Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

Comparateur biblique
Matthieu 27.37

Matthieu 27.37 comparé dans 29 versions de la Bible différentes.

Traduction Texte
SAC Ils mirent aussi au-dessus de sa tête le sujet de sa condamnation, écrit en ces termes : C’est Jésus, Le Roi Des Juifs.
MARIls mirent aussi au-dessus de sa tête un écriteau, où la cause [de sa condamnation] était marquée en ces mots : CELUI-CI EST JÉSUS LE ROI DES JUIFS.
OSTIls mirent aussi au-dessus de sa tête la cause de sa condamnation, ainsi écrite : CELUI-CI EST JÉSUS LE ROI DES JUIFS.
CAHCe verset n’existe pas dans cette traduction !
LAMEt au-dessus de sa tête, ils mirent la cause de sa condamnation, ainsi écrite : Celui-ci EST Jésus, Roi des Juifs.
PGREt ils placèrent au-dessus de sa tête sa sentence où était écrit : «  Celui-ci est Jésus, le roi des juifs.  »
LAUEt ils mirent au-dessus de sa tête son accusation par écrit : CELUI-CI EST JÉSUS, LE ROI DES JUIFS.
OLTIls placèrent au-dessus de sa tête cet écriteau indiquant le sujet de sa condamnation: «Jésus, Roi des Juifs.»
DBYEt ils placèrent au-dessus de sa tête son accusation écrite : Celui-ci est Jésus, le roi des Juifs.
STAAu-dessus de sa tête ils avaient placé une inscription indiquant son crime : CELUI-CI EST JÉSUS, LE ROI DES JUIFS.
BANEt l’on mit au-dessus de sa tête le sujet de sa condamnation écrit : Celui-ci Est Jésus, Le Roi Des Juifs.
ZAKCe verset n’existe pas dans cette traduction !
VIGIls mirent au-dessus de Sa tête une inscription, indiquant le sujet de Sa condamnation : Celui-ci est Jésus, le Roi des Juifs.[27.37 Celui-ci est Jésus, roi des Juifs. « Un écriteau destiné à faire connaître les motifs de la condamnation [était] porté en avant du condamné, ou attaché à son cou ; il était parfois remplacé par une proclamation du crieur public, annonçant le nom du criminel et l’arrêt de la justice. Il était préparé quand Notre-Seigneur sortit du prétoire, afin de le précéder dans le long parcours de la voie douloureuse. Le titre ne tenait pas encore à la croix, à laquelle il ne fut attaché avec des clous que sur le Calvaire. Â» Les trois premiers évangélistes n’ont pas rapporté l’inscription ; ils n’en ont donné que le sens. Saint Jean est le seul qui l’ait littéralement reproduite, en nous apprenant qu’elle portait ces mots : Jésus de Nazareth, roi des Juifs, écrits en trois langues, en hébreu ou araméen, en grec et en latin. L’église de Sainte-Croix de Jérusalem, à Rome, possède un fragment considérable du titre de la croix. « C’est une petite planche [de chêne ou bien de sycomore ou de peuplier], de 235 millimètres de largeur sur 130 millimètres de hauteur, sillonnée de trous de vers. On y voit très distinctement deux restes d’inscription grecque et romaine, et dans le haut, l’extrémité de quelques lignes courbes qui paraissent être ceux d’une troisième inscription [en lettres hébraïques]. La seconde inscription porte : Nazarenous (en caractères grecs) et la troisième NAZARENUS RE. Les lettres sont légèrement en creux, comme si elles avaient été tracées avec cet outil particulier dont les charpentiers se servent de nos jours pour marquer le bois, ou simplement avec une petite gouge. Elles ont de 28 millimètres à 30 millimètres. Peintes en rouge sur un fond blanc, elles devaient être très visibles à la hauteur où Ponce Pilate les fit placer. Les mots sont écrits [au rebours] de droite à gauche, en suivant l’ordre du titre hébreu, et les lettres sont renversées, comme si on les voyait dans une glace. Â» (ROHAULT DE FLEURY.) Le titre de la croix, dans son intégrité, devait avoir approximativement 65 centimètres sur 20.]
FILIls mirent au-dessus de Sa tête une inscription, indiquant le sujet de Sa condamnation: Celui-ci est Jésus, le Roi des Juifs.
LSGPour indiquer le sujet de sa condamnation, on écrivit au-dessus de sa tête : Celui-ci est Jésus, le roi des Juifs.
SYNAu-dessus de sa tête, ils avaient placé un écriteau portant le motif de sa condamnation : Voici Jésus, le Roi des Juifs.
CRAAu-dessus de sa tête ils mirent un écriteau indiquant la cause de son supplice : «?Celui-ci est Jésus, le roi des Juifs.?»
BPCOn lui avait mis au-dessus de la tête le motif de sa condamnation ainsi libellé : Celui-ci est Jésus le roi des Juifs.
JERIls placèrent aussi au-dessus de sa tête le motif de sa condamnation ainsi libellé: "Celui-ci est Jésus, le roi des Juifs."
TRIEt on posa au-dessus de sa tête le motif de sa [condamnation] écrit ainsi : Celui-ci est Jésus, le roi des Juifs.
NEGPour indiquer le sujet de sa condamnation, on écrivit au-dessus de sa tête : Celui-ci est Jésus, le roi des Juifs.
CHUIls posent au-dessus de sa tête son accusation écrite : « C’est Iéshoua’, le roi des Iehoudîm. »
JDCIls mettent au-dessus de sa tête sa cause écrite : ‘CELUI-CI EST JÉSUS, LE ROI DES JUIFS’.
TREet ils ont placé au-dessus de sa tête la cause de sa condamnation qui était écrite celui-ci c’est ieschoua le roi des judéens
BDPAu-dessus de sa tête, on avait écrit le motif de sa condamnation: “C’est Jésus, le roi des Juifs!”
S21Pour indiquer le motif de sa condamnation, on écrivit au-dessus de sa tête : « Celui-ci est Jésus, le roi des Juifs. »
KJFEt ils placèrent au-dessus de sa tête son accusation, ainsi écrite: CELUI-CI EST JÉSUS LE ROI DES JUIFS.
LXXCe verset n’existe pas dans cette traduction !
VULet inposuerunt super caput eius causam ipsius scriptam hic est Iesus rex Iudaeorum
BHSCe verset n’existe pas dans cette traduction !
SBLGNTκαὶ ἐπέθηκαν ἐπάνω τῆς κεφαλῆς αὐτοῦ τὴν αἰτίαν αὐτοῦ γεγραμμένην· Οὗτός ἐστιν Ἰησοῦς ὁ βασιλεὺς τῶν Ἰουδαίων.