×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.


A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z


Coloquinte
Dictionnaire Biblique Bost Westphal

(2 Rois 4.39)

Élisée étant venu à Guilgal à l’époque d’une grande famine, voulut faire préparer un repas pour les prophètes de l’endroit, mais ils furent presque empoisonnés avec un plat de coloquintes sauvages que quelqu’un avait cueillies et mises dans la chaudière sans savoir ce que c’était. L’homme de Dieu prit un peu de farine, la jeta dans le potage et le rendit mangeable et sain. Les coloquintes sont une espèce de courge ou de concombre sauvage, dont la tige jette autour d’elle des sarments et des feuilles semblables à celles des concombres de nos jardins, ou à celles de la vigne : le fruit, dont l’enveloppe charnue est d’un jaune-vert, est de la grosseur d’une orange, mais allongé comme le concombre, et si amer qu’on l’a surnommé le fiel de la terre ; lorsqu’il est mûr, il éclate à la moindre pression. La ressemblance de la coloquinte avec le concombre a facilement pu faire cueillir l’une pour l’autre, d’autant plus qu’en temps de famine on n’y regarde pas toujours de très près. Quant au moyen employé par le prophète pour assainir ce mets affreux, on n’y peut voir qu’un miracle ; cependant on sait que certains légumes, d’un goût amer, perdent cette amertume quand on y mêle de la farine.