×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

Comparateur biblique
Lévitique 25.14

Lévitique 25.14 comparé dans de nombreuses versions de la Bible différentes.

Les « Louis Segond »

Louis Segond 1910

Lévitique 25.14  Si vous vendez à votre prochain, ou si vous achetez de votre prochain, qu’aucun de vous ne trompe son frère.

Segond Nouvelle Édition de Genève

Lévitique 25.14  Si vous vendez à votre prochain, ou si vous achetez de votre prochain, qu’aucun de vous ne trompe son frère.

Segond 21

Lévitique 25.14  Si vous vendez ou achetez un terrain à votre prochain, qu’aucun de vous ne lèse son frère.

Les autres versions

Bible Annotée

Lévitique 25.14  Si vous faites une vente à votre prochain ou si vous achetez quelque chose de votre prochain, que nul de vous ne lèse son frère.

John Nelson Darby

Lévitique 25.14  Et si vous vendez quelque chose à votre prochain, ou si vous achetez de la main de votre prochain, que nul ne fasse tort à son frère.

David Martin

Lévitique 25.14  Et si tu fais quelque vente à ton prochain, ou si tu achètes [quelque chose] de ton prochain, que nul de vous ne foule son frère.

Ostervald

Lévitique 25.14  Or, si vous faites une vente à votre prochain, ou si vous achetez quelque chose de votre prochain, que nul de vous ne fasse tort à son frère.

Lausanne

Lévitique 25.14  Si vous faites quelque vente à votre prochain, ou si vous achetez quelque chose de la main de votre prochain, que nul de vous ne fasse tort à son frère.

Vigouroux

Lévitique 25.14  Quand tu vendras quelque chose à un de tes concitoyens, ou que tu achèteras de lui quelque chose, n’attriste point ton frère ; mais achète de lui à proportion des années qui seront écoulées depuis le jubilé.[25.14-16 Quand on vendait une terre, on devait tenir compte du nombre des années qui s’étaient écoulées, et des moissons qui avaient été recueillies entre le jubilé et la vente, parce qu’on ne vendait pas la terre, mais seulement le produit des récoltes. ― « C’est faute de réflexion qu’on a blâme les dispositions relatives aux dettes et à l’aliénation des terres. Connu de tous, prévu par l’acheteur comme par le vendeur, cet événement n’était une surprise pour personne. En vue de cette échéance, chacun réglait les conditions de l’aliénation des domaines. En annulant toute aliénation de liberté ou de propriété, la loi prévenait la ruine irrémédiable des enfants par les fautes de leur père ; elle maintenait entre tous les fils d’Israël une sorte d’équilibre ; elle substituait la vente d’un usufruit à l’aliénation irréparable du fond ; elle allait donc au-devant de ces révoltes de l’envie et de la haine qui ont ensanglanté les dernières années de la république romaine. » (A. PELLISSIER.)]

Auguste Crampon

Lévitique 25.14  Si vous faites une vente à votre prochain, ou si vous achetez de votre prochain, qu’aucun de vous ne porte préjudice à son frère.

Lemaistre de Sacy

Lévitique 25.14  Quand vous vendrez quelque chose à un de vos citoyens, ou que vous achèterez de lui quelque chose, n’attristez point votre frère ; mais achetez de lui à proportion des années qui se seront écoulées depuis le jubilé ;

Zadoc Kahn

Lévitique 25.14  Si donc tu fais une vente à ton prochain, ou si tu acquiers de sa main quelque chose, ne vous lésez point l’un l’autre.

Les versions grecques et hébraïques

SBL Greek New Testament

Lévitique 25.14  Ce verset n’existe pas dans cette traduction !

Biblia Hebraica Stuttgartensia

Lévitique 25.14  וְכִֽי־תִמְכְּר֤וּ מִמְכָּר֙ לַעֲמִיתֶ֔ךָ אֹ֥ו קָנֹ֖ה מִיַּ֣ד עֲמִיתֶ֑ךָ אַל־תֹּונ֖וּ אִ֥ישׁ אֶת־אָחִֽיו׃

La Vulgate

Lévitique 25.14  quando vendes quippiam civi tuo vel emes ab eo ne contristes fratrem tuum sed iuxta numerum annorum iobelei emes ab eo