×

Appuyez sur Entrée pour rechercher ou ESC pour annuler.

Comparateur biblique
Jérémie 48.33

Jérémie 48.33 comparé dans de nombreuses versions de la Bible différentes.

Les « Louis Segond »

Louis Segond 1910

Jérémie 48.33  La joie et l’allégresse ont disparu des campagnes Et du pays de Moab ; J’ai fait tarir le vin dans les cuves ; On ne foule plus gaîment au pressoir ; Il y a des cris de guerre, et non des cris de joie.

Segond Nouvelle Édition de Genève

Jérémie 48.33  La joie et l’allégresse ont disparu des campagnes Et du pays de Moab ; J’ai fait tarir le vin dans les cuves ; On ne foule plus gaîment au pressoir ; Il y a des cris de guerre, et non des cris de joie.

Segond 21

Jérémie 48.33  La joie et l’allégresse ont disparu des vergers et du pays de Moab. J’ai fait disparaître le vin dans les cuves : on ne l’y pressera plus avec des cris de joie. Ces cris ne seront plus des cris de joie.

Les autres versions

Bible Annotée

Jérémie 48.33  La joie et l’allégresse ont disparu des vergers et de la terre de Moab ; j’ai fait tarir le vin des cuves ; on ne le foule plus en criant hourra ! Le hourra n’est plus un hourra.

John Nelson Darby

Jérémie 48.33  Et la joie et l’allégresse ont disparu des champs fertiles, et du pays de Moab, et j’ai fait cesser le vin des cuves : on ne foulera plus avec des cris de joie, le cri de joie ne sera plus un cri de joie.

David Martin

Jérémie 48.33  L’allégresse aussi, et la gaieté s’est retirée loin du champ fertile, et du pays de Moab, et j’ai fait cesser le vin des cuves ; on n’y foulera plus en chantant, et la chanson de la vendange n’[y] sera plus chantée.

Ostervald

Jérémie 48.33  La joie et l’allégresse se retirent du champ fertile et du pays de Moab, et j’ai fait tarir le vin dans les cuves. On n’y foule plus avec des cris de joie : c’est le cri de guerre, et non le cri de joie !

Lausanne

Jérémie 48.33  La joie et l’allégresse sont enlevés du verger, et de la terre de Moab ; et j’ai fait disparaître{Héb. fait cesser.} le vin des pressoirs. On ne foule plus avec des cris ; c’est cri [de guerre] et non plus cri [du pressoir].

Vigouroux

Jérémie 48.33  La joie et l’allégresse ont disparu du Carmel et de la terre de Moab ; j’ai enlevé le vin des pressoirs, et celui qui foule les raisins ne chantera plus ses chants accoutumés.[48.33 Au Carmel ; c’est-à-dire aux campagnes les plus fertiles. Comparer, sur ce verset, à Isaïe, 16, 10.]

Auguste Crampon

Jérémie 48.33  La joie et l’allégresse ont disparu des vergers et de la terre de Moab ; j’ai fait tarir le vin des cuves ; on ne le foule plus au bruit des hourrahs ; le hourrah n’est plus le hourrah.

Lemaistre de Sacy

Jérémie 48.33  La joie et la réjouissance ont été bannies de ce Carmel, et de la terre de Moab. J’ai fait cesser le vin des pressoirs, et ceux qui foulaient les raisins ne chanteront plus leurs chansons ordinaires.

Zadoc Kahn

Jérémie 48.33  Plus de joie, plus d’allégresse dans les vergers et dans le pays de Moab; j’ai tari le vin dans les cuviers, on ne le presse plus aux cris de Hêdad, c’en est fini des acclamations joyeuses.

Les versions grecques et hébraïques

SBL Greek New Testament

Jérémie 48.33  Ce verset n’existe pas dans cette traduction !

Biblia Hebraica Stuttgartensia

Jérémie 48.33  וְנֶאֶסְפָ֨ה שִׂמְחָ֥ה וָגִ֛יל מִכַּרְמֶ֖ל וּמֵאֶ֣רֶץ מֹואָ֑ב וְיַ֨יִן֙ מִיקָבִ֣ים הִשְׁבַּ֔תִּי לֹֽא־יִדְרֹ֣ךְ הֵידָ֔ד הֵידָ֖ד לֹ֥א הֵידָֽד׃

La Vulgate

Jérémie 48.33  ablata est laetitia et exultatio de Carmelo et de terra Moab et vinum de torcularibus sustuli nequaquam calcator uvae solitum celeuma cantabit

La Septante

Jérémie 48.33  Ce verset n’existe pas dans cette traduction !