×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

 /   /   /  Lamentations 1     

Un clic sur un verset envoie vers le comparateur de versions.

Lamentations 1
Segond « Colombe »


Le malheur de Jérusalem

1 Quoi donc ! elle est assise solitaire,
Cette ville si peuplée !
Elle est devenue comme une veuve !
Grande parmi les nations,
Princesse sur les provinces,
Elle est soumise à la corvée !
2 Elle pleure dans la nuit,
Ses larmes (coulent) sur ses joues.
De tous ceux qui l’aimaient
Nul ne la console ;
Tous ses amis l’ont trahie,
Ils sont devenus ses ennemis.
3 Juda est déportée, victime d’une humiliation
Et d’une grande servitude ;
Elle est assise au milieu des nations
Et n’y trouve pas de repos ;
Tous ses persécuteurs l’atteignent
Au milieu des détresses.
4 Les chemins de Sion sont dans le deuil,
Car on ne vient plus aux solennités.
Toutes ses portes sont en ruine,
Ses sacrificateurs gémissent,
Ses vierges sont affligées,
Et elle-même est dans l’amertume.
5 Ses adversaires ont pris le dessus,
Ses ennemis sont tranquilles ;
Car l’Éternel l’a affligée
À cause de la multitude de ses crimes ;
Ses enfants sont partis
En captivité devant l’adversaire.
6 La fille de Sion a perdu
Tout son éclat ;
Ses ministres sont devenus comme des cerfs
Qui ne trouvent plus de pâture,
Et qui s’en vont, privés de force,
Devant le chasseur.
7 Jérusalem se souvient,
Aux jours de son humiliation et de sa vie errante,
De tout ce qu’elle avait de précieux
Aux jours d’autrefois.
Quand son peuple est tombé sous la main de l’adversaire
Sans personne pour la secourir,
Ses adversaires l’ont vue,
Et ils ont ri de sa disparition.
8 Jérusalem a multiplié ses péchés,
C’est pourquoi elle est devenue impure ;
Tous ceux qui la glorifiaient la méprisent
En voyant sa nudité ;
Elle-même gémit et recule.
9 Sa souillure est dans les plis (de sa robe),
Elle n’a pas songé à son sort final ;
Sa déchéance a été prodigieuse,
Et personne ne l’a consolée.
Vois mon humiliation, ô Éternel !
Car l’ennemi triomphe !
10 L’adversaire a étendu la main
Sur tout ce qu’elle avait de précieux ;
Elle a vu pénétrer
Dans son sanctuaire les nations
Auxquelles tu avais défendu d’entrer
Dans ton assemblée.
11 Tout son peuple gémit,
Il cherche du pain ;
Ils ont donné ce qu’ils avaient de précieux pour de la nourriture,
Afin de ranimer leur vie.
Vois, Éternel, regarde
Comme je suis méprisée !
12 Qu’il n’en soit pas (ainsi) pour vous tous qui passez votre chemin !
Regardez et voyez
S’il est une douleur pareille à ma douleur,
À celle qu’on m’a fait subir !
L’Éternel m’a affligée
Au jour de son ardente colère.
13 D’en haut il a lancé dans mes os
Un feu qui les pénètre ;
Il a tendu un filet sous mes pieds,
Il m’a fait reculer ;
Il m’a rendue désolée
Et souffrante tout le jour.
14 Sa main a lié le joug de mes crimes ;
Ils se sont entrelacés,
Ils me sont montés à la gorge ;
Il a ébranlé ma force ;
Le Seigneur m’a livrée à des mains
Contre lesquelles je ne puis tenir.
15 Le Seigneur a repoussé tous mes guerriers
Que j’avais avec moi ;
Il a convoqué une assemblée solennelle à mon sujet
Pour briser mes jeunes hommes ;
Le Seigneur a foulé au pressoir
La vierge, fille de Juda.
16 C’est sur eux que je pleure,
Mes yeux fondent en larmes ;
Car il s’est éloigné de moi, le consolateur,
Qui ranimerait ma vie.
Mes fils sont désolés,
Parce que l’ennemi a été le plus fort.
17 Sion a étendu les mains,
Et personne ne l’a consolée ;
L’Éternel a donné des ordres contre Jacob
À ses adversaires d’alentour ;
Jérusalem est devenue
Impure au milieu d’eux.
18 C’est l’Éternel qui est juste,
Car j’ai été rebelle à ses ordres.
Écoutez, vous tous les peuples,
Et voyez ma douleur !
Mes vierges et mes jeunes hommes
Sont allés en captivité.
19 J’ai appelé ceux qui m’aimaient,
Et ils m’ont trompée.
Mes sacrificateurs et mes anciens
Ont expiré dans la ville :
Ils cherchaient pour eux de la nourriture
Afin de ranimer leur vie.
20 Éternel, vois ma détresse !
Mes entrailles bouillonnent,
Mon cœur est bouleversé au-dedans de moi,
Car j’ai vraiment été rebelle.
Au-dehors, l’épée a fait ses ravages,
Au-dedans, elle a été comme la mort même.
21 On a entendu que je gémissais,
Mais personne ne m’a consolée ;
Tous mes ennemis ont appris mon malheur,
Ils se sont égayés de ce que tu l’as causé ;
Tu as fait venir le jour que tu avais annoncé.
Qu’ils deviennent comme moi !
22 Que toute leur méchanceté vienne devant toi.
Et traite-les
Comme tu m’as traitée
À cause de tous mes crimes !
Car nombreux sont mes gémissements,
Et mon cœur est souffrant.

Texte de la Segond Colombe
Copyright © Éditions Biblio.