×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

 /   /   /  Nehèmyah 1     

Un clic sur un verset envoie vers le comparateur de versions.

Nehèmyah 1
André Chouraqui


La prière de Nehèmyah

1 Paroles de Nehèmyah bèn Hakhalyah. C’est à la lunaison de Kislév, l’an vingt. Je suis à Shoushân, la capitale.
2 Hanani, un de mes frères, vient avec des hommes de Iehouda ; je les questionne sur les Iehoudîm, sur les rescapés, qui restent de la captivité et sur Ieroushalaîm.
3 Ils me disent : « Les restants qui sont restés de la captivité, là, dans la province, sont en grand malheur et outragés. Le rempart de Ieroushalaîm est en brèche. Ses portes ont été brûlées au feu. »
4 Et c’est en entendant ces paroles, je m’assois, pleure, et m’endeuille des jours. Je suis à jeûn et prie en face de l’Elohîms des ciels.
5 Je dis : « Holà, IHVH-Adonaï, Elohîms des ciels, l’Él, le grand, le terrible, gardien du pacte du chérissement pour ses amants, pour les gardiens de ses ordres,
6 qu’elle soit donc attentive, ton oreille, et tes yeux ouverts, pour entendre la prière de ton serviteur, que moi-même je prie en face de toi, ce jour, jour et nuit, pour les Benéi Israël, tes serviteurs ! J’avoue les fautes des Benéi Israël dont nous avons fauté contre toi ; moi et la maison de mon père, nous avons fauté.
7 Nous nous sommes ligués, ligués contre toi, nous n’avons pas gardé les ordres, les lois, les jugements que tu as ordonnés à Moshè, ton serviteur.
8 Souviens-toi donc de la parole que tu as ordonnée à Moshè, ton serviteur, pour dire : ‹ Vous vous rebellerez, et moi je vous disperserai parmi les peuples.
9 Puis vous retournerez à moi, vous garderez mes ordres, vous les ferez. Vos bannis seraient-ils à l’extrémité des ciels, je les grouperai de là ; je les ferai venir au lieu, là où j’ai choisi de faire demeurer mon nom ! ›
10 Eux sont tes serviteurs, ton peuple, que tu as racheté par ta grande force, par ta main forte.
11 Holà, Adonaï, que ton oreille soit attentive à la prière de tes serviteurs, désireux de frémir de ton nom. Fais donc triompher ton serviteur ce jour, donne-le aux matrices, face à cet homme. » Et moi, j’étais l’échanson du roi.

Texte de la Version André Chouraqui
Copyright © Édition du Cerf