×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.


A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z


Maaca
Dictionnaire Biblique Bost Westphal

1°. Mère de Absalom (2 Samuel 3.3 ; 1 Chroniques 3.2).

2°. Fille d’Abishalom, femme préférée de Roboam, et mère de Abijam, roi de Juda (1 Rois 15.2). On peut conclure de 2 Chroniques 11.20-23, que ce fut par son influence que les fils du premier lit furent dépossédés de la couronne. Quelques auteurs pensent que la Maaca, nommée la mère d’Asa (1 Rois 15.10), était proprement sa grand-mère, et qu’elle serait appelée sa mère, selon l’usage oriental de noter et de faire ressortir dans les généalogies, les personnages les plus distingués, en omettant ceux qui le sont moins ; et, en effet, cette Maaca s’est rendue célèbre par son idolâtrie, au point que Asa, son fils ou petit-fils, dut lui retirer la régence. Toutefois, si l’identité du nom de Maaca, et de son père Abishalom, dans les deux passages, semble autoriser cette manière de voir, elle ne la prouve pas ; l’usage de la langue même ne peut pas être rigoureusement invoqué, attendu que nulle part ailleurs le mot em, qui signifie mère, n’est pris pour grand-mère. Une autre opinion voit simplement une faute de copie dans 1 Rois 15.2, et se fonde sur ce que la mère de Abijam est appelée (2 Chroniques 13.2), Micaïa, fille d’Uriel de Guibha. Quoi qu’il en soit, et malgré son rang et son pouvoir presque royal (1 Rois 15.13 ; 2 Chroniques 15.16), elle vit Asa mettre en pièces l’idole qu’elle avait faite, et la brûler, de même, sans doute, que le bocage, théâtre de son idolâtrie. Quelle était cette idole ? c’est ce qu’on ignore ; on doit penser que c’était une invention nouvelle, impure et bizarre.

3°. D’autres Maaca sont encore nommées (1 Chroniques 2.48 ; 7.15-16), et des hommes du même nom (Genèse 22.24 ; 1 Rois 2.39 ; 1 Chroniques 11.43 ; 27.16 ; etc.).

4°. Ou plus complètement et dans un sens plus déterminé Syrie de Maaca (dans l’hébreu) (1 Chroniques 19.6). Ville ou province de Syrie, gouvernée par un roi, à l’orient et au nord des sources du Jourdain, nommée plusieurs fois à côté de districts syriens (2 Samuel 10.6-8 ; 1 Chroniques 19.6 ; Josué 13.11), et placée (Deutéronome 3.14), sur les frontières de la partie transjourdaine d’Israël, notamment près des tribus de Gad et de Ruben (Josué 13.13). Sa position est inconnue, et plusieurs hypothèses qui ont été mises en avant, restent à l’état de pures présomptions.