×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.


A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z


Gabriel
Dictionnaire Biblique Bost Westphal Calmet

Un des principaux messagers célestes chargés de protéger les hommes, et de faire parvenir leurs prières au pied du trône de la grâce ; les noms de Micaël, de Gabriel et de Raphaël sont les seuls qui nous soient connus, encore ce dernier ne l’est-il que par les Apocryphes (Tob. 3.17 ; 12.15). Gabriel, dont le nom signifie force de Dieu, ou homme de Dieu (mais dont on a voulu faire à tort l’homme-Dieu), représente la vertu créatrice de Jéhovah ; il fut envoyé à Daniel pour lui expliquer la vision du bélier et du bouc, et le mystère des soixante-dix semaines (Daniel 8.16 ; 9.21) ; à Zacharie pour lui annoncer la naissance de Jean-Baptiste (Luc 1.11-19) ; à Marie pour lui dire qu’elle serait la mère du Sauveur, et qu’elle avait trouvé grâce devant Dieu (Luc 1.26-30-31). On peut croire que c’est le même ange qui apparut trois fois à Joseph, pour l’empêcher de répudier sa femme, pour lui recommander de fuir en Égypte, et pour lui annoncer que les ennemis de l’enfant étaient morts (Matthieu 1.20 ; 2.13-19). Quant au nom de ces anges, il ne faut pas s’étonner, dit Olshausen, que ce soient des noms hébreux ; car le nom en lui-même ne doit être autre chose que l’expression de la nature et des qualités de celui qui le porte, le nom doit être significatif dès qu’il désigne un individu revêtu d’une certaine charge ou d’un certain caractère, et il pourra varier suivant les langues dans lesquelles il devra se manifester ; l’ange dut aux Hébreux se nommer en hébreu : chez d’autres peuples son nom, toujours le même quant au sens, eût été différent quant à la forme ; grec aux Grecs, et latin aux Romains. On peut s’expliquer en même temps par là comment il se fait que des noms d’anges n’apparaissent que tard dans l’histoire israélite ; c’est qu’il est beaucoup plus facile de se faire du règne supérieur une idée vague et générale, que d’en individualiser les habitants et de leur donner des caractères précis et positifs ; ce n’est que lorsque, avec une plus grande lumière, les Juifs eurent fait ce dernier pas, que le trône de Dieu leur parut entouré d’anges, et le ciel peuplé d’individus saints, et capables de se manifester au-dehors par leurs bienfaits et la grandeur de leur intelligence. Voir Ange.