×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.


A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z


Amos
Dictionnaire Biblique Bost Westphal

1°. Le troisième des douze petits prophètes. Il vécut environ 800 ans avant Jésus-Christ, sous les règnes de Ozias roi de Juda, et de Jéroboam II roi d’Israël, et commença son ministère au moins en 784, année de la mort de Jéroboam ; il se trouvait ainsi contemporain d’Osée, de Joël et d’Ésaïe (Amos 1.1). Il était originaire de Tékoah dans la tribu de Juda, et exerça d’abord la profession de berger, ou de bouvier, s’occupant parfois à piquer les figues sauvages pour les faire mûrir (7.14) ; des images empruntées à son genre de vie se retrouvent fréquemment sous sa plume (3.12 ; 4.1 ; 7.1-2). S’il paraît (7.14), se refuser à lui-même le titre de prophète, il faut l’entendre seulement dans ce sens qu’il n’avait pas été élevé dans les écoles de prophètes, qu’il n’avait pas reçu l’éducation régulière des prophètes ; car en luttant contre Amatsia il insiste fortement lui-même sur la divinité de sa mission ; et la grande connaissance du Pentateuque, par exemple, qui perce dans ses écrits, montre qu’il était bien préparé pour remplir ses importantes fonctions.

C’est auprès des Juifs des dix tribus qu’il exerça essentiellement son ministère ; l’idolâtrie, la corruption qui y régnaient, la tyrannie et les injustices des grands, forment le sujet de ses exhortations prophétiques, dans lesquelles il dénonce, pour une époque plus ou moins éloignée, de terribles jugements de Dieu. Sa sévère franchise lui attira la haine des prêtres qui s’efforcèrent d’obtenir du roi son expulsion, et la tradition nous le représente même comme étant mort victime de leurs cruels traitements.

Les six premiers chapitres contiennent dans un langage simple et sans figures, des prédictions, d’abord contre les ennemis du peuple théocratique, puis, depuis 2.4, contre le royaume même d’Israël. Les trois derniers chapitres dénoncent, en un langage symbolique, les jugements de Dieu sur Israël, et se terminent, depuis 9.8, par des paroles consolantes. Le style est en général peu animé, mais toujours plein de dignité.

2°. Luc 3.25. Un des ancêtres de notre Seigneur, par Marie ; inconnu.