×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

Comparateur biblique
Deutéronome 21.17

Deutéronome 21.17 comparé dans 17 versions de la Bible différentes.

Les « Louis Segond »

Louis Segond 1910

Deutéronome 21.17  Mais il reconnaîtra pour premier-né le fils de celle qu’il n’aime pas, et lui donnera sur son bien une portion double ; car ce fils est les prémices de sa vigueur, le droit d’aînesse lui appartient.

Segond Nouvelle Édition de Genève

Deutéronome 21.17  Mais il reconnaîtra pour premier-né le fils de celle qu’il n’aime pas, et lui donnera sur son bien une portion double ; car ce fils est les prémices de sa vigueur, le droit d’aînesse lui appartient.

Segond 21

Deutéronome 21.17  Il reconnaîtra au contraire comme premier-né le fils de celle qu’il n’aime pas et il lui donnera une double portion de son bien, car ce fils est le premier de ses enfants. Le droit d’aînesse lui appartient.

Les autres versions

Bible du Semeur

Deutéronome 21.17  Au contraire, il reconnaîtra comme premier-né le fils de la femme qu’il aime moins et lui donnera une double part de l’héritage de tout ce qu’il possède, car c’est lui qui est le premier rejeton de sa vigueur, c’est à lui qu’appartient le droit d’aînesse.

Traduction œcuménique de la Bible

Deutéronome 21.17  Au contraire il doit reconnaître l’aîné, le fils de la femme qu’il n’aime pas, et lui donner double part de tout ce qui lui appartient : ce fils, prémices de la virilité du père, a droit aux privilèges de l’aîné.

Bible de Jérusalem

Deutéronome 21.17  Mais il reconnaîtra l’aîné dans le fils de celle-ci, en lui donnant double part de tout ce qu’il possède : car ce fils, prémices de sa vigueur, détient le droit d’aînesse.

Bible Annotée

Deutéronome 21.17  Il reconnaîtra comme premier-né le fils de celle qui est haïe pour lui donner une portion double de tout ce qui se trouvera lui appartenir ; car c’est lui qui est les prémices de sa vigueur : c’est à lui qu’est le droit d’aînesse.

John Nelson Darby

Deutéronome 21.17  mais il reconnaîtra pour premier-né le fils de celle qui est haïe, pour lui donner double portion de tout ce qui se trouvera être à lui ; car il est le commencement de sa vigueur, le droit d’aînesse lui appartient.

David Martin

Deutéronome 21.17  Mais il reconnaîtra le fils de celle qui est haïe pour son premier-né, en lui donnant la portion de deux, de tout ce qui se trouvera lui appartenir ; car il est le commencement de sa vigueur ; le droit d’aînesse lui appartient.

Osterwald

Deutéronome 21.17  Mais il reconnaîtra le fils de celle qui est haïe pour le premier-né, en lui donnant une double portion de tout ce qui se trouvera lui appartenir ; car il est les prémices de sa vigueur ; le droit d’aînesse lui appartient.

Auguste Crampon

Deutéronome 21.17  Mais il reconnaîtra comme premier-né le fils de celle qui est haïe, et lui donnera sur tous ses biens une portion double ; car ce fils est les prémices de sa vigueur ; c’est à lui qu’appartient le droit d’aînesse.

Lemaistre de Sacy

Deutéronome 21.17  mais il reconnaîtra pour l’aîné le fils de celle qu’il n’aime pas, et lui donnera une double portion dans tout ce qu’il possède ; parce que c’est lui qui est le premier de ses enfants, et que le droit d’aînesse lui est dû.

André Chouraqui

Deutéronome 21.17  Oui, il reconnaïtra pour aïné le fils de la haïe, pour lui donner double part de tout ce qui se trouvera chez lui. Oui, il est l’en-tête de sa virilité : à lui le droït d’aïnesse.

Zadoc Kahn

Deutéronome 21.17  C’est le fils aîné de la dédaignée qu’il doit reconnaître pour tel, lui attribuant une part double dans tout son avoir; car c’est lui qui est le premier fruit de sa force, à lui appartient le droit d’aînesse.

Les versions grecques et hébraïques

SBL Greek New Testament

Deutéronome 21.17  Ce verset n’existe pas dans cette traduction !

Biblia Hebraica Stuttgartensia

Deutéronome 21.17  כִּי֩ אֶת־הַבְּכֹ֨ר בֶּן־הַשְּׂנוּאָ֜ה יַכִּ֗יר לָ֤תֶת לֹו֙ פִּ֣י שְׁנַ֔יִם בְּכֹ֥ל אֲשֶׁר־יִמָּצֵ֖א לֹ֑ו כִּי־הוּא֙ רֵאשִׁ֣ית אֹנֹ֔ו לֹ֖ו מִשְׁפַּ֥ט הַבְּכֹרָֽה׃ ס

Versions étrangères

New Living Translation

Deutéronome 21.17  He must give the customary double portion to his oldest son, who represents the strength of his father's manhood and who owns the rights of the firstborn son, even though he is the son of the wife his father does not love.