Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

Comparateur biblique
Matthieu 27.29

Matthieu 27.29 comparé dans 29 versions de la Bible différentes.

Traduction Texte
SAC puis ayant fait une couronne d’épines entrelacées, ils la lui mirent sur la tête, avec un roseau dans la main droite : et se mettant à genoux devant lui, ils se moquaient de lui, en disant : Salut au Roi des Juifs !
MAREt ayant fait une couronne d’épines entrelacées, ils la mirent sur sa tête, avec un roseau dans sa main droite ; puis s’agenouillant devant lui, ils se moquaient de lui, en disant : nous te saluons, Roi des Juifs !
OSTPuis, ayant fait une couronne d’épines, ils la lui mirent sur la tête, avec un roseau dans la main droite, et s’agenouillant devant lui, ils se moquaient de lui, en lui disant : Je te salue, roi des Juifs.
CAHCe verset n’existe pas dans cette traduction !
LAMEt tressant une couronne d’épines, ils la mirent sur sa tête, et un roseau dans sa main droite ; et, fléchissant le genou devant lui, ils le railloient, disant : Salut, Roi des Juifs.
PGRet ayant tressé une couronne avec des épines ils lui en ceignirent la tête, et ils lui mirent un roseau dans la main droite ; et s’étant agenouillés devant lui, ils le bafouèrent en disant : « Salut, roi des Juifs ! »
LAUpuis ayant tressé une couronne d’épines, ils la mirent sur sa tête et un roseau dans sa main droite ; et s’agenouillant devant lui, ils se moquaient de lui, en disant : Joie te soit, roi des Juifs !
OLTpuis, ils tressèrent une couronne d’épines, qu’ils lui mirent sur la tête; ils lui mirent aussi un roseau dans la main droite. Ils se prosternaient devant lui, et lui disaient par dérision: «Salut, roi des Juifs.»
DBYet ayant tressé une couronne d’épines, ils la mirent sur sa tête, et un roseau dans sa main droite ; et fléchissant les genoux devant lui, ils se moquaient de lui, disant : Salut, roi des Juifs !
STAPuis, tressant une couronne avec des épines, ils la lui mirent sur la tête, ainsi qu’un roseau dans la main droite ; après quoi, se mettant à genoux devant lui, ils le bafouaient en disant : « Salut, le roi des Juifs ! »
BANet ayant tressé une couronne d’épines, ils la lui mirent sur la tête, et un roseau dans la main droite, et s’agenouillant devant lui, ils se moquaient de lui, en disant : Salut, roi des Juifs !
ZAKCe verset n’existe pas dans cette traduction !
VIGpuis, tressant une couronne d’épines, ils la mirent sur Sa tête, et un roseau dans Sa main droite ; et fléchissant le genou devant Lui, ils se moquaient de Lui, en disant : Salut, Roi des Juifs ![27.29 Voir Jean, 19, 2. — Une couronne d’épines. La couronne qu’on mit sur la tête de Notre-Seigneur était de joncs, entrelacés d’épines de zizyphus. La couronne proprement dite est conservée à Notre-Dame de Paris ; Pise possède dans sa jolie église de la Spina une branche de zizyphus. La couronne de joncs de Paris, « cette relique insigne, peut-être la plus remarquable de celles que possèdent les chrétiens, à cause de son intégrité relative ; vient sans conteste de saint Louis. Elle se compose d’un anneau de petits joncs réunis en faisceaux. Le diamètre intérieur de l’anneau est de 210 millimètres, la section a 15 millimètres de diamètre. Les joncs sont reliés par quinze ou seize attaches de joncs semblables. Quelques joncs sont pliés et font voir que la plante est creuse ; leur surface, examinée à la loupe, est sillonnée de petites côtes. Le jardin des Plantes de Paris cultive un jonc appelé juncus balticus, originaire des pays chauds et qui paraît exactement semblable à la relique de Notre-Dame. Quant aux épines, nul doute que ce ne soit du rhamnus, nom générique de trois plantes qui se rapprochent tout-à-fait de l’épine de Pise. [Ce rhamnus était le zizyphus spina Christi ou jujubier. Dans la couronne de Notre-Seigneur, ses] branches brisées ou courbées vers le milieu pour prendre la forme d’un bonnet, étaient fixées par chacune de leurs extrémités, soit en dedans, soit au dehors du cercle de joncs. Il fallait que le cercle fût plus grand que le tour de la tête, afin de l’y pouvoir faire entrer, malgré le rétrécissement causé par l’introduction des branches, et l’on trouve en effet que la couronne de Notre-Dame placée seule sur la tête tomberait sur les épaules. On n’avait même pas besoin de nouveaux liens pour les fixer au cercle de joncs ; et les rameaux passaient alternativement dessus et dessous devaient suffire pour les maintenir. C’est cette opération que les [évangélistes] ont pu appeler le tressage. Les soldats sans doute, évitèrent de toucher à ces horribles épines, dont chacune, plus tranchante que la griffe du lion, fait jaillir le sang en abondance. [La branche de zizyphus de Pise] a 80 millimètres de hauteur. L’épine principale a plus de 20 millimètres de longueur. Â» (ROHAULT DE FLEURY.)]
FILpuis, tressant une couronne d’épines, ils la mirent sur Sa tête, et un roseau dans Sa main droite; et fléchissant le genou devant Lui, ils se moquaient de Lui, en disant: Salut, Roi des Juifs!
LSGIls tressèrent une couronne d’épines, qu’ils posèrent sur sa tête, et ils lui mirent un roseau dans la main droite ; puis, s’agenouillant devant lui, ils le raillaient, en disant : Salut, roi des Juifs !
SYNPuis, ils tressèrent une couronne d’épines, ils la lui mirent sur la tête, avec un roseau dans la main droite ; et, fléchissant le genou devant lui, ils se moquaient de lui, en disant : Salut, roi des Juifs !
CRAIls tressèrent une couronne d’épines, qu’ils posèrent sur sa tête, et lui mirent un roseau dans la main droite ; puis, fléchissant le genou devant lui, ils lui disaient par dérision : «?Salut, roi des Juifs.?»
BPCIls tressèrent une couronne d’épines et la lui mirent sur la tête avec un roseau à la main droite. Alors ils fléchissaient le genou devant lui et ils se moquaient de lui en disant : “Salut, roi des Juifs ! ”
JERpuis, ayant tressé une couronne avec des épines, ils la placèrent sur sa tête, avec un roseau dans sa main droite. Et, s’agenouillant devant lui, ils se moquèrent de lui en disant : "Salut, roi des Juifs !"
TRIet, ayant tressé une couronne avec des épines, ils la posèrent sur sa tête, avec un roseau dans la main droite. Et, tombant à genoux devant lui, ils le bafouèrent en disant : “Salut, roi des Juifs !”
NEGIls tressèrent une couronne d’épines, qu’ils posèrent sur sa tête, et ils lui mirent un roseau dans la main droite ; puis, s’agenouillant devant lui, ils le raillaient, en disant : Salut, roi des Juifs !
CHUIls tressent une couronne d’épines ; ils la lui posent sur la tête avec un roseau dans sa main droite. Ils tombent à genoux en face de lui, le bafouent et disent : « Shalôm, roi des Iehoudîm ! »
JDCIls tressent une couronne avec des épines, ils la mettent sur sa tête et un roseau dans sa droite. Ils tombent à genoux devant lui, le bafouent en disant : « Salut, roi des Juifs ! »
TREet ils ont tressé une couronne avec des chardons et ils l’ont mise sur sa tête et puis un roseau dans sa [main] droite et ils se sont mis à genoux devant sa face et ils se sont moqués de lui et ils disaient salut à toi le roi des judéens
BDPpuis ils tressent avec des épines une couronne qu’ils lui mettent sur la tête, avec un roseau dans la main droite. Ensuite ils se mettent à genoux devant lui et ils le frappent en disant: "Salut, roi des Juifs!”
S21Ils tressèrent une couronne d’épines qu’ils posèrent sur sa tête, et ils lui mirent un roseau dans la main droite ; puis, s’agenouillant devant lui, ils se moquaient de lui en disant : « Salut, roi des Juifs ! »
KJFEt après avoir tressé une couronne d’épines, ils la lui mirent sur sa tête, avec un roseau dans sa main droite, et ils s’agenouillèrent devant lui, et se moquaient de lui, disant: Salut, Roi des Juifs.
LXXCe verset n’existe pas dans cette traduction !
VULet plectentes coronam de spinis posuerunt super caput eius et harundinem in dextera eius et genu flexo ante eum inludebant dicentes have rex Iudaeorum
BHSCe verset n’existe pas dans cette traduction !
SBLGNTκαὶ πλέξαντες στέφανον ἐξ ἀκανθῶν ἐπέθηκαν ἐπὶ ⸂τῆς κεφαλῆς⸃ αὐτοῦ καὶ κάλαμον ⸂ἐν τῇ δεξιᾷ⸃ αὐτοῦ, καὶ γονυπετήσαντες ἔμπροσθεν αὐτοῦ ⸀ἐνέπαιξαν αὐτῷ λέγοντες· Χαῖρε, ⸀βασιλεῦ τῶν Ἰουδαίων,