n’existe pas dans cette traduction !
TRECe verset n’existe pas dans cette traduction !
BDPJe leur ai répondu que ce n’est pas la coutume des Romains de livrer quelqu’un tant que l’accusé n’a pas eu devant lui ses accusateurs avec la possibilité de se défendre de ce dont on l’accuse.
S21Je leur ai répondu que ce n’est pas la coutume des Romains de livrer un homme [à la mort] avant que l’accusé n’ait été confronté avec ses accusateurs et qu’il n’ait eu l’occasion de se défendre contre leurs accusations.
KJFA qui j’ai répondu que ce n’est pas l’usage des Romains de livrer quelqu’un à la mort, avant que celui qui est accusé ait ses accusateurs face à face, et qu’il ait la liberté de se défendre du crime dont il est accusé.
LXXCe verset n’existe pas dans cette traduction !
VULad quos respondi quia non est consuetudo Romanis donare aliquem hominem priusquam is qui accusatur praesentes habeat accusatores locumque defendendi accipiat ad abluenda crimina
BHSCe verset n’existe pas dans cette traduction !
SBLGNTπρὸς οὓς ἀπεκρίθην ὅτι οὐκ ἔστιν ἔθος Ῥωμαίοις χαρίζεσθαί τινα ⸀ἄνθρωπον πρὶν ἢ ὁ κατηγορούμενος κατὰ πρόσωπον ἔχοι τοὺς κατηγόρους τόπον τε ἀπολογίας λάβοι περὶ τοῦ ἐγκλήματος.