×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

Comparateur biblique
2 Rois 7.10

2 Rois 7.10 comparé dans 17 versions de la Bible différentes.

Les « Louis Segond »

Louis Segond 1910

2 Rois 7.10  Ils partirent, et ils appelèrent les gardes de la porte de la ville, auxquels ils firent ce rapport : Nous sommes entrés dans le camp des Syriens, et voici, il n’y a personne, on n’y entend aucune voix d’homme ; il n’y a que des chevaux attachés et des ânes attachés, et les tentes comme elles étaient.

Segond Nouvelle Édition de Genève

2 Rois 7.10  Ils partirent, et ils appelèrent les gardes de la porte de la ville, auxquels ils firent ce rapport : Nous sommes entrés dans le camp des Syriens, et voici, il n’y a personne, on n’y entend aucune voix d’homme ; il n’y a que des chevaux attachés et des ânes attachés, et les tentes comme elles étaient.

Segond 21

2 Rois 7.10  Ils partirent, appelèrent un homme qui gardait la porte de la ville et annoncèrent : « Nous sommes entrés dans le camp des Syriens et il n’y a personne. On n’y entend aucune voix d’homme ; il n’y a que des chevaux et des ânes attachés, et les tentes sont restées telles quelles. »

Les autres versions

Bible du Semeur

2 Rois 7.10  Ils retournèrent à la ville et appelèrent les sentinelles. Ils leur firent ce rapport : - Nous avons poussé jusqu’au camp des Syriens, et voici qu’il n’y a plus personne, on n’y entend plus une seule voix humaine ; il reste seulement des chevaux et des ânes attachés, les tentes ont été abandonnées telles quelles.

Traduction œcuménique de la Bible

2 Rois 7.10  Ils vinrent appeler les portiers de la ville qu’ils informèrent, en disant : « Nous sommes entrés dans le camp des Araméens et il n’y avait personne, aucune voix humaine ; il n’y avait que des chevaux et des ânes attelés et des tentes abandonnées. »

Bible de Jérusalem

2 Rois 7.10  Ils vinrent, appelèrent les gardes à la porte de la ville et leur annoncèrent : "Nous sommes allés au camp des Araméens. Il n’y a là personne, aucun bruit humain, seulement les chevaux à l’entrave, les ânes à l’entrave, et leurs tentes telles quelles."

Bible Annotée

2 Rois 7.10  Et ils vinrent et appelèrent les hommes de la garde, qui étaient à la porte de la ville, et les informèrent en disant : Nous sommes allés au camp des Syriens, et voici il n’y avait ni homme ni voix d’homme ; seulement les chevaux attachés et les ânes attachés, et les tentes comme elles étaient.

John Nelson Darby

2 Rois 7.10  Et ils vinrent et crièrent aux portiers de la ville, et leur rapportèrent, disant : Nous sommes venus dans le camp des Syriens ; et voici, il n’y avait personne, ni voix d’homme, seulement les chevaux attachés, et les ânes attachés, et les tentes comme elles étaient.

David Martin

2 Rois 7.10  Ils vinrent donc, et crièrent aux portiers de la ville, et leur firent entendre, en disant : Nous sommes entrés dans le camp des Syriens, et voilà, il n’y a personne, et on n’y entend la voix d’aucun homme ; mais il y a seulement des chevaux attachés, et des ânes attachés, et les tentes sont comme elles étaient.

Osterwald

2 Rois 7.10  Ils s’en allèrent donc, appelèrent les gardes des portes de la ville, et le leur annoncèrent, en disant : Nous sommes allés au camp des Syriens ; et voici, il n’y a personne, et on n’y entend la voix d’aucun homme ; mais il n’y a que des chevaux et des ânes attachés, et les tentes telles qu’elles étaient.

Auguste Crampon

2 Rois 7.10  Ils partirent et, ayant appelé les gardes de la porte de la ville, ils leur firent ce rapport : « Nous sommes entrés dans le camp des Syriens, et voici qu’il n’y a personne, ni aucune voix d’homme ; il n’y a que des chevaux attachés, des ânes attachés, et les tentes comme elles étaient. »

Lemaistre de Sacy

2 Rois 7.10  Lorsqu’ils furent venus à la porte de la ville, ils parlèrent à ceux qui étaient en garde , et leur dirent : Nous avons été au camp des Syriens, et nous n’y avons pas trouvé un seul homme, mais seulement des chevaux et des ânes qui y sont liés, et leurs tentes qui y sont encore dressées.

André Chouraqui

2 Rois 7.10  Ils vont et appellent le portier de la ville. Ils leur rapportent pour dire : « Nous sommes venus au camp d’Arâm et voici : il n’est là pas un homme, ni une voix d’humain ; oui, seulement des chevaux liés, des ânes liés, et les tentes telles qu’elles sont. »

Zadoc Kahn

2 Rois 7.10  Ils allèrent appeler un gardien de la ville et lui apprirent cette nouvelle : “ Nous avons pénétré dans le camp des Syriens et nous n’y avons vu âme qui vive ni entendu personne ; les chevaux y sont attachés, les ânes attachés, et les tentes telles quelles. ”

Les versions grecques et hébraïques

SBL Greek New Testament

2 Rois 7.10  Ce verset n’existe pas dans cette traduction !

Biblia Hebraica Stuttgartensia

2 Rois 7.10  וַיָּבֹ֗אוּ וַֽיִּקְרְאוּ֮ אֶל־שֹׁעֵ֣ר הָעִיר֒ וַיַּגִּ֤ידוּ לָהֶם֙ לֵאמֹ֔ר בָּ֚אנוּ אֶל־מַחֲנֵ֣ה אֲרָ֔ם וְהִנֵּ֥ה אֵֽין־שָׁ֛ם אִ֖ישׁ וְקֹ֣ול אָדָ֑ם כִּ֣י אִם־הַסּ֤וּס אָסוּר֙ וְהַחֲמֹ֣ור אָס֔וּר וְאֹהָלִ֖ים כַּאֲשֶׁר־הֵֽמָּה׃

Versions étrangères

New Living Translation

2 Rois 7.10  So they went back to the city and told the gatekeepers what had happened— that they had gone out to the Aramean camp and no one was there! The horses and donkeys were tethered and the tents were all in order, but there was not a single person around.