×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

Comparateur biblique
Deutéronome 21.17

Deutéronome 21.17 comparé dans de nombreuses versions de la Bible différentes.

Les « Louis Segond »

Louis Segond 1910

Deutéronome 21.17  Mais il reconnaîtra pour premier-né le fils de celle qu’il n’aime pas, et lui donnera sur son bien une portion double ; car ce fils est les prémices de sa vigueur, le droit d’aînesse lui appartient.

Segond Nouvelle Édition de Genève

Deutéronome 21.17  Mais il reconnaîtra pour premier-né le fils de celle qu’il n’aime pas, et lui donnera sur son bien une portion double ; car ce fils est les prémices de sa vigueur, le droit d’aînesse lui appartient.

Segond 21

Deutéronome 21.17  Il reconnaîtra au contraire comme premier-né le fils de celle qu’il n’aime pas et il lui donnera une double portion de son bien, car ce fils est le premier de ses enfants. Le droit d’aînesse lui appartient.

Les autres versions

Bible Annotée

Deutéronome 21.17  Il reconnaîtra comme premier-né le fils de celle qui est haïe pour lui donner une portion double de tout ce qui se trouvera lui appartenir ; car c’est lui qui est les prémices de sa vigueur : c’est à lui qu’est le droit d’aînesse.

John Nelson Darby

Deutéronome 21.17  mais il reconnaîtra pour premier-né le fils de celle qui est haïe, pour lui donner double portion de tout ce qui se trouvera être à lui ; car il est le commencement de sa vigueur, le droit d’aînesse lui appartient.

David Martin

Deutéronome 21.17  Mais il reconnaîtra le fils de celle qui est haïe pour son premier-né, en lui donnant la portion de deux, de tout ce qui se trouvera lui appartenir ; car il est le commencement de sa vigueur ; le droit d’aînesse lui appartient.

Ostervald

Deutéronome 21.17  Mais il reconnaîtra le fils de celle qui est haïe pour le premier-né, en lui donnant une double portion de tout ce qui se trouvera lui appartenir ; car il est les prémices de sa vigueur ; le droit d’aînesse lui appartient.

Lausanne

Deutéronome 21.17  mais il reconnaîtra le premier-né, [quoique] fils de celle qui est haïe, pour lui donner double part dans tout ce qui se trouvera être à lui ; car c’est celui-là qui est le commencement de sa vigueur : le droit d’aînesse{Héb. droit de la primogéniture.} lui appartient.

Vigouroux

Deutéronome 21.17  mais il reconnaîtra pour l’aîné le fils de celle qu’il n’aime pas (femme odieuse), et lui donnera une portion double de tout ce qu’il possède ; parce que c’est lui qui est le premier de ses enfants, et que le droit d’aînesse lui est dû.

Auguste Crampon

Deutéronome 21.17  Mais il reconnaîtra comme premier-né le fils de celle qui est haïe, et lui donnera sur tous ses biens une portion double ; car ce fils est les prémices de sa vigueur ; c’est à lui qu’appartient le droit d’aînesse.

Lemaistre de Sacy

Deutéronome 21.17  mais il reconnaîtra pour l’aîné le fils de celle qu’il n’aime pas, et lui donnera une double portion dans tout ce qu’il possède ; parce que c’est lui qui est le premier de ses enfants, et que le droit d’aînesse lui est dû.

Zadoc Kahn

Deutéronome 21.17  C’est le fils aîné de la dédaignée qu’il doit reconnaître pour tel, lui attribuant une part double dans tout son avoir; car c’est lui qui est le premier fruit de sa force, à lui appartient le droit d’aînesse.

Les versions grecques et hébraïques

SBL Greek New Testament

Deutéronome 21.17  Ce verset n’existe pas dans cette traduction !

Biblia Hebraica Stuttgartensia

Deutéronome 21.17  כִּי֩ אֶת־הַבְּכֹ֨ר בֶּן־הַשְּׂנוּאָ֜ה יַכִּ֗יר לָ֤תֶת לֹו֙ פִּ֣י שְׁנַ֔יִם בְּכֹ֥ל אֲשֶׁר־יִמָּצֵ֖א לֹ֑ו כִּי־הוּא֙ רֵאשִׁ֣ית אֹנֹ֔ו לֹ֖ו מִשְׁפַּ֥ט הַבְּכֹרָֽה׃ ס

La Vulgate

Deutéronome 21.17  sed filium odiosae agnoscet primogenitum dabitque ei de his quae habuerit cuncta duplicia iste est enim principium liberorum eius et huic debentur primogenita