×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

Comparateur biblique
Psaumes 68.14

Psaumes 68.14 comparé dans de nombreuses versions de la Bible différentes.

Les « Louis Segond »

Louis Segond 1910

Psaumes 68.14  (68.15) Lorsque le Tout Puissant dispersa les rois dans le pays, La terre devint blanche comme la neige du Tsalmon.

Segond Nouvelle Édition de Genève

Psaumes 68.14  Tandis que vous reposez au milieu des étables, Les ailes de la colombe sont couvertes d’argent, Et son plumage est d’un jaune d’or.

Segond 21

Psaumes 68.14  Tandis que vous êtes couchés au milieu des étables, les ailes de la colombe sont couvertes d’argent et son plumage est d’un jaune d’or.

Les autres versions

Bible Annotée

Psaumes 68.14  Tandis que vous reposez dans les enclos, Les ailes de la colombe se sont couvertes d’argent, Et ses plumes ont pris l’éclat de l’or.

John Nelson Darby

Psaumes 68.14  Quand le Tout-Puissant y dispersa des rois, le pays devint blanc comme la neige du Tsalmon.

David Martin

Psaumes 68.14  Quand le Tout-puissant dissipa les Rois en cet [héritage], il devint blanc, comme la neige qui est en Tsalmon.

Ostervald

Psaumes 68.14  Vous qui restez couchés au milieu des parcs, vous recevez les ailes argentées de la colombe, et son plumage d’un jaune d’or.

Lausanne

Psaumes 68.14  Quand vous vous reposâtes entre les parcs{Ou chenets.} vous fûtes [comme] une colombe aux ailes couvertes d’argent, au plumage couleur jaune d’or.

Vigouroux

Psaumes 68.14  Mais (Pour) moi je vous adresse, Seigneur, ma prière. Voici le temps favorable (de votre bienveillance), ô Dieu. Selon la grandeur de votre miséricorde exaucez-moi, selon la vérité de (vos promesses de) (votre) salut.[68.14 La vérité de votre salut. Voir, pour le sens de cette expression, Psaumes, 39, 11.]

Auguste Crampon

Psaumes 68.14  Quand vous étiez couchés au milieu des bercails, les ailes de la colombe étaient recouvertes d’argent, et ses plumes brillaient de l’éclat de l’or.

Lemaistre de Sacy

Psaumes 68.14  Mais pour moi, Seigneur ! je vous offrais ma prière en vous disant : Voici le temps, ô Dieu ! de faire éclater votre bonté : exaucez-moi selon la grandeur de votre miséricorde, et selon la vérité des promesses que vous m’avez faites de me sauver.

Zadoc Kahn

Psaumes 68.14  Quand le Tout-Puissant dispersa les rois, le Çalmon était couvert de neige.

Les versions grecques et hébraïques

SBL Greek New Testament

Psaumes 68.14  Ce verset n’existe pas dans cette traduction !

Biblia Hebraica Stuttgartensia

Psaumes 68.14  (68.13) אִֽם־תִּשְׁכְּבוּן֮ בֵּ֪ין שְׁפַ֫תָּ֥יִם כַּנְפֵ֣י יֹ֭ונָה נֶחְפָּ֣ה בַכֶּ֑סֶף וְ֝אֶבְרֹותֶ֗יהָ בִּֽירַקְרַ֥ק חָרֽוּץ׃

La Vulgate

Psaumes 68.14  ego vero orationem meam ad te Domine tempus beneplaciti Deus in multitudine misericordiae tuae exaudi me in veritate salutis tuae