×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

Comparateur biblique
Esther 7.4

Esther 7.4 comparé dans de nombreuses versions de la Bible différentes.

Les « Louis Segond »

Louis Segond 1910

Esther 7.4  Car nous sommes vendus, moi et mon peuple, pour être détruits, égorgés, anéantis. Encore si nous étions vendus pour devenir esclaves et servantes, je me tairais, mais l’ennemi ne saurait compenser le dommage fait au roi.

Segond Nouvelle Édition de Genève

Esther 7.4  Car nous sommes vendus, moi et mon peuple, pour être détruits, égorgés, massacrés. Encore si nous étions vendus pour devenir serviteurs et servantes, je me tairais, mais l’ennemi ne saurait compenser le dommage fait au roi.

Segond 21

Esther 7.4  En effet, nous avons été vendus, mon peuple et moi, pour être exterminés, massacrés, supprimés. Si encore nous avions été vendus pour devenir des esclaves et des servantes, j’aurais gardé le silence, mais l’adversaire ne saurait compenser le préjudice ainsi causé au roi. »

Les autres versions

Bible Annotée

Esther 7.4  Car nous avons été vendus, moi et mon peuple, pour être exterminés, égorgés et détruits. Si nous étions vendus pour devenir serviteurs et servantes, je me serais tue, mais l’oppresseur ne saurait compenser le dommage fait au roi.

John Nelson Darby

Esther 7.4  Car nous sommes vendus, moi et mon peuple, pour être détruits et tués, et pour périr. Or si nous avions été vendus pour être serviteurs et servantes, j’aurais gardé le silence, bien que l’ennemi ne pût compenser le dommage fait au roi.

David Martin

Esther 7.4  Car nous avons été vendus, moi et mon peuple, pour être exterminés, tués et détruits. Que si nous avions été vendus pour être serviteurs et servantes, je me fusse tue ; bien que l’oppresseur ne récompenserait point le dommage que le Roi en recevrait.

Ostervald

Esther 7.4  Car nous avons été vendus, moi et mon peuple, pour être exterminés, égorgés et détruits. Que si nous n’avions été vendus que pour être esclaves et servantes, je me fusse tue, bien que l’oppresseur ne pût dédommager de la perte qui en reviendrait au roi.

Lausanne

Esther 7.4  car nous sommes vendus, moi et mon peuple, pour être détruits et tués, et pour périr. Que si nous étions vendus, hommes et femmes, pour être esclaves, je me tairais ; mais l’oppresseur n’est pas capable de réparer le dommage [fait] au roi.

Vigouroux

Esther 7.4  Car nous avons été livrés, moi et mon peuple, pour être foulés aux pieds, pour être égorgés et exterminés. Et plût à Dieu qu’on nous vendît comme esclaves et servantes ! ce serait un mal supportable, et je me tairais en gémissant ; mais maintenant nous avons un ennemi dont la cruauté retombe sur le roi (même).

Auguste Crampon

Esther 7.4  Car nous sommes vendus, moi et mon peuple, pour être détruits, égorgés, anéantis. Encore si nous étions vendus pour devenir esclaves et servantes, je me tairais ; mais maintenant, l’oppresseur ne peut compenser le dommage fait au roi. "

Lemaistre de Sacy

Esther 7.4  Car nous avons été livrés, moi et mon peuple, pour être foulés aux pieds, pour être égorgés et exterminés. Et plût à Dieu qu’on nous vendît au moins et hommes et femmes comme des esclaves ! ce mal serait supportable, et je me tairais en me contentant de gémir ; mais maintenant nous avons un ennemi dont la cruauté retombe sur le roi même.

Zadoc Kahn

Esther 7.4  Car nous avons été vendus, moi et mon peuple, pour être détruits, exterminés, anéantis. Si, du moins, nous avions été vendus pour être esclaves ou servantes, j’aurais gardé le silence; assurément, le persécuteur n’a pas le souci du dommage causé au roi !

Les versions grecques et hébraïques

SBL Greek New Testament

Esther 7.4  Ce verset n’existe pas dans cette traduction !

Biblia Hebraica Stuttgartensia

Esther 7.4  כִּ֤י נִמְכַּ֨רְנוּ֙ אֲנִ֣י וְעַמִּ֔י לְהַשְׁמִ֖יד לַהֲרֹ֣וג וּלְאַבֵּ֑ד וְ֠אִלּוּ לַעֲבָדִ֨ים וְלִשְׁפָחֹ֤ות נִמְכַּ֨רְנוּ֙ הֶחֱרַ֔שְׁתִּי כִּ֣י אֵ֥ין הַצָּ֛ר שֹׁוֶ֖ה בְּנֵ֥זֶק הַמֶּֽלֶךְ׃ ס

La Vulgate

Esther 7.4  traditi enim sumus ego et populus meus ut conteramur iugulemur et pereamus atque utinam in servos et famulas venderemur esset tolerabile malum et gemens tacerem nunc autem hostis noster est cuius crudelitas redundat in regem