Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

Comparateur biblique
Apocalypse 17.1

Apocalypse 17.1 comparé dans 29 versions de la Bible différentes.

Traduction Texte
SAC Alors un des sept anges qui avaient les sept coupes, vint me parler, et me dit : Venez, et je vous montrerai la condamnation de la grande prostituée, qui est assise sur les grandes eaux ;
MARAlors l’un des sept Anges qui avaient les sept fioles, vint, et il me parla, et me dit : Viens, je te montrerai la condamnation de la grande prostituée, qui est assise sur plusieurs eaux ;
OSTEt l’un des sept anges qui avaient les sept coupes, vint et me parla, en disant : Viens, je te montrerai le châtiment de la grande prostituée, qui est assise sur les grosses eaux,
CAHCe verset n’existe pas dans cette traduction !
LAMCe verset n’existe pas dans cette traduction !
PGREt un des sept anges qui tiennent les sept coupes sortit, et il s’adressa à moi en disant : Viens, je te montrerai la condamnation de la grande impudique, qui est assise sur de nombreuses eaux,
LAUEt l’un des sept anges qui avaient les sept fioles vint et me parla, disant : Viens ; je te montrerai le jugement de la grande prostituée qui est assise sur les grandes eaux,
OLTL’un des sept anges qui tenaient les sept coupes, vint, et me dit: «Viens, je te montrerai le jugement de la grande prostituée qui est assise sur les grandes eaux,
DBYEt l’un des sept anges qui avaient les sept coupes, vint et me parla, disant : Viens ici ; je te montrerai ta sentence de la grande prostituée qui est assise sur plusieurs eaux,
STAEt l’un des sept anges qui tenaient les sept coupes s’approcha de moi et me dit : « Viens ; je vais te montrer le jugement de la grande prostituée, qui est assise sur de grandes eaux,
BANEt l’un des sept anges, qui tenaient les sept coupes vint et me parla, disant : Viens, je te montrerai le jugement de la grande prostituée qui est assise sur de grandes eaux,
ZAKCe verset n’existe pas dans cette traduction !
VIGAlors un des sept anges qui avaient les sept coupes vint et me parla, en disant : Viens, et je te montrerai la condamnation de la grande prostituée, qui est assise sur de vastes (les grandes) eaux,[17.1-5 La grande Babylone. « Sous les noms symboliques de prostituée et de Babylone, c’est bien la Rome païenne, la Rome des Césars, la ville aux sept collines, représentant l’empire romain tout entier, qui est ici décrite. Aussi est-ce à cette ville et à cet empire que la plupart des interprètes appliquent ce chapitre. Ceux qui reportent à la fin des temps les événements annoncés par les visions de l’Apocalypse ne le contestent pas ; mais, selon eux, saint Jean n’emprunte que ses couleurs et ses traits à la Rome des Césars, et ce n’est pas elle qu’il a réellement en vue, mais, soit la même ville redevenue païenne à la fin des temps, soit une autre ville riche et puissante, idolâtre et corrompue, qui sera, dans les derniers jours du monde, la capitale du dernier empire antichrétien. Comparer à Apocalypse, 14, 8. — Assise sur les grandes eaux : trait emprunté à la Babylone historique située sur l’Euphrate, (voir Jérémie, 51, 13). Ces eaux signifient des peuples, des foules, et des nations (verset 15), sur lesquels règne la prostituée. Â» (Chanoine CRAMPON, 1885) — « Le nom que porte la femme assise sur les grandes eaux, indique qu’elle est une personnification, un symbole dont il faut saisir le sens : mystère. Or, la bête [étant préfigurée par] l’empire idolâtre et persécuteur, la femme qui est assise sur la bête doit figurer la capitale de cet empire, Rome, centre du pouvoir et siège principal de l’idolâtrie. En effet, chaque trait du tableau la désigne ; et l’on peut dire que tout le monde aujourd’hui la reconnaît (…). — Que cette femme représente une ville, saint Jean le dit expressément. Bien plus, il ajoute que cette ville est la ville par excellence, la reine des villes, la grande cité, qu’elle a sept montagnes et sept rois, qu’elle étend sa domination sur tous les peuples et sur tous les princes. Une telle indication suffirait à elle seule ; car Rome n’était pas désignée autrement à cette époque, et nulle autre ville n’a été désignée ainsi. — Cette grande ville est représentée comme le principal soutien de l’idolâtrie, comme une source d’erreurs et de dépravation pour l’univers entier. Elle est pleine d’abominations et d’impuretés, c’est-à-dire d’idoles et de temples païens. Elle est couverte d’inscriptions sacrilèges et blasphématoires. C’est une Nouvelle Babylone, pour la tyrannie, aussi bien que pour l’orgueil, la puissance et l’impiété. Elle persécute le christianisme ; elle s’enivre du sang des saints et des martyrs du Sauveur. Elle a fait périr des apôtres et des prophètes, et tout le sang qui se verse dans le monde pour la cause de la vérité est répandu par elle. — Qui pourrait méconnaître à ces traits la Rome des empereurs, telle qu’était sous Domitien, au moment du martyre de saint Jean et de son exil à Patmos ? Nous avons déjà vu que les chrétiens la nommaient Babylone. On l’appelait aussi Sodome ou l’Egypte. Non contente de professer l’idolâtrie, elle s’attribuait à elle-même la divinité. — Elle se disait éternelle ; et comme ses empereurs, vivants et morts, elle avait ses temples, ses statues, ses autels. Elle en avait dans ses murs aussi bien que dans les provinces. — Quant à sa cruauté envers les chrétiens, à ses persécutions, au nombre de ses victimes, les catacombes en sont un monument irrécusable. — Cette nouvelle Babylone devait tomber comme l’ancienne, pour ne jamais se relever. Elle était destinée à être la proie de ceux qu’elle opprimait, à passer par le fer et par le feu, comme un criminel voué au châtiment divin, et enfin, à être ruinée de fond en comble. Sa chute devait jeter par toute la terre l’effroi, la stupeur, la désolation, mais en même temps être le signal du triomphe de l’Eglise dans le monde entier. Les chrétiens échapperaient au châtiment, comme ils avaient échappé à la corruption. — Il suffit d’avoir lu l’histoire du quatrième et du cinquième siècle pour reconnaître dans la ruine de Rome [la parfaite préfiguration] de ces prédictions. Prise, pillée, saccagée quatre fois, par Alaric, roi des Goths (409), par Genséric, roi des Vandales (455), par Odoacre, roi des Hérules (466), par Totila, roi des Ostrogoths (546), la capitale de l’empire finit par disparaître sous ses débris avec ses dieux et ses temples. L’empire devint la proie des Barbares. Il ne resta de la population de Rome qu’un petit nombre de chrétiens qui bâtirent une nouvelle cité, à la place des ruines de l’ancienne. Â» (L. BACUEZ.)]
FILAlors un des sept Anges qui avaient les sept coupes vint et me parla, en disant: Viens, et je te montrerai la condamnation de la grande prostituée, qui est assise sur de vastes eaux,
LSGPuis un des sept anges qui tenaient les sept coupes vint, et il m’adressa la parole, en disant : Viens, je te montrerai le jugement de la grande prostituée qui est assise sur les grandes eaux.
SYNAlors l’un des sept anges qui tenaient les sept coupes s’approcha ; et, m’adressant la parole, il me dit : Viens, je te montrerai le jugement de la grande prostituée, qui est assise sur de grandes eaux.
CRAPuis l’un des sept anges qui portaient les sept coupes vint me parler en ces termes : " Viens, je te montrerai le jugement de la grande prostituée qui est assise sur les grandes eaux,
BPCL’un des sept anges qui tenaient les sept coupes vint m’entretenir, disant : “Arrive ! je te ferai voir le jugement de la grande Prostituée, qui est assise sur les grandes eaux :
JERAlors l’un des sept Anges aux sept coupes s’en vint me dire : "Viens, que je te montre le jugement de la Prostituée fameuse, assise au bord des grandes eaux ;
TRIEt vint un des sept anges qui avaient les sept coupes, et il parla avec moi, disant : “Ici ! que je te montre le jugement de la grande Prostituée qui est assise sur les grandes eaux,
NEGPuis un des sept anges qui tenaient les sept coupes vint, et il m’adressa la parole, en disant : Viens, je te montrerai le jugement de la grande prostituée qui est assise sur les grandes eaux.
CHUSurvient un des sept messagers aux sept coupes. Il me parle et dit : « Viens ! Je te montrerai le jugement de la putain, la grande, assise sur les eaux multiples.
JDCCe verset n’existe pas dans cette traduction !
TRECe verset n’existe pas dans cette traduction !
BDPAlors un des sept anges des sept fléaux s’est approché de moi et m’a parlé: "Viens donc que je te montre le jugement de la grande prostituée installée au bord des grandes eaux;
S21Puis un des sept anges qui tenaient les sept coupes vint me parler et dit : « Viens, je te montrerai le jugement de la grande prostituée qui est assise sur les grandes eaux.
KJFEt l’un des sept anges qui avaient les sept fioles, vint et me parla, me disant: Viens ici, je te montrerai le jugement de la grande prostituée, qui est assise sur de nombreuses eaux;
LXXCe verset n’existe pas dans cette traduction !
VULet venit unus de septem angelis qui habebant septem fialas et locutus est mecum dicens veni ostendam tibi damnationem meretricis magnae quae sedet super aquas multas
BHSCe verset n’existe pas dans cette traduction !
SBLGNTΚαὶ ἦλθεν εἷς ἐκ τῶν ἑπτὰ ἀγγέλων τῶν ἐχόντων τὰς ἑπτὰ φιάλας, καὶ ἐλάλησεν μετ’ ἐμοῦ λέγων· Δεῦρο, δείξω σοι τὸ κρίμα τῆς πόρνης τῆς μεγάλης τῆς καθημένης ἐπὶ ⸀ὑδάτων πολλῶν,