×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

Comparateur biblique
Luc 18.13

Luc 18.13 comparé dans 29 versions de la Bible différentes.

Traduction Référence Texte
Nouveau testament - Bible de Genève - 1669 - BDGLuc 18.13Mais le Peager se tenant loin, n’osoit pas mesme lever les yeux vers le ciel: mais frapoit sa poitrine, disant, O Dieu! sois appaisé envers moi qui suis pecheur.
Lemaistre de Sacy - 1701 - SAC Luc 18.13Le publicain, au contraire, se tenant éloigné, n’osait pas même lever les yeux au ciel ; mais il frappait sa poitrine, en disant : Mon Dieu ! ayez pitié de moi qui suis un pécheur.
David Martin - 1744 - MARLuc 18.13Mais le péager se tenant loin, n’osait pas même lever les yeux vers le ciel, mais frappait sa poitrine, en disant : ô Dieu ! sois apaisé envers moi qui suis pécheur !
Ostervald - 1811 - OSTLuc 18.13Mais le péager, se tenant éloigné, n’osait pas même lever les yeux au ciel ; mais il se frappait la poitrine, en disant : Ô Dieu, sois apaisé envers moi qui suis pécheur !
Ancien Testament Samuel Cahen - 1831 - CAHLuc 18.13Ce verset n’existe pas dans cette traduction !
Les Évangiles de Félicité Robert de Lamennais - 1846 - LAMLuc 18.13Et le publicain, se tenant loin, n’osoit pas même lever les yeux au ciel ; mais il frappoit sa poitrine, disant : Mon Dieu, ayez pitié de moi qui suis un pécheur.
Perret-Gentil et Rilliet - 1869 - PGRLuc 18.13Mais le publicain se tenant à distance ne se permettait pas même de lever les yeux vers le ciel, mais il se frappait la poitrine en disant : « O Dieu, aie compassion de moi qui suis pécheur ! »
Bible de Lausanne - 1872 - LAULuc 18.13Et le péager, se tenant éloigné, ne voulait pas même lever les yeux au ciel ; mais il se frappait la poitrine en disant : Ô Dieu, sois apaisé envers moi, pécheur !
Nouveau Testament Oltramare - 1874 - OLTLuc 18.13Et le publicain, se tenant à distance, ne se permettait pas même de lever les yeux au ciel; mais il se frappait la poitrine, en disant: «Dieu, sois apaisé envers moi, qui suis un pécheur.»
John Nelson Darby - 1885 - DBYLuc 18.13Et le publicain, se tenant loin, ne voulait même pas lever les yeux vers le ciel, mais se frappait la poitrine, disant : Ô Dieu, sois apaisé envers moi, pécheur !
Nouveau Testament Stapfer - 1889 - STALuc 18.13Quant au publicain, il se tenait à distance, il n’osait pas même lever les yeux vers le ciel, mais il se frappait la poitrine en disant : « Dieu, aie pitié de moi qui suis un pécheur ! »
Bible Annotée - 1899 - BANLuc 18.13Mais le péager, se tenant à distance, n’osait pas même lever les yeux au ciel ; mais il se frappait la poitrine, en disant : Dieu ! Sois apaisé envers moi, qui suis pécheur !
Glaire et Vigouroux - 1902 - VIGLuc 18.13Et le publicain, se tenant éloigné, n’osait pas même lever les yeux au ciel ; mais il frappait sa poitrine, en disant : O Dieu, ayez pitié de moi, qui suis un pécheur.[18.13 Le publicain se tenant éloigné. Ni le pharisien ni le publicain n’étaient dans le temple proprement dit, puisqu’on n’y entrait pas, mais dans une cour du temple. Le pharisien se mettait en vue ; le publicain au contraire.]
Bible Louis Claude Fillion - 1904 - FILLuc 18.13Et le publicain, se tenant éloigné, n’osait pas même lever les yeux au Ciel; mais il frappait sa poitrine, en disant: O Dieu, ayez pitié de moi, qui suis un pécheur.
Louis Segond - 1910 - LSGLuc 18.13Le publicain, se tenant à distance, n’osait même pas lever les yeux au ciel ; mais il se frappait la poitrine, en disant : Ô Dieu, sois apaisé envers moi, qui suis un pécheur.
Nouveau Testament et Psaumes - Bible Synodale - 1921 - SYNLuc 18.13Le péager, se tenant éloigné, n’osait pas même lever les yeux au ciel; mais il se frappait la poitrine, en disant: O Dieu, sois apaisé envers moi, qui suis un pécheur!
Bible Auguste Crampon - 1923 - CRALuc 18.13Le publicain, se tenant à distance, ne voulait pas même lever les yeux au ciel ; mais il frappait sa poitrine en disant : Ô Dieu, ayez pitié de moi qui suis un pécheur !
Bible Pirot-Clamer - 1949 - BPCLuc 18.13Quant au publicain, restant à distance, il n’osait même pas lever les yeux vers le ciel, mais il se frappait la poitrine, en disant : Aie pitié du pécheur que je suis.
Nouveau Testament Osty et Trinquet - 1974 - TRILuc 18.13Le publicain, se tenant au loin, ne voulait même pas lever les yeux au ciel, mais il se frappait la poitrine, en disant : O Dieu, prends en pitié le pécheur que je suis !
Bible André Chouraqui - 1985 - CHULuc 18.13Le gabelou se tient à distance et ne veut même pas lever les yeux au ciel. Mais il se frappe la poitrine et dit : ‹ Elohîms, secours-moi, moi le fauteur ! ›
Les Évangiles de Sœur Jeanne d’Arc - 1990 - JDCLuc 18.13Le taxateur se tient à distance : il ne veut même pas lever les yeux au ciel, mais il se frappe la poitrine et dit : "Ô Dieu, soit propice pour moi, le pécheur !"
Les Évangiles de Claude Tresmontant - 1991 - TRELuc 18.13quant au percepteur des impôts il se tenait debout au loin et il ne voulait même pas lever les yeux vers les cieux mais il se frappait la poitrine et il disait dieu pardonne-moi moi [qui suis] l’homme en faute
Segond Nouvelle Édition de Genève - 1979 - NEGLuc 18.13Le publicain, se tenant à distance, n’osait même pas lever les yeux au ciel ; mais il se frappait la poitrine, en disant : Ô Dieu, sois apaisé envers moi, qui suis un pécheur.
Bible des Peuples - 1998 - BDPLuc 18.13“Le publicain, lui, se tenait à distance: il n’osait même pas lever les yeux vers le ciel, mais il se frappait la poitrine et disait: Ô Dieu, aie pitié du pécheur que je suis!
Ancien testament Zadoc Kahn - 1899 - ZAKLuc 18.13Ce verset n’existe pas dans cette traduction !
Segond 21 - 2007 - S21Luc 18.13Le collecteur d’impôts, lui, se tenait à distance et n’osait même pas lever les yeux au ciel, mais il se frappait la poitrine en disant : ‹ Ô Dieu, aie pitié de moi, qui suis un pécheur. ›
King James en Français - 2016 - KJFLuc 18.13Et le publicain, se tenant éloigné, n’osait pas même lever ses yeux au ciel, mais il se frappait la poitrine, disant: Dieu, sois miséricordieux envers moi qui suis pécheur.
La Septante - 270 avant Jésus-Christ - LXXLuc 18.13Ce verset n’existe pas dans cette traduction !
La Vulgate - 1454 - VULLuc 18.13et publicanus a longe stans nolebat nec oculos ad caelum levare sed percutiebat pectus suum dicens Deus propitius esto mihi peccatori
Ancien testament hébreu - Biblia Hebraica Stuttgartensia - 1967 - BHSLuc 18.13Ce verset n’existe pas dans cette traduction !
Nouveau testament grec - 2010 - SBLGNTLuc 18.13⸂ὁ δὲ⸃ τελώνης μακρόθεν ἑστὼς οὐκ ἤθελεν οὐδὲ τοὺς ὀφθαλμοὺς ⸂ἐπᾶραι εἰς τὸν οὐρανόν⸃, ἀλλ’ ⸀ἔτυπτε τὸ στῆθος ⸀αὐτοῦ λέγων· Ὁ θεός, ἱλάσθητί μοι τῷ ἁμαρτωλῷ.