×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.


A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z


Autruche
Dictionnaire Biblique Westphal Bost Calmet

(hébreu : 1. bath yaanah ; 2. yee-nim ; 3. renanim). Cet animal (stru/hio camelus) figure souvent dans l’Ancien Testament Lévitique 11.16 ; Deutéronome 14.15 le comptent parmi les animaux impurs.

Le livre de Job, si fortement imprégné de couleur nomade, le mentionne fréquemment (Job 30.29 etc.). Son cri nocturne, lugubre, porte loin dans le calme du désert. Le héros du poème lui compare son propre gémissement ; (cf. Michée 1.8) le jour, en pâture, l’autruche émet un sifflement. Job 39.16-21 relève la beauté de son plumage, sa rapidité, sa stupidité et son habitude d’abandonner ses oœufs sur le sol (cf. Lamentations 4.3). Ce n’est pas faute d’instinct maternel : cet oiseau vit par groupes de quatre ou cinq femelles et d’un mâle ; les mères déposent une partie de leurs oœufs dans un nid commun creusé dans le sol et recouvert de sable ; elles les confient le jour à l’ardeur du soleil et les couvent à tour de rôle pendant les heures fraîches de la nuit. Le reste de la ponte, dispersé autour du nid, servira sans doute de nourriture aux nouveau-nés, exposés sans cela à mourir de faim dans le désert, séjour préféré de ce volatile (Ésaïe 13.21 ; Ésaïe 34.13 ; Ésaïe 43.20 ; Jérémie 50.39).

L’autruche persiste aujourd’hui dans les solitudes avoisinant la Syrie. Les bédouins apportent parfois ses oœufs et les offrent dans les bazars ; frais, ils sont excellents. Des coquilles, on fait des coupes, des boîtes, on décore les mosquées, les tombes. On prise surtout les plumes ; celles des ailes et de la queue sont les préférées ; on en orne les tombes, les tentes, les lances. La chasse à l’autruche est le sport favori des nomades. Très méfiante, elle évente tous les pièges. On la force à cheval. Il y faut des bêtes spécialement entraînées, car l’autruche « se rit du cavalier » : (Job 39.21) elle peut couvrir 48 km à l’heure. On ne l’a qu’en la manœuvrant. Prise, elle ne résiste pas. Les Arabes la disent stupide. En plein désert, elle ne manque ni de sagacité ni de vaillance, mais en terrain accidenté, on la surprend facilement. Parfois elle enfonce sa tête dans le sable, se croyant invisible. Le plumage de la femelle est gris foncé, celui du mâle est noir, mais les plumes des ailes et de la queue sont du blanc le plus pur. Capturée jeune, l’autruche s’apprivoise facilement. Dans certaines localités, on lui confie le service de la voirie. Elle s’en acquitte parfaitement grâce à sa voracité.

L’autruche habite l’Afrique, mais déborde en Asie. Elle s’étendait jadis jusqu’à l’Inde ; elle ne dépasse pas aujourd’hui la Mésopotamie.

E. D.

Ava  

Numérisation : Yves Petrakian