×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.


A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z


Aï (ruine) Dictionnaire Biblique Bôst

(Josué 7.2), ou Aïa (Néhémie 11.31), ou Aïath (Ésaïe 10.28)

Ville fort ancienne, déjà nommée en Genèse 12.8 ; 13.3, et appartenant aux Cananéens, était située sur une montagne près de Bethaven, à l’est de Béthel, et au sud d’une vallée qui descend du côté du Jourdain. Après une première défaite que les Israélites essuyèrent dans son voisinage, par suite du péché de Acan, ils s’emparèrent de cette ville sous Josué et la détruisirent (Josué 7.2 ; 8.4) ; mais ils la rebâtirent plus tard, comme il ressort de Ésaïe 10.28, et les Benjaminites l’habitèrent après l’exil (Esdras 2.28 ; Néhémie 7.32). Il n’en restait plus que des ruines insignifiantes au temps d’Eusèbe et de Jérôme ; une vallée du même nom était au nord de la ville (Josué 8.14).

Le passage de Jérémie 49.3, dans nos versions, parle d’une ville de Aï, mais elle ne peut être confondue avec la précédente ; il faudrait plutôt admettre qu’il y a eu dans le pays de Ammon une ville de ce nom, dont rien ailleurs ne prouve l’existence. Peut-être, cependant, vaut-il mieux traduire avec Dahler le mot hébreu Aï, ou plutôt Hi, qui signifie monceau de ruines ; le sens du passage serait alors « Hurle, ô Hesbon, car elle est dévastée, un monceau de ruines », en le rapportant à la ville de Rabba, mentionnée au verset précédent.

Aïn