×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.


A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z


Roseau
Dictionnaire Biblique Bost Westphal Calmet

On distingue ordinairement trois espèces de roseaux dans l’Écriture :

1°. Le roseau d’eau que l’on trouve dans les marais, dans les étangs, au bord des fleuves, du Nil, du Jourdain, etc. (Exode 2.3 ; 1 Rois 14.13 ; Job 8.11 ; Ésaïe 19.6 ; 35.7). Ses sous-espèces les plus connues sont l’arundo phragmites, et le calamogrostris.

2°. Une espèce plus forte dont on fait des bâtons et des cannes (2 Rois 18.21 ; Ézéchiel 29.6 ; Matthieu 27.29), parfois aussi une mesure de longueur (Ézéchiel 40.3 ; Apocalypse 11.1 ; 21.15). C’est l’arundo donax, dont le tronc dur et ligneux, atteint la hauteur de 3 m, et l’épaisseur de 3 dm. Il est aussi très abondant sur les bords du Nil.

3°. Le roseau à écrire, arundo scriptoria (3 Jean 1.13), que les Arabes nomment kalam (calamus). Il croît dans les marais de la Mésopotamie, entre le Tigre et l’Euphrate, près d’Hellah, dans le golfe Persique, etc. Lorsque le tuyau, qui est rempli de moelle, a été d’abord amolli, puis séché, on le fend et on le taille, à peu près comme nos plumes, et c’est après cette préparation que l’on s’en sert. Il manque du reste une description exacte et complète de cette plante, qui croissait autrefois dans l’Asie Mineure, en Égypte, et même en Italie.

Toutes ces espèces sont connues en hébreu sous le nom général de kanneh, cannes. Le terme agmon employé (Ésaïe 9.13 ; 19.15), comme faisant opposition au rameau (de palmier), désigne peut-être aussi bien le jonc que le roseau ; on en faisait des cordelettes (Job 40.21), comme on en fait maintenant encore avec le jonc et le roseau. Le mot achou, d’origine égyptienne (Genèse 41.2-18), est assez bien traduit dans nos versions par herbe des marais (Job 8.11) ; il désigne en effet la Iaîche, ou le carex, et saint Jérôme l’explique par tout ce qui est verdure dans les marais.

Le gomé (Ésaïe 35.7 ; Job 8.11), traduit par joncs, est le papyrus si célèbre des anciens ; il n’appartient pas à la famille des roseaux, c’est le cyperus papyrus de Linnée : on le trouvait autrefois dans tous les marais de l’Égypte et sur les bords du Nil, mais il y est maintenant fort rare, et au dire de Minutoli ce n’est plus qu’aux environs de Damiette qu’on le trouve ; sa tige triangulaire, garnie de longues feuilles qui se recouvrent par le bas, atteint une hauteur de 3 m et plus, et se termine par un bouquet de feuilles rougeâtres au milieu desquelles se trouve une touffe de filets qui forment l’effet d’une chevelure. La racine a l’épaisseur du bras, et l’on s’en servait au lieu de bois ; de la tige on fabriquait de petites et légères embarcations (Exode 2.3 ; Ésaïe 18.2), qui, au dire d’Héliodore, étaient fort rapides ; la pellicule et les parties membraneuses de la plante, d’un vert-clair, et ressemblant assez à la couche la plus fine de l’écorce d’arbre, servait à divers usages ; on en faisait des voiles, des matelas, des souliers, des cordes, des cribles, des mèches, et surtout du papier. Le nom de cette plante est berd, ou berdi, en arabe.

Quant à la canne odoriférante, ou roseau aromatique, dont il est parlé (Exode 30.23 ; Jérémie 6.20 ; Ésaïe 43.24 ; Ézéchiel 27.19 ; Cantique 4.14), c’est l’acorus calamus de Linnée, plante dont la racine surtout se distingue par son odeur agréable et sa forte saveur, et qui croissait, selon Pline, en Arabie, en Syrie et aux Indes ; selon Théophraste, on trouvait aussi la canne dans les vallées du mont Liban ; elle n’était peut-être pas étrangère non plus aux contrées méridionales de l’Europe, mais la meilleure était celle des Indes et celle de l’Arabie. C’était un des ingrédients dont on composait l’huile sacrée, et l’on en faisait des encensements. Les roseaux de mer dont il est parlé (Jonas 2.6), désignent une espèce d’algues marines (fucus natans de Linnée) que l’on trouve en quantité près des rivages de la Méditerranée, de l’Hellespont, et de la mer Rouge ; cette dernière en a même tiré son nom de Yam Souph, ou mer des Algues. La tige en est noueuse, rameuse et filamenteuse ; les feuilles sont longues, pointues, et dentées en forme de scies. On en trouve différentes espèces dans la mer Rouge ; le latifolius est le plus commun.

Rosh